Janvier 19, 2021
Par La Rotative (Tours)
216 visites


EDF est déjà très mal en point et son démantèlement serait une catastrophe pour les usagers qui verront leur facture augmenter. Cela créera un risque pour la qualité et la sécurité de la production électrique et bien sûr ce sera une attaque sans précédent contre celles et ceux qui travaillent dans cette filière.

À l’heure où la seule boussole de nos dirigeants est la finance, chaque personne peut se rendre compte des effets de la privatisation sur des secteurs publics tels que la Santé, la Poste, la SNCF, la forêt, l’eau, les autoroutes, … et il en ira de même pour EDF. Le projet de démantèlement, nommé Hercule, sépare EDF en trois parties : EDF en bleu pour la partie nucléaire et hydraulique (la première est très déficitaire, « si ce n’est pas rentable on nationalise »), EDF en vert pour l’éolien et le solaire (secteur en pleine expansion, qui attire les investisseurs avides de dividendes, « si ça rapporte, on privatise »), EDF azur restant pour les services.

L’objectif de dégager des intérêts financiers sur ce qui rapporte aura pour conséquence de faire supporter aux contribuables les coûts de la production nucléaire. Ce coût financier sera absolument démentiel en terme de :

  • gestion hypothétique des déchets pour des millénaires (La Hague/Bure) ;
  • risques encourus par l’exploitation d’un parc à bout de course au risque de voir une catastrophe comme Fukushima ;
  • poursuite de la fabrication et le développement de l’arme atomique.

Autant d’argent qui serait mieux utilisé dans la recherche et le déploiement des énergies renouvelables. Pour le groupe local Sortir du nucléaire-Touraine, l’énergie électrique doit rester entre les mains d’une structure publique pour permettre de produire, distribuer, développer en toute sûreté, sécurité et sobriété énergétique. Le tout électrique, voiture ou chauffage, est un mauvais pari sur l’avenir. L’éclatement d’EDF n’est pas une bonne réponse aux défis qui nous sont lancés. Au lieu de s’aventurer dans la construction de nouveaux EPR ou d’un porte-avions atomique de 10 milliards d’euros, il serait sûrement plus judicieux d’assurer un avenir épargné du productivisme. Un vrai avenir pour nos enfants et pour les travailleurs qui voient leurs emplois attaqués, leurs conquêtes sociales menacées.

Du travail il y en a, à condition de le partager, de ne pas le brader (contrats précaires) et de créer les emplois dans le secteur des énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique, géothermie…) et dans celui du démantèlement des centrales (celui de la centrale de Brennilis, arrêtée en 1985, est toujours en cours).

Le groupe local Sdn-Touraine rappelle sa totale opposition au nucléaire civil et militaire.

Contact : [email protected]

Illustration : Amanda Hinault (CC BY-SA 2.0)




Source: Larotative.info