Juin 21, 2021
Par Le Monde Libertaire
325 visites


Lip, ce n’est pas fini !

Dans une chronique intitulée Des idées et des luttes, le livre de Charles Piaget consacré à Lip trouve une place de choix. A 90 ans, l’animateur de la section CFDT, ne parlez surtout pas de leader, nous relate cette expérience autogestionnaire qui, un temps, a inquiété le patronat. « Un autre possible en actes était en marche ». Oui, cette expérience a fait vibrer l’opinion publique et sensibiliser les militants sur d’autres formes de lutte. Une convergence des luttes en écho avec le Larzac qui a fait récemment l’objet d’une chronique sur ce site.

Entre 1967 et 1973, le patronat « à l’ancienne » de Lip, entreprise internationalement spécialisée dans les montres et la haute technologie, organise le démantèlement de son usine et souhaite la transformer en un simple établissement d’assemblage de pièces provenant de Suisse. « Le cœur du métier d’horloger disparaissait. » La complicité du patronat et des pouvoirs publics est patente. L’objectif, une fois de plus, faire du fric et pour cela de licencier. La seule variable d’ajustement pour le patronat afin de renforcer les profits : se débarrasser des salariés. Ces menaces de licenciement sont accueillies avec inquiétude. Certes le chômage en 1973 était résiduel mais la région de Besançon n’est pas créatrice d’emplois surtout dans un secteur spécialisé et soumis à la concurrence des multinationales (Kelton et Seiko).

« Des manuels et des intellectuels »
Les syndicats de Lip se mobilisent, les ouvrières et les ouvriers initient une démarche originale de lutte. Face à un patron violent et peu enclin au dialogue social, les syndicats CGT et CFDT organisent un syndicalisme de combat efficace grâce à une forte unité d’action. Conscients de la puissance patronale, les Lip, comme on les appellera bientôt, considèrent qu’une « seule force est capable de se faire entendre : l’ensemble des salariés. Syndiqués ou non, OS, OP, techniciens, toutes et tous formant un grand collectif uni. […] Rappeler que « nous sommes toutes et tous des manuels et des intellectuels ». Développer l’apprentissage du débat constructif, encourager les salariés à s’exprimer. »

Comment dans une entreprise à la gestion traditionnelle, patron de droit divin, impulser une mobilisation, une prise de conscience ? Le patronat est à la manœuvre, la hiérarchie obéit… Le déclencheur d’un mouvement est souvent un fait qui fait déborder l’ensemble. Là, c’est Fred Lip, le patron qui insulte publiquement une déléguée CGT. De retour dans les ateliers, tout le monde prend conscience de la nécessité d’agir et de promouvoir un nouveau syndicalisme qui ne s’impose pas mais donne matière à réflexion. Des réseaux de correspondants dans les bureaux et les ateliers sont mis en place pour aller à la pêche à l’information. Le sérieux et l’écoute des syndicats permettent de dénoncer des faits réels, les illégalités commises par le patron devant les tribunaux et de gagner, ainsi le paiement irrégulier des heures supplémentaires.

En 1968, les salariés vivent un débat de fond avant de lancer quinze jours de grève. Les acquis sociaux sont remis en cause dès 1970 par Fred Lip, la tension est forte, la confrontation grâce à la conscience des ouvriers reste pacifique mais ferme. La serpentine fait partie des nouveaux modes d’action tout comme la constitution du stock de montres.
Charles Piaget nous fait revivre tout le processus de la lutte des Lip, un grand collectif de lutte mobilisant tous les acteurs, à côté des syndicats, le Comité d’action. « Un débat constructif, ce n’est pas un match que l’on doit gagner. Il ne s’agit pas de marquer des points, mais de dégager ensemble la meilleure ligne de conduite. Elle est le résultat de la recherche commune ». Cette démarche, nous sommes dans les années 70, permet l’émergence des femmes dans le combat, elles s’expriment, font valoir la spécificité de leurs ateliers et des inégalités salariales. Elles sont nombreuses dans les réunions et pas pour la photo.

Un syndicat animateur
Le syndicat doit se réinventer. A quoi sert le syndicat et les délégués ? Quelles sont nos valeurs ? Pour Charles Piaget, il ne faut pas fermer le syndicat sur lui-même, le syndicat anime, il ne dirige pas.

Les négociations furent particulièrement âpres, contrôlées par un gouvernement de droite dirigé par le gaulliste Pierre Messmer, auteur de la célèbre formule « Lip c’est fini ! » alors que tout commençait. Oui, la droite et le patronat voulaient faire échouer Lip. Le plan Neuschwander de janvier 1974 visant l’embauche de tous les Lip en lutte sera assassiné par les banques et le patronat soit-disant progressiste, Marc Riboud en tête. Il faut lire le témoignage, certes un peu pro domo, de Claude Neuschwander pour mesurer le cynisme des dirigeants patronaux quand ils veulent faire échouer un processus remettant en cause leur pouvoir (Guillaume Gourgues et Claude Neuschwander, Pourquoi ont-ils tué Lip ? Ed. Raisons d’agir, 2018).

Pour autant, des solutions seront mises en place, six coopératives sont créées après six années de lutte. Tout n’est pas idéal mais ce travail ; c’est celui des femmes et des hommes qui se sont mobilisés, ont connu des moments de doute, voire de désespoir. Participer à une grève c’est un acte lourd de conséquence pour quelqu’un qui n’a de ressources que celles provenant de son travail. Participer à la construction d’une société nouvelle « passe par la constitution de milliers de collectifs, réfléchissant, luttant, bâtissant cette société de demain. Lip a été un de ces collectifs. »

Et Charles Piaget nous interpelle :
« Le salariat n’est que la suite de l’esclavage et du servage. Il faut changer tout cela. Changer la société pour que chaque être humain soit producteur à part entière, citoyenne/citoyen à part entière.
Cela commence par l’émancipation partout dans les luttes pour changer cette société. Il faut prendre l’habitude de prendre en charge toutes les luttes sociales pour, demain, prendre en charge la nouvelle société.
»

Francis Pian

On fabrique, on vend, on se paie, Lip 1973. Charles Piaget. Ed. Syllepse, 2021




Source: Monde-libertaire.fr