Juin 4, 2021
Par Paris Luttes
350 visites


Décès de Philippe Ferrières, à Drancy, le 24 mai 2019. Deux ans plus tard, trois policiers désormais mis en examen pour homicide involontaire.

En mai 2019, Philippe Ferrières, habitant de Drancy de 36 ans est tué lors d’une intervention policière après avoir été étranglé (“j’ai donné un coup sec de mon avant-bras sur le cou et j’ai maintenu ma position deux ou trois secondes” affirme l’un des policiers). Maintenu au sol, inconscient, tout en étant entravé durant de longues minutes avant qu’un massage cardiaque lui soit prodigué, Philippe Ferrières est déclaré mort dans la soirée.

Devant le juge d’instruction, Pierre-Yves A., le brigadier qui a effectué cette clé d’étrangement a admis qu’il n’avait « peut-être pas su gérer [son] adrénaline ».

L’information a été confirmée par le parquet de Bobigny auprès du Parisien.

De toute évidence, les accusations portées contre les policières sont accablantes…

  • En effet, l’autopsie avait révélé que le décès avait été causé par une « asphyxie mécanique par compression cervicale associée à un traumatisme crâno-facial ».
  • Rappelons par ailleurs que l’interpellation de Philippe Ferrières avait été filmée. Sauf que le témoin assure qu’un fonctionnaire avait effacé sa vidéo. Plusieurs autres personnes ont corrobé l’inaction policière : “à aucun moment le premier équipage ne prend la décision de faire un massage cardiaque alors que la clé d’étranglement, bien musclée, a duré plus de 30 secondes et qu’après, Philippe Ferrières, resté au sol, sur le ventre, menotté les mains dans le dos, ne bouge plus depuis longtemps”.

Après discussions entre collègues policiers de différents équipages, Philippe Ferrières est resté plus de 20 minutes au sol, inerte et face contre terre, avant qu’un policier tente un vain massage cardiaque.

Il aura donc fallu près de deux années pour que la machine judiciaire, d’habitude si pressée pour réprimer le commun des mortels, “lâche” ses policiers. Pour autant, depuis le décès de Philippe Ferrières, deux des trois policiers mis en examen ont intégré une Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS)…




Source: Paris-luttes.info