Septembre 19, 2021
Par Expansive
319 visites


Déclaration officielle du Jardin A Défendre (JAD)

La Prévalaye est un espace de 450 hectares peu urbanisé collé à la rocade périphérique, un grand espace naturel qui prend le rôle de ceinture verte. Nous, militants, militantes, sommes venu-es sur ce terrain pour montrer notre refus du projet d’extension du Stade Rennais sur la Prévalaye.

A l’occasion des mouvements de prise de terre lancés par la campagne des Soulèvements de la Terre en avril dernier, nous avons commencé à mettre en culture une parcelle destinée à devenir un parking du Stade Rennais FC.

Nous nous inspirons d’autres initiatives de Jardins à défendre, comme le Jardins des Vertus occupé à Aubervilliers contre un projet de solarium et actuellement en cours d’expulsion.

Nous appelons celles et ceux qui veulent à nous rejoindre ce Dimanche 12 Septembre à la Prévalaye pour défendre ce jardin et les nombreux jardins vivriers et familiaux menacés d’expulsion.



La concertation citoyenne ne vaut rien, les décisions sont déjà prises

Le Stade Rennais FC veut déposer un permis de construire dès le mois d’Octobre !

Une récente étude environnementale indique qu’une nappe phréatique est présente toute près de la surface du sol à plusieurs endroits de cette zone de la Prévalaye.

A la place des jardins familiaux, le Stade veut construire des équipements accessoires (bande d’échauffement, mini-terrains, parking et route) qui imperméabiliserait les sols et nuirait au cycle naturel de l’eau dans ce milieu.

En plus de ces 3,5ha annoncés, une autre parcelle voisine de 5ha est déjà officiellement réservée au Stade par les élu·es rennais·es pour une extension future !

Nous ne voulons pas laisser faire à la Prévalaye ce projet plutôt inutile, largement imposé et destructeur, auquel ne consentent pas les jardinier·es et paysan·nes, les riverain·es et habitant·es, les associations.

Notre vision de la Prévalaye

En lieu et place de ces destructions nous revendiquons :

  • Une réappropriation collective de la Prévalaye, de son paysage de bocage et sa vocation agricole historique
  • Le maintien et développement de la production alimentaire locale paysanne
  • la préservation des ressources en eau et en biodiversité
  • la fin des baux triennaux (précaires) afin de garantir aux agriculteur·ices une sécurité et une pérennité sur ces terres

Contacts : [email protected]

[email protected]




Source: Expansive.info