Depuis quelques semaines, les publications de CND font l’objet de commentaires trĂšs nĂ©gatifs, souvent agressifs. Qu’il s’agisse de posts sur des mobilisations antiracistes, fĂ©ministes, des rĂ©voltes au Liban ou en BiĂ©lorussie, ou mĂȘme des Gilets Jaunes. On pourrait se dire que c’est le “jeu” des rĂ©seaux sociaux, surtout pour un mĂ©dia des luttes sociales et politiques. Sauf que la page existe depuis prĂšs de 8 ans, avec une audience importante depuis le dĂ©but des Gilets Jaunes. Et que c’est la premiĂšre fois que nous connaissons un tel afflux de commentaires “contre” nos publications. Pour ne pas dire contre CND.

Cela ne nous empĂȘche pas de dormir, et nous ne pensions pas Ă©crire sur le sujet. Mais de nombreuses personnes nous ont envoyĂ© des messages pour nous alerter sur ces commentaires et nous demander des explications.

Nous avons fait le choix de ne bannir et supprimer que les messages racistes, homophobes, sexistes, ou d’incitation Ă  la haine. Tous les autres commentaires restent visibles, y compris ceux qui nous dĂ©nigrent. C’est un choix. Celui de la libertĂ© d’expression et du respect des diffĂ©rences de points de vue.

Mais il convient d’expliquer et de contextualiser cet afflux massif de commentaires nĂ©gatifs, qui a commencĂ© fin mai. Que s’est-il passĂ© Ă  cette pĂ©riode ? La mort de George Floyd et le mouvement BLM, que nous avons abondamment couvert. S’en sont suivies de nombreuses mobilisations françaises antiracistes et contre les violences policiĂšres, notamment Ă  l’initiative du ComitĂ© Adama.

Cela a provoquĂ© des centaines de commentaires et messages privĂ©s d’insultes (voire de menaces). Pourtant, il ne s’agissait en rien d’un changement de positionnement de CND, qui a connu sa premiĂšre grosse visibilitĂ© dĂšs l’acte 2 des Gilets Jaunes, grĂące Ă  un Ă©vĂ©nement facebook que nous avions crĂ©Ă© : “Gilets Jaunes anti racistes”. DĂšs l’acte 3 nous faisions un Ă©vĂ©nement coorganisĂ© par le ComitĂ© Adama.

Nous n’avons donc jamais “avancĂ© masquĂ©â€ sur la question de l’antiracisme. Ni sur celle de l’homophobie ou du sexisme. La page est ouverte Ă  toutes les idĂ©es et nous postons des points de vues contradictoires, mais avec comme seule ligne le respect de tous et des diffĂ©rences. Cela laisse un spectre trĂšs large d’opinion.

Une petite partie de notre audience a probablement Ă©tĂ© “surprise” de cet antiracisme assumĂ©. Des gens qui avaient connu notre mĂ©dia en cours de route, Ă  un moment oĂč les questions de racisme n’étaient pas aussi prĂ©sentes. A ceux-lĂ , nous leur disons que notre plateforme sera toujours du cĂŽtĂ© de ceux qui combattent les oppressions.

Mais nous pensons aussi qu’une bonne partie de ceux qui nous attaquent/dĂ©nigrent n’ont jamais Ă©tĂ© “fans” de notre mĂ©dia. Nous le voyons puisque plus de la moitiĂ© des personnes que nous devons bannir suite Ă  des commentaires racistes ne “likent” pas la page au moment du commentaire.

Nous savons aussi que notre page fait l’objet d’attaques coordonnĂ©es de certains groupes. Cela a Ă©tĂ© le cas il y a un an avec des militants macronistes ou d’extrĂȘme droite. A l’époque, nous avions trouvĂ© des posts dans des groupes facebook (notamment pro police) qui appelaient Ă  faire des signalements massifs et coordonnĂ©s de nos publications. Entre le printemps et l’automne 2019, nous avons subi au moins 4 blocages majeurs de notre page facebook. A chaque fois, nous avons fait appel et avons sensibilisĂ© notre audience Ă  ces censures abusives.

Mais depuis plusieurs mois, cette tendance semble s’ĂȘtre calmĂ©e. Il n’est pas dĂ©raisonnable d’envisager que ces groupes voulant porter prĂ©judice Ă  CND ont changĂ© de tactique : plutĂŽt que signaler nos posts en espĂ©rant que la page soit bloquĂ©e (voire supprimĂ©e), ils dĂ©cident de commenter nos publications de façon nĂ©gative dans l’optique de dĂ©crĂ©dibiliser notre page. CrĂ©er un bruit et une ambiance nĂ©gative autour de nos contenus.

La stratĂ©gie est d’autant plus gagnante pour eux puisqu’elle permet de ternir l’image de CND mais aussi de faire fuir certaines personnes lassĂ©es de lire des commentaires aussi haineux et agressifs. Nous avons d’ailleurs reçu des dizaines de messages de personnes qui nous suivent depuis longtemps et qui, n’en pouvant plus de ces commentaires, envisagent de se dĂ©sabonner.

L’idĂ©e est aussi de faire germer quelques doutes sur les intentions de notre page. A force de lire plusieurs fois par jour en commentaire, que CND est financĂ© par Soros, certains de nos abonnĂ©s peuvent lĂ©gitimement se dire qu’il n’y a peut-ĂȘtre pas de fumĂ©e sans feu. Qu’aprĂšs tout, si tant d’internautes l’écrivent sur nos publications, cela ne doit pas sortir de nulle part.

En effet, cela ne sort pas de nulle part. Il s’agit de quelques petits groupes qui ne voient pas d’un bon Ɠil que CND et d’autres mĂ©dias indĂ©pendants connaissent une forte audience tout en assumant un positionnement antiraciste. Du coup, l’objectif est de dire que ces mĂ©dias ne connaissent un succĂšs que parce qu’ils ont derriĂšre une force de frappe financiĂšre.

Quand nous postons des contenus qui couvrent le mouvement Black Lives Matter, c’est donc selon ces groupuscules, Soros qui nous finance. Quand nous postons sur la rĂ©volte Ă  Hong Kong, c’est le gouvernement amĂ©ricain. Quand on poste sur les rĂ©voltes sud amĂ©ricaines, c’est l’Ɠuvre de la Russie ! Etc


Cette situation s’inscrit Ă©galement dans un contexte gĂ©nĂ©ral trĂšs propice au dĂ©veloppement de ces attaques par “petits groupes” sur les rĂ©seaux sociaux. 50 ou 100 personnes trĂšs organisĂ©es et actives peuvent aujourd’hui crĂ©er une vraie force de frappe en ligne, et en convaincre plusieurs milliers. Tout cela dans un contexte oĂč les mouvements sont de plus en plus internationaux. N’oublions pas que l’annĂ©e 2020 est celle des prĂ©sidentielles aux USA et que l’arrivĂ©e de nouveaux trublions des rĂ©seaux comme le Qanon ne relĂšve pas du hasard du calendrier. Et mĂȘme si ce mouvement complotiste/pro Trump pĂšse principalement sur les rĂ©seaux anglo-saxons, son poids en France commence Ă  ĂȘtre assez sĂ©rieux et inquiĂ©tant.

Nous tenions Ă  faire ces Ă©claircissements en cette pĂ©riode oĂč tout semble confus. Non pas pour nous justifier, mais pour tenter d’expliquer Ă  ceux qui nous suivent et nous apprĂ©cient, le pourquoi et comment de cette arrivĂ©e massive de commentaires nĂ©gatifs.

Pour terminer, nous rappelons donc que CND est animĂ© par plusieurs personnes, avec des points de vues parfois diffĂ©rents sur certaines questions, et qui laisse la porte ouverte Ă  d’autres prises de positions (tribunes, vidĂ©os
) extĂ©rieures, qui permettent d’alimenter un dĂ©bat sur les questions de sociĂ©tĂ©. CND a aussi vocation a relayer des contenus de mĂ©dias alternatifs pour leur donner une plus forte visibilitĂ©. Parmi ces mĂ©dias, tous n’ont pas la mĂȘme ligne Ă©ditoriale.

A chaque fois, notre seule ligne de front est celle du respect de tous. Nous combattons le racisme, le sexisme, l’homophobie et toutes les formes d’oppression.

Et mĂȘme si quelques dizaines d’internautes tentent de faire croire le contraire, nous pensons farouchement que ces combats ne sont pas des Ă©lĂ©ments repoussants pour de nombreux militants, qu’ils soient syndicalistes, Gilets Jaunes ou simple citoyens en colĂšre.


Article publié le 13 Oct 2020 sur Cerveauxnondisponibles.net