Décembre 2, 2022
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
243 visites

Les deux organisateurs du soulèvement populaire et de la résistance parmesane, membres des Arditi del Popolo, étaient le syndicaliste et militant socialiste Guido Picelli et l’anarchiste Antonio Cieri. Tous deux continuèrent leur engagement antifasciste en Italie d’abord avant de s’engager sur le front espagnol où tous les deux trouvèrent la mort en 1937.

Guido Picelli

cc A-rivista anarchica

En décembre 1922, Picelli dissout les Arditi del Popolo et crée à Parme les Soldati del Popolo (groupes d’action secrète) actifs durant les premiers mois de 1923. Il est arrêté le 5 mai 1923 avec 36 autres militants communistes pour avoir organisé un complot contre les pouvoirs de l’État. Picelli quitte le PSI pour rejoindre le PCI sous la bannière duquel il sera élu député en 1934. Fort de son immunité parlementaire, il parcourt alors inlassablement le pays pour faire vivre les réseaux communistes. Le 1er mai 1924, il est arrêté pour la cinquième fois en tant que député pour avoir déployé un grand drapeau rouge depuis le balcon de la Chambre des députés afin de protester contre l’avancement de la fête des travailleurs au 21 avril.

En novembre 1926, à la suite de la promulgation des lois fascistes, Picelli est déchu de tout mandat parlementaire, il est alors arrêté et condamné à cinq ans d’exil, qu’il a purgés à Lampedusa et Lipari, après avoir passé sept mois en prison à Syracuse et Milazzo. Il s’expatrie en France au début de l’année 1932 et voyage en Belgique puis en URSS. avant de s’engager en 1936 dans les brigades internationales au sein du bataillon Garibaldi. Il meurt sur le front en janvier 1937.

Antonio Cieri

cc vastospa

Antonio Cieri pour sa part s’exile dès 1923. Il continue son activité de militant anarchiste et crée le journal L’Umanità nova à Paris en 1925 puis La Protesta et La vecchia Umanità nova au début des années 1930 avec Camillo Berneri. Actif dans les cercles anarchistes italiens il se rend à Barcelone à la fin de l’année 1936 et rejoint la section italienne de la brigade cénétiste Columna Ascaso (Colonne Ascaso), au sein du bataillon Giustizia e Libertá dirigé par Carlo Rosselli. Il tombe au combat sur le front d’Aragon en avril 1937 lors de l’assaut pour la prise de Huesca, qui sera finalement conquise par les formations antifascistes.


David (UCL Chambéry)




Source: Unioncommunistelibertaire.org