D’une fête de samedi soir ordinaire à l’intervention de la revue Z et de Fatima Ouassak sur l’écologie & les quartiers populaires, bref résumé de la dernière journée de ZADenVies.

Un samedi soir de fête ordinaire…

Notre team de rédacteurices aimerait vous dire qu’hier soir, c’est avec des paillettes dans les yeux que nous avons dansé des heures durant sur la ZAD. Ce ne sont pas les arguments qui nous manqueraient pour vous décrire tout le beau que nous avons y pu déceler. Sauf que hier soir, le beau et le plus laid se superposaient… Hier soir, c’était malheureusement un soir ordinaire de fête. Et qui dit fête dit aussi diverses emmerdes, gestes, agressions et viols liés au sexisme et au patriarcat.

Alors bien sur, des centaines de personnes se sont extasiées devant la représentation théâtrale L’oiseaux bleu. Parait que c’était génial. Parait que c’était un peu trop commun aussi. Nous, on n’y était pas, alors on vous racontera pas. La musique était bizarre aussi à la Wardine parfois il parait. Mais ca non plus on en a pas trop d’idées. Nous y étions pour y danser, et on se rappelle entendre le son de “nik la bac” et “fuck le 17” remixés pour l’occasion. On se rappelle aussi voir de magnifiques ballons se consumer dans le ciel. Ca aussi c’était beau ! On souriait et s’amusait, mais déjà surement, des mains se baladaient et l’alcool aidant, d’autres venaient déranger des personnes qui voulaient juste danser…

A la Rolandière, d’étranges maquereaux déclamaient des poèmes et chansons. Et devant la grande scène, des centaines de personnes retrouvaient la joie de danser collectivement sur des airs de musique bretonne avec le trio dell’amore. Ah ca souriait, les pas n’étaient pas tous calés mais qu’est-ce qu’iels avaient l’air heureux·ses de danser ensemble dans ce fest-noz (peut-être le seul de l’été en Loire-Atlantique) !

Et puis la musique a du s’arrêter à la Wardine. Et pendant qu’un concert de rap continuait sur la grande scène avec un open mic, d’autres ne s’arrêtaient plus de danser sous le grand chapiteau. Sauf que nous, on avait appris qu’une meuf s’était faite violer en allant faire ses besoins. Et que le violeur était introuvable…

Alors on aurait bien voulu danser penard·e·s sous le grand chapiteau mais dans l’assistance, des relous déployaient leur ingénieurie sexiste pour niquer la soirée. Et un mec qui te frotte, et un autre qui t’embrouille des heures autour d’une question de consentement, et vas-y que je généralise sur les féministes, et que je ne te lâche plus. Un coup je te drague, un autre je t’emmerde. Et une copine qui tombe sur un autre cas d’agression pendant qu’elle part pisser…

Il était déjà très tard, et cette sensation que plus la nuit dure, plus les emmerdes s’accumulent, revenait comme chaque soir de fête… On théorisera pas des heures, et à vous écrire ce compte-rendu de soirée, on se sent aussi fatigué·e·s qu’à 5h du matin quand il était déjà l’heure pour nous d’aller dormir et d’assumer les comptes-rendu du lendemain… Y’a eu des outils mis en place pour limiter ce genre de merdes, une infoline existait mais ca n’aura pas suffit, et nous, on est blasé·e·s.

Dimanche matin

Face aux Plan Locaux d’urbanisme, déborder les zonages ! Défendre l’habiter hors norme partout ! Avec : La commission habitat des Notre Dame des Landes, des habitant.e.s du quartier libre des Lentillères et de sa Zone d’Ecologie Communale, des juristes de Notre Affaire à Tous et des membres de Superlocal et d’Halem

Durant cette discussion, un collectif s’est lancé pour continuer la reflexion sur cette thématique. Et le chiffre de 3000 personnes présentes durant ce weekend a circulé !

Fatima Ouassak

Fumées noires et gilets jaunes avec la revue Z et son numéro 13- Retour sur une enquête trépidante à Rouen au lendemain de l’incendie de l’usine chimique Lubrizol et autres rejets industriels

A la fin de cette discussion, les repas ont été servis et après le service, des meufs ont pris la parole pour expliquer l’ambiance de la soirée de la veille. On pouvait entendre les oiseaux siffler tellement le silence règnait, mais l’impuissance ne s’est pas emparée de toutes les meufs présentes et très vite, des slogans ont emmergé de l’assistance…

Assemblée sur les suites du 17 juin et de nouveaux cycles d’actions coordonnées contre la “Réintoxication du monde” avec un ensemble de collectifs des 4 coins du pays

Après un tour pas si rapide sur les différentes actions ayant eu lieu le 17 juin, différentes propositions de dates, actions et agenda commun ont été lancées durant cette assemblée. Des personnes se sont retrouvées en commission, et sans vous en dire trop ni d’avantage, on peut déjà vous annoncer qu’il faudra réserver votre 17 novembre pour la deuxième phase de cet appel ! Plus d’infos à venir.

Tou·te·s au Carnet

Voir le compte-rendu effectué par une autre équipe de reporters ici

C’est la fin du suivi/récit de la semaine à l’Intergalactique/ZADenVies/Le Carnet pour notre équipe, merci à tou·te·s pour l’investissement, les discussions passionnantes et les actions débordantes, et merci à vous de nous avoir suivi ! A très vite pour d’autres récits !


Article publié le 02 Sep 2020 sur Expansive.info