Qui sait que ces hommes vont, dans l’exil, reconstruire clandestinement la CNT, le syndicat anarchosyndicaliste qui, durant trente mois, venait de mener une rĂ©volution sociale en mĂȘme temps qu’il combattait les armĂ©es de Franco ?

Ce livre est un hommage aux nombreux oubliĂ©s de l’histoire locale et de l’histoire tout court : dans le Nord-Ouest Cantal, prĂšs de Mauriac, ils furent plusieurs centaines de rĂ©fugiĂ©s espagnols enrĂŽlĂ©s Ă  la construction du barrage de l’Aigle en 1939.

Qui sait qu’ils seront plus de 600 miliciens aguerris aux armes Ă  s’engager dans la RĂ©sistance aux cĂŽtĂ©s des Français, Ă  crĂ©er un maquis composĂ© exclusivement de militants anarchistes et participer Ă  la libĂ©ration du Cantal, de l’Auvergne ?

À partir de tĂ©moignages inĂ©dits de militants espagnols ayant vĂ©cu cette pĂ©riode, l’auteur a voulu sortir de l’ombre ces hommes en racontant leur aventure cantalienne.

Honneur Ă  tous ces braves qui, abandonnĂ©s et trahis depuis 1936, ont Ă©crit dans le Cantal une belle page de fraternitĂ© et de combat pour l’émancipation humaine.

« L’Espagne m’accompagne depuis mon enfance : ce sont les copains de mon pĂšre, mineurs comme lui Ă  Carmaux, leurs enfants, mes copains d’école et de quartier Ă  Albi ; puis ce furent des voyages, des lectures et des rencontres militantes. C’est tout un ensemble qui a construit une relation affective et idĂ©ologique trĂšs forte. Â»

Michel Di Nocera est militant libertaire et libre penseur.






Article publié le 13 Oct 2020 sur Demainlegrandsoir.org