Mai 1, 2016
Par Indymedia Bruxsel
309 visites


“C’est à notre tour de dépasser la peur, et de réaffirmer partout avec nos ami-es féministes et laïques, à Bruxelles comme à Bamako, à Istanbul comme à Paris, nos convictions en une société plus juste, fondée sur les droits humains fondamentaux”

Paris, Bruxelles, Istanbul, Bamako, Grand Bassam, Tunis…

A chaque attentat, les mêmes scènes d’effroi, de panique, la même désolation, la même odeur de mort qui rôde et saisit des femmes, des hommes, indistinctement, sans faire de cas de leur couleur de peau, de leur sexe, de leur religion, de leur niveau social ou culturel. La haine de l’autre frappe à l’aveugle, c’est ce qui fait sa toute-puissance destructrice.

A chaque attentat, on se demande si un-e proche, un-e ami-e, une connaissance n’a pas été touchée. La radio égrène heure après heure des chiffres dont on devine qu’ils seront plus lourds en fin de journée. On appelle ses proches, on se rassure comme on peut, on se parle… ça ne protège pas des assassins, ni des imbéciles ou des sectaires, mais ça fait du bien. On peut aussi mettre des bougies, ou bien chanter avec fougue comme Sarah Orchani « le plat pays », ou bien crier sa rage d’en être arrivés là, devant l’aveuglement du monde !

Aujourd’hui, chacun le sait, nous allons vivre des décennies avec/contre le terrorisme. Les Algérien-nes nous en avaient averti-es, il y a plus de 20 ans, mais peu de personnes en Europe les ont entendu-es. A l’époque, en France, en Belgique, en Grande-Bretagne, les islamistes étaient accueillis par nos gouvernants, qui avaient cru trouver des interlocuteurs pour la paix sociale… Mal leur en a pris. Et ce n’est pas en cadenassant chaque pays de l’intérieur, ou l’Europe toute entière, qu’ils vont changer la face du terrorisme.

Il nous reste à tirer les leçons que nous avaient données les Algérien-nes à la création de Femmes Contre les Intégrismes, en 1995 : « continuer de vivre, de travailler, de militer… De toute façon, disent-elles encore, nous avons dépassé la peur ». C’est à notre tour de dépasser la peur, et de réaffirmer partout avec nos ami-es féministes et laïques, à Bruxelles comme à Bamako, à Istanbul comme à Paris, nos convictions en une société plus juste, fondée sur les droits humains fondamentaux.





Source: