Cette marche nous a montré que l’autonomie et l’autogestion sont vraiment une force. Pour une fois, ce n’était pas les manifestant·e·s qui suivaient la police ou un chef qui décide pour tout le monde, mais bien l’ensemble de la manifestation qui décidait de quand et où ils partaient ainsi que des actions réalisées. La police a été perdante sur cette gestion de la marche pour le climat, mais avons nous été gagnant ? Un compte rendu à lire sur le site Numero Zero

Le rdv avait lieu à 9h30 à la place du peuple. Plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées, dont des collégien·ne·s et des étudiant·e·s, mais majoritairement des lycéen·nne·s venant principalement d’Honoré d’Urfé et de Fauriel. On retrouve des anarchistes, des communistes et d’autres militants autonomes. Des messages écrits à la craie ou à la peinture commencent déjà à fleurir sur le sol et sur les panneaux publicitaires. Les slogans anticapitalistes, écolo, féministes, antifascistes sont à l’ordre du jour.

S’agissant d’une manifestation non déclarée, par choix stratégique, le commissaire de police sur place essaie, au milieu de la foule, de soutirer des informations sur le départ et le parcours de la manif. Tout peut changer, en fait on ne tient pas vraiment à ce qu’on a prévu. Le départ se fera finalement à 10h45 en direction de Châteaucreux pour aller au siège de la Saint-Etienne Métropole et à celui de Casino. En plus des slogans très popularisés comme « 1 et 2 et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité » on a pu entendre des slogans anticapitalistes et contre la police comme « Police nationale ! Milice du capital ! » .

Des centaines de jeunes était dans la rue pour la grève pour le climat à saint Etienne le 20 septembre

Au siège de la Métropole, les manifestant·e·s ont critiqué le projet Steel Saint-Etienne, le futur temple du capital et de la consommation, qui en plus de l’impact environnemental aura un impact économique sur les petits commerçants . Des chants sont scandés à l’encontre de Gaël Perdriau , complice de l’implantation de grands pollueurs et de la bétonisation de Saint Étienne.

Le passage au siège de casino est marqué par des slogans forts à l’encontre du géant du capitalisme et de la destruction de la biodiversité. La façade du siège a été recouverte par des messages à la craie destinés au patron de Casino et de ses dirigeants.

À 11h30, la manifestation se dirige vers Hôtel de Ville en passant devant le local du Rassemblement National où une prise de parole est initiée pour rappeler le lien entre le réchauffement climatique, la pauvreté et l’immigration. Il s’en suit un chant collectif de « La jeunesse emmerde le front national » toujours devant le portail du Rassemblement National. Sophie Robert, qui a annoncé sa candidature aux élections municipales de Saint-Étienne, est sortie du local pour narguer les manifestant·e·s en leur faisant des « signes d’amour et de paix » selon sa page Facebook, ce qui est très ironique venant d’une personne qui prône un nationalisme. La BAC est intervenue pour la protéger d’un éventuel conflit […]


Article publié le 22 Sep 2019 sur Rebellyon.info