Avril 29, 2022
Par CQFD
218 visites

Fut un temps oĂč ça luttait sec dans certains journaux d’Alsace. C’est ce que rappelle une sĂ©rie de fascicules qui retracent la riche histoire des mĂ©dias « indĂ© Â» entre Rhin et Vosges.

Sur la « carte de la presse pas pareille1 Â», la plantureuse Alsace fait grise mine. À cĂŽtĂ© des sites Internet L’Alterpresse 68 et Rue89 Strasbourg2, cĂŽtĂ© papier la chair est triste. Pourtant, le pays de la choucroute a longtemps Ă©tĂ© pionnier dans le monde des mĂ©dias alternatifs. Animateur de l’émission « Les Autres voix de la presse Â» sur Radio MNE, Jocelyn Peyret retrace l’histoire de la presse indĂ©pendante alsacienne dans une sĂ©rie de fascicules : « Les cahiers d’Alter3 Â».

Klap ’ de dĂ©but

PremiĂšre Ă©tape, le Mulhousien Klapperstei 68, fondĂ© dĂ©but 1972. Rien moins que le premier canard indĂ©pendant d’information locale en France – et le premier Ă  mettre l’écologie au premier plan, avant mĂȘme la mythique Gueule ouverte. Dans ce domaine, la rĂ©gion est Ă  l’avant-garde, le pouvoir gaulliste ayant implantĂ© sa premiĂšre centrale nuclĂ©aire Ă  Fessenheim, sur la frontiĂšre – en pleine zone sismique. Le Klap’ naĂźt prĂ©cisĂ©ment en rĂ©action aux mensonges de la presse locale sur l’énorme mouvement anti-Fessenheim – qui trouvera un nouveau souffle avec les proto-Zad victorieuses de Marckolsheim et de Wyhl (Allemagne) en 1974-1975. Pas question de s’auto-ghettoĂŻser : le Klap’ adopte le format et la maquette de la presse locale et dĂ©fend ardemment la langue et la culture alsaciennes, ultra-majoritaires Ă  l’époque. Ça marche du tonnerre : trĂšs vite, le journal fait pĂ©ter les 8 000 abonnĂ©s et dĂ©busque quelques liĂšvres qui lui valent une ribambelle de procĂšs – tout en continuant Ă  couvrir les mouvements sociaux. FĂ©ministe, antiraciste et pacifiste, il ouvre une voie, dans une sociĂ©tĂ© encore conservatrice.

TrĂšs vite arrive son cousin strasbourgeois Uss’m Follik, plus impliquĂ© dans les luttes syndicales – comme le sera aussi Le Cri de la vallĂ©e, fondĂ© avec LibĂ©ration dans l’industrielle Haute-Bruche oĂč les usines ferment les unes aprĂšs les autres. D’autres titres paraissent dans la Lorraine voisine (Ă  Metz, Nancy ou Épinal), aux destins trĂšs variĂ©s – avant le grand reflux des annĂ©es 1980, l’arrivĂ©e de la « gauche Â» au pouvoir et l’institutionnalisation des radios libres qui absorbent un grand nombre de journalistes. Reste une histoire qui annonce la ribambelle de canards « alter Â» nĂ©s dans les vingt derniĂšres annĂ©es. En Alsace, il ne reste que Pumpernickel, qui pĂ©tarade depuis 1995 ses enquĂȘtes et vitupĂ©rations dans les ruelles endormies de la bourgeoise Wissembourg. Puisse-t-il faire des petits !

Laurent Perez


1 Consultable sur le site de L’Âge de faire.

2 Auxquels il faut ajouter la franc-tireuse Feuille de chou.

3 Deux volumes parus Ă  ce jour, disponibles sur le site de L’Alterpresse 68.




Source: Cqfd-journal.org