Janvier 15, 2021
Par Rebellyon
345 visites


Des militant-e-s luttant contre des projets de centrales dans les années 70 à Malville et au Bugey racontent leur expérience antinucléaire.

Danielle nous raconte comment c’était d’être une femme dans ces mouvements, Yves parle de la repression policière qu’iels ont subi-e-s, et au milieu de tout ça il y a des sons de rap de copaines…

Radioradieuses est un petit collectif gravitant dans le milieu écolo, qui s’intéresse à plein de sujets, avec comme base commune la lutte contre les dominations : sur les corps, la terre, ou les esprits.

On a un créneau tous les deuxième jeudi du mois dans l’émission Zoom écologie sur Radio Fréquence Paris Plurielle (106.3 MHz en FM à Paris, écoutable en direct sur leur site www.rfpp.net). On était en mixité choisie sans mecs cisgenres pour réaliser un premier épisode, qui tourne autour de la mémoire des luttes antinucléaires dans le Bugey dans les années 70, mais parle aussi de flics et de féminisme. Et puis le Bugey, c’est pas si loin de Lyon…

On a choisi de se pencher sur les luttes antinucléaires, parce que c’est un sujet qui nous tient à coeur et qui disparait derrière le mouvement écolo actuel, qui oublie peut-être un peu trop d’où il vient.

Ouais, parce que aujourd’hui, la voix des pro-nucléaires domine l’espace médiatique et politique en France. Que ce soit via les canaux de communication d’EDF, d’Orano ou de l’Andra, ceux de certain-e-s scientifiques à la mode parce que engagé-e-s pour l’écologie ou sur les chaînes de youtubeureuses connu-e-s, l’énergie nucléaire est défendue comme étant une énergie écologique, dont la production rejette peu d’émissions de gaz à effet de serre et donc comme une énergie d’avenir. Face à eux, les luttes antinuke ont du mal à se faire entendre. Alors même que l’année 2021 va s’avérer cruciale, pour le développement ou non du nucléaire en France (présentation de nouveaux projets d’EPR, décision quant à la demande d’utilité publique de l’ANDRA pour étendre ses achats de terrains à Bure…), il devient urgent de faire entendre celles et ceux qui s’opposent à l’expansion de cette filière.

Parce que le nucléaire perpétue le colonialisme, que le nucléaire est socialement néfaste, que le nucléaire est lié à l’industrie militaire, que le nucléaire est corrompu, que le nucléaire criminalise ses opposantes, que le nucléaire nuit au vivant, que le nucléaire est une menace permanente d’accidents et de fuites, que le nucléaire présente des risques accrus dans un contexte d’instabilité sociétale, que le nucléaire empêche une politique de sobriété et d’efficacité énergétique, que le nucléaire ne résistera pas au changement climatique.

Bonne écoute !




Source: Rebellyon.info