Avril 14, 2021
Par Le Monde Libertaire
351 visites


Le dimanche 12 avril 1931 ont eu lieu en Espagne les élections municipales, deux jours plus tard, elles donnèrent naissance à la Deuxième République , un système sûrement plus « démocratique » que ce qui avait existé avant et après, tout au long de la nuit noire du régime franquiste.
Le système économique hérité de la monarchie était toujours en place et en cinq ans, la situation des secteurs les plus pauvres de la société espagnole n’avait pas beaucoup changé. Le gouvernement républicain-socialiste du mythique bienio reformista (biennium réformiste) a géré la crise économique de ces années-là.

collection ” lois de la république ” volume 51 / Loi des vagabonds et des voyous / Loi de la Présidence du Conseil des Ministres du 4 août 1933; publiée dans la “Gaceta” du 5 août, concernant les vagabonds et les voyous.
Avec l’autorisation de la présidence

On peut citer la loi sur les vagabonds et les voyous (1933), conçue par le juriste socialiste Luis Jiménez de Asúa pour discipliner les chômeurs et réprimer les individus dont « l’état de dangerosité » constituait une menace potentielle pour l’ordre social. À cette fin, de nouvelles unités de police et des tribunaux spéciaux furent créés pour évaluer et classer les individus alors que le gouvernement appelait à l’isolement des « socialement dangereux » dans des camps de travail et de concentration.

Dans de nombreux cas, les personnes emprisonnées étaient des travailleurs précaires et/ou des sans-papiers. La loi était également appliquée contre les personnes qui refusaient et/ou résistaient au travail. Plusieurs militants et activistes ont été poursuivis en vertu d’une loi que Franco a ensuite laissée intacte.
Vous voyez ci-joint le camp de concentration d’Alcalá de Henares et un exemple de propagande anarcho-syndicaliste contre une loi répressive s’attaquant aux dépossédés.

Chris Ealham

Il n’y a pas de travail / Loi des vagabonds : famine !




Source: Monde-libertaire.fr