Octobre 25, 2021
Par Demain Le Grand Soir
300 visites


Né à Angües (région de La Plana de Huesca) le 12 novembre 1921 dans une famille d’agriculteurs affiliés à la CNT d’Aragon et disposant de peu de ressources, Martín Arnal Mur était le sixième d’une fratrie de dix enfants. À l’âge de 12 ans, il commença à travailler comme domestique dans une famille de Bespén. À 15 ans, il participa activement à la communauté agricole d’Angües pour récupérer les récoltes perdues après le coup d’État du général Franco. Il était le frère de deux militants du groupe Bakounine de la FAI (Fédération anarchiste ibérique), José et Román, qui ont été fusillés à Huesca au début de la guerre. En mars 1938, à l’âge de 16 ans, il fut mobilisé par le gouvernement républicain sur le front de Huesca pour participer à la construction de fortifications et de tranchées à Monflorite.

Après l’avancée des troupes franquistes, il s’enfuit à pied vers la France depuis Angües, via Balbastro, Graus et Benás. Le gouvernement français le transporta en train au camp de réfugiés d’Angoulême avec d’autres antifascistes aragonais et espagnols. Il s’évada avant d’être déporté à Mauthausen, comme cela s’est produit pour ceux qui y sont restés, bien que les Allemands aient averti le gouvernement de Franco de leurs intentions à plusieurs reprises. Il retourna en Espagne via Cerbère en février 1939. Mais il rentra rapidement en France après la Retirada.

Il resta à Perpignan, dans un camp gardé par la cavalerie française, et de là, il est allé au camp de concentration d’Argelès-sur-Mer où il a été recruté par l’armée française. Il a travaillé dans un champ de tir à Burge où l’on testait des armes, il fallait être près de l’endroit où les obus allaient exploser pour vérifier qu’ils fonctionnaient correctement. Il y resta sept mois. En France, il participa à la Résistance, à la réorganisation clandestine de la CNT et à des opérations de pénétration de l’État espagnol. Au début de l’année 1944, Martín fut chargé de surveiller la frontière et de reconnaître le terrain pour le passage de la guérilla dans la région de Sobrarbe. En novembre de la même année, il dût s’échapper de nuit en raison du siège de la Garde civile à Saravillo.

Il resta à Perpignan, dans un camp gardé par la cavalerie française, et de là, il est allé au camp de concentration d’Argelès-sur-Mer où il a été recruté par l’armée française. Il a travaillé dans un champ de tir à Burge où l’on testait des armes, il fallait être près de l’endroit où les obus allaient exploser pour vérifier qu’ils fonctionnaient correctement. Il y resta sept mois. En France, il participa à la Résistance, à la réorganisation clandestine de la CNT et à des opérations de pénétration de l’État espagnol. Au début de l’année 1944, Martín fut chargé de surveiller la frontière et de reconnaître le terrain pour le passage de la guérilla dans la région de Sobrarbe. En novembre de la même année, il dut s’échapper de nuit en raison du siège de la Garde civile à Saravillo.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, il fut démobilisé de l’armée française en mars 1945, et resta vivre en France. Il a travaillé comme coupeur de bois de chauffage, sur les chemins de fer et dans le bâtiment comme maçon. À Rebastens, il a rencontré Ángela Salas González. Elle était issue d’une famille qui avait émigré d’Almería en France pour des raisons économiques après la Première Guerre mondiale (1914-1918) et elle travaillait dans les champs. Ils se sont mariés en 1949 et dès lors, il fit sa vie dans cette ville française en travaillant comme maçon jusqu’à sa retraite à l’âge de 63 ans. Ils ont eu un fils et deux filles. Après la mort du dictateur Franco en 1975, il retourna vivre avec Angela à Angües, tandis que ses enfants restèrent en France.

En octobre 2018, Martín Arnal vécut un autre des moments les plus émouvants et les plus attendus de sa vie lors des travaux d’exhumation dans une fosse commune du cimetière de Las Mártires de Huesca. Ces travaux ont permis de découvrir les restes de cinq personnes assassinées par le fascisme, dont plusieurs compagnons de Martín. Parmi eux se trouvait son frère Román, assassiné le 4 janvier 1937. Román était accusé d’avoir participé aux communautés agraires promues par la CNT à Angüés.

Au cours de l’été 2020, avec sa force et sa joie habituelles, Martín a participé à Boltaña à la première du Festival d’Espiello de « Dans la même terre ». Un film qui raconte sa vie impressionnante et extraordinaire, réalisé par Marco Potyomkin, et produit par Rubén Barranco et Raúl Mateo.

Jusqu’à ses derniers jours, Martín Arnal a continué à s’impliquer dans la diffusion de ses idées anarchistes et a été l’un des rares témoins vivants de l’époque de la guerre de 1936. Il aurait eu 100 ans le 12 novembre. « Il nous laisse son histoire, son combat inlassable contre le fascisme. Que la terre lui soit légère », a écrit Mercedes Sánchez de l’ARMHA (Association pour la mémoire historique d’Aragon) sur les réseaux sociaux, l’un des nombreux témoignages d’affection pour l’antifasciste et guérillero aragonais décédé jeudi en France.




Source: Demainlegrandsoir.org