Janvier 1, 2021
Par Le Monde Libertaire
242 visites


L’appel à signer des zapatistes reste ouvert à tout groupe, collectif et organisation de tout pays et dans toute langue, en écrivant à : [email protected] (Note de la traductrice).

AUX PEUPLES DU MONDE,
AUX PERSONNES QUI LUTTENT EN EUROPE :

SOEURS/FRÈRES ET [email protected] :
Au cours de ces derniers mois, nous avons établi le contact entre nous par divers moyens. Nous sommes des femmes, des lesbiennes, des gays, des bisexuel.le.s, transgenre, travestis, trans, intersexuel.le.s, queer et autres, des hommes, des groupes, des collectifs, des associations, des organisations, des mouvements sociaux, des peuples originaires, des associations de quartier, des communautés et une longue série de ce qui fait notre identité.

Cieux, montagnes, vallées, steppes, forêts, déserts, océans, lacs, fleuves, rivières, lagunes, races, cultures, langues, histoires, âges, géographies, identités sexuelles et pas que, racines, frontières, formes d’organisation, classes sociales, pouvoir d’achat, prestige social, renommée, popularité, gens qui nous suivent, likes, monnaies, niveau de scolarité, façon d’être, tâches, qualités, défauts, “pour”, “contre”, objections, réserves, rivalités, inimitiés, conceptions, argumentations, contre argumentations, débats, différends, dénonciations, accusations, mépris, phobies, passions, éloges, rejets, huées, applaudissements, divinités, démons, dogmes, hérésies, ce qu’on aime et qu’on n’aime pas, nos modes de vie, nous distinguent et créent des distances entre nous, et une longue série de qui nous différencie et, pas mal de fois, nous oppose.

Il n’y a que très peu de choses qui nous unissent :

Faire nôtres les douleurs de la terre : la violence contre les femmes ; la discrimination et le mépris envers les personnes différentes dans leur identité affective, émotionnelle, sexuelle ; l’anéantissement de l’enfance ; le génocide contre les peuples originaires ; le racisme ; le militarisme ; l’exploitation ; la spoliation ; la destruction de la nature.
Comprendre que c’est un système qui est responsable de ces douleurs. Le bourreau est un système exploiteur, patriarcal, pyramidal, raciste, voleur et criminel : le capitalisme.
Savoir qu’il n’est pas possible de réformer ce système, de l’éduquer, de l’atténuer, de le domestiquer, de l’humaniser.

L’engagement de lutter, partout et à toute heure et sur tous les terrains contre ce système jusqu’à sa complète destruction. La survie de l’humanité dépend de la destruction du capitalisme. Nous ne nous rendons pas, nous ne sommes pas à vendre et nous ne fléchissons pas.

La certitude que la lutte pour l’humanité est mondiale. De même que la destruction en cours ne connaît pas de frontières, de nationalités, de drapeaux, de langues, de cultures, d’ethnies ; de même la lutte pour l’humanité se déroule partout, tout le temps.

La conviction que beaucoup de mondes vivent et luttent dans le monde. Et que toute prétention à l’homogénéité et à l’hégémonie porte atteinte à l’essence de l’être humain : la liberté. L’égalité de l’humanité est dans le respect de la différence. Elle se ressemble dans sa diversité.

Comprendre que ce n’est pas en cherchant à imposer notre regard, les pas que nous effectuons, nos camarades de route, nos routes et nos destinations que nous permettra d’avancer mais l’écoute et le regard de l’autre qui, distinct et différent, a la même vocation de liberté et de justice.

En raison de ces convergences et sans renoncer à nos convictions ni cesser d’être nous-mêmes, nous avons convenu :
1. De réaliser des rencontres, des dialogues, des échanges d’idées, des expériences, des analyses et des points de situation entre toutes les personnes engagées, depuis diverses conceptions et sur différents terrains dans la lutte pour la vie. Ensuite chacun poursuivra sa route ou pas. Regarder et écouter l’autre nous aidera peut-être ou peut-être pas dans notre cheminement. Mais connaître la différence fait aussi partie de notre lutte et de notre engagement, de notre humanité.
2. Que ces rencontres et activités aient lieu sur les cinq continents. Et pour ce qui concerne le continent européen, qu’elles se réalisent dans les mois de juillet, août, septembre et octobre 2021, avec la participation directe d’une délégation mexicaine formée par le CNI-CIG, le Front des Peuples pour la Défense de l’Eau et de la Terre de Morelos, Puebla et Tlaxcala, et l’EZLN. Et, à des dates ultérieures à préciser, les réaliser, en fonction de nos possibilités, en Asie, Afrique, Océanie et Amérique.
3. Inviter toutes les personnes partageant ces mêmes inquiétudes et des luttes similaires, toutes les personnes honnêtes et toutes les personnes d’en bas en rébellion et résistance aux quatre coins du monde, à s’associer, soutenir et participer à toutes ces rencontres et activités ; et à signer et faire leur cette déclaration EN FAVEUR DE LA VIE.

Depuis le pont de dignité qui unit l’Europe d’en bas et la Gauche aux montagnes du Sud-Est mexicain,

Nous.
Planète Terre.
1 janvier 2021.




Source: Monde-libertaire.fr