Septembre 26, 2022
Par Le Mouton Noir (QC)
218 visites

J’ai assisté à plusieurs débats dans la région pour vaincre mes préjugés sur le cirque électoral, mais ceux-ci ont été renforcés envers les assoiffé.e.s de pouvoir. Organisé dans le cadre de la «Semaine des débats Vire au vert», le débat environnemental de vendredi soir dernier au Cégep de Rimouski a confirmé que, pendant une campagne électorale, on peut dire n’importe quoi n’importe quand.

Survol des 4 partis présents

Il était disgracieux et insultant d’entendre le Parti libéral et le Parti québécois promettre des balivernes d’hydrogène vert, de moteur propre et autres miracles aux écolos dans la salle, comme si ces deux entreprises politiques n’avaient pas un lourd passé historique en matière de saccage environnemental. Par quel acte de foi devrions-nous leur accorder un iota de confiance durable?

Le PLQ est un parti fondé en 1867, ça fait plus de 150 ans qu’il grenouille le Québec, y sont pas tuables, ce sont des vampires mafieux. Le candidat de Rimouski a proposé un «Plan Bleu» qui consiste à «exploiter de façon industrielle les richesses du Saint-Laurent», pis on l’écoute, docilement, nous dérouler sa vision néolibérale. Rappelons-nous que la dernière fois que ce parti a été au pouvoir, le ministre libéral de l’Environnement avait soutenu que les forages de la pétrolière TransCanada dans une pouponnière de bélugas au large de Cacouna étaient «nécessaires». Je peux également vous assurer que jamais la cheffe multimillionnaire des libéraux ne taxera massivement la richesse telle qu’exigé par les groupes écologistes. Pas de justice climatique sans justice sociale.

Le PQ a eu comme chefs Lucien Bouchard le porte-parole de l’industrie pétrolière et Pierre Karl Péladeau le Gargamel inc.; la formation politique a été au pouvoir seulement 18 mois la dernière fois et elle a trouvé le moyen de proposer de forer l’ile d’Anticosti pour du pétrole, de construire la cimenterie McInnis en Gaspésie (le projet le plus polluant de l’histoire de la province) et de polluer le climat social du Québec avec leur Charte des valeurs.

Le parti le moins pire au plan environnemental, Québec Solidaire, est quand même favorable au prolongement de l’autoroute 20 vers l’est, à la ruée minière du Lithium, aborde à peine la délicate question de la production et consommation de viandes et refuse la décroissance. Aussi, comme l’explique Pierre-Olivier Pineau de HEC Montréal à propos de nos modes de vie : «QS évite dexpliquer de façon frontale aux électeurs quil faudra apprendre à vivre dimportantes contraintes directes, notamment sur lusage automobile.» Parce qu’il ne suffit pas d’offrir plus de transport en commun, on doit aussi contraindre radicalement l’auto solo pour avoir des résultats. Mais, l’expert du secteur de l’énergie avoue tout de même que le plan climat de QS est «parmi les plus documentés et les plus sérieux que jai vus»[1].

Pour sa part, le candidat bourru du parti Climat Québec, ancien bloquiste, lisait nonchalamment ses feuilles entre deux siestes pendant le débat électoral, répétant sans cesse qu’il ne serait pas élu et se demandant bien ce qu’il faisait là. D’ailleurs, sur les ondes de CFYX, le candidat a invité la population a voter stratégique pour…le candidat péquiste![2] Pourtant, lors du débat, le candidat de Climat Québec s’était prononcé pour une révolution de nos moeurs, de nos façons de produire, de notre consumérisme, blablabla… Faut croire que finalement, il y va avec la continuité après 28 ans de pouvoir péquiste à Rimouski.

Absente du débat, ayant refusé d’y participer, la candidate de la CAQ n’a jamais été aussi pertinente et honnête en matière d’écologie. Après 4 ans, rappelons ce qu’il se dit : «le bilan [environnemental] de la CAQ plombé par un manque de cohérence et de vision»[3], ainsi que «les experts consultés par Le Devoir sentendent sur un point : le plan caquiste ne permettra pas datteindre lobjectif [climatique] de 2030.» Parlant de rater sa cible, mention spéciale à Philippe Cousineau Morin, ce conseiller municipal de Rimouski, qui a appuyé publiquement la candidate de la CAQ «pour sa préoccupation de l’environnement».

Aussi absente, Stéphanie Du Mesnil du Parti conservateur m’a inspiré cette devinette. Éric Duhaime et le PCQ sont en bateau. Duhaime et le PCQ tombent à l’eau. Qu’est-ce qui reste? L’espoir d’un monde meilleur. Enfin libres chez nous!

Période de questions du public

«Peu importe pour qui, l’important c’est de voter» s’entendaient pour dire les 4 partis politiques au service du régime parlementaire.

Lors de la période de questions, le mépris des candidats présents envers les abstentionnistes du scrutin était d’un manque de respect total et démontrait à merveille leur faible estime envers les citoyens et citoyennes qui refusent leur système bourgeois. Comme il est de bon ton de marginaliser les abstentionnistes. Pourtant, le véritable problème n’est pas les personnes qui ne votent pas, le problème c’est de voter encore et toujours pour des partis capitalistes, des conservateurs, pour la droite droguée à la croissance, à la méritocratie, aux chimères du ruissellement économique et aux technologies «salvatrices».

Ne pas voter, ce n’est pas abdiquer, c’est s’engager radicalement par d’autres moyens, c’est considérer que la démocratie mérite mieux que le parlementarisme où le peuple renonce à sa voix à chaque quatre ans. L’incantation de «Peu importe pour qui, l’important c’est de voter» démontre à quel point les partis et leur imaginaire sortent tout droit d’une chaine de montage d’une usine politique produisant diverses nuances de capitalisme vert.

Pendant les élections, les partis politiques nous catapultent des êtres humains comme candidat.e.s, mais une fois les votes encaissés, ils remballent tout, alors la population se retrouve devant un système bureaucratique, un État violent et s’adresse à une machine froide.


[1] https://www.lapresse.ca/elections-quebecoises/2022-09-04/vu-lu-et-verifie/le-plan-climat-de-quebec-solidaire-vise-t-il-juste.php?fbclid=IwAR2oo8TnLbmn5bdIAp4RR9DxfM2T1Pvwv5ABw0TUByG272M-se0XS6CmK-A#

[2] https://journallesoir.ca/2022/09/26/samuel-ouellet-obtient-un-appui-inattendu/?fbclid=IwAR1Mi4cLroXd0JI3IaXmBorS6XGRNOpDhH3dr4kpxUatrfiG_SKv9OJDoJ8

[3] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1907129/elections-bilan-environnement-caq-gouvernement-legault-changements-climatiques




Source: Moutonnoir.com