Janvier 26, 2021
Par CQFD
153 visites



Collage 6Col

« Cette rĂ©gion a d’abord Ă©tĂ© classĂ©e comme aire de paysage protĂ©gĂ©. Et c’est vrai qu’ici le paysage a en soi une valeur exceptionnelle qu’il faut prĂ©server. Â» Nous avons retrouvĂ© Nuno Carvalho Ă  la terrasse d’un cafĂ© d’Odeceixe, joli village situĂ© Ă  la limite entre Algarve et Alentejo. Nous sommes au centre du « Parque Natural do Sudoeste Alentejano e Costa Vicentina Â», une zone classĂ©e Natura 2000 qui s’étend sur quelque 110 kilomĂštres le long de la magnifique cĂŽte sud-ouest du Portugal. Pourtant, Ă  une poignĂ©e de kilomĂštres de lĂ , d’immenses serres saturent l’horizon


Nuno, ingĂ©nieur en environnement, est l’un des membres fondateurs de Juntos pelo Sudoeste (« Ensemble pour le Sud-Ouest Â»), collectif crĂ©Ă© en rĂ©action Ă  l’autorisation d’extension de ces champs de plastique. Il dĂ©roule l’historique : « Il y avait dĂ©jĂ , avant la crĂ©ation du parc en 1995, un pĂ©rimĂštre d’irrigation dĂ©pendant de la riviĂšre Mira et du barrage de Santa Clara, mais essentiellement Ă  destination des habitants et d’une agriculture extensive. Il y a vingt ans, des multinationales se sont rendu compte qu’il y avait ici le climat parfait pour produire des fruits rouges – framboises, fraises, myrtilles… Une production trĂšs lucrative, notamment grĂące au boum de la demande dans les pays du nord de l’Europe, mais extrĂȘmement gourmande en eau. Or l’eau est ici particuliĂšrement bon marchĂ©. Â»

Le niveau du lac de barrage Ă©tait au plus bas en 2020 : l’eau habituellement prĂ©levĂ©e par gravitĂ© doit maintenant ĂȘtre pompĂ©e mĂ©caniquement [1]. Et ce, alors mĂȘme que les monocultures sous serre n’occupent encore « que Â» 1 500 hectares du parc naturel sur les 4 800 programmĂ©s. Certains voudraient y voir l’effet de la seule baisse de la pluviomĂ©trie, mais l’explication paraĂźt insuffisante au vu des courbes d’évolution du volume d’eau disponible et de la surface des serres, parfaitement inversĂ©es.

Si l’approvisionnement en eau reprĂ©sente le problĂšme le plus urgent, les dĂ©gĂąts causĂ©s par cette invasion de monocultures intensives – appauvrissement et artificialisation des sols, pollution
 – sont innombrables et mettent Ă  mal tout l’écosystĂšme de la rĂ©gion. « Une des spĂ©cificitĂ©s du parc, note ainsi Nuno, ce sont ses mares Ă©phĂ©mĂšres, des foyers de biodiversitĂ© qui accueillent des espĂšces rares et menacĂ©es. Plus de la moitiĂ© ont Ă©tĂ© dĂ©truites ces derniĂšres annĂ©es  ! Â»

Greenwashing d’État

Les compagnies agro-industrielles, qui produisent Ă©galement des fleurs ornementales et du gazon, n’ont pas Ă©tĂ© attirĂ©es ici que par les conditions naturelles favorables : elles apprĂ©cient Ă©galement l’accueil plus que conciliant des autoritĂ©s politiques. « Au Portugal, il n’y pas besoin d’autorisation pour installer une exploitation agricole, prĂ©cise Nuno. Une Ă©tude d’impact n’est exigĂ©e qu’à partir de 50  hectares. Les entreprises achĂštent donc des parcelles plus petites et Ă  la fin, on obtient des exploitations de centaines d’hectares  ! La loi prend en compte cet impact cumulatif, mais rien n’a jamais Ă©tĂ© mis en place pour le contrĂŽler. Â» Plus encore qu’une rĂ©glementation trop permissive, le manque de contrĂŽle est en effet le souci majeur. « L’Institut pour la conservation de la nature et des forĂȘts, en charge des vĂ©rifications, est dĂ©passĂ©  : pour toute la rĂ©gion, ils n’ont que deux ou trois techniciens ! Le gouvernement vote des lois sans chercher Ă  les appliquer. En vĂ©ritĂ©, il ne veut pas agir. À l’international, le Portugal signe tous les traitĂ©s de protection de l’environnement, mais c’est une totale hypocrisie. Â»

Maravilha Farms, entreprise dont une grande partie des serres s’étend du cĂŽtĂ© de Zambujeira do Mar, appartient Ă  l’un des leaders mondiaux de la production de fruits rouges, le groupe amĂ©ricain Driscoll’s. Elle est en passe de doubler sa surface de production, passant de 150 Ă  300 hectares : le projet et son plan d’investissement ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©s en mai 2017 lors d’une cĂ©rĂ©monie prĂ©sidĂ©e par le Premier ministre socialiste AntĂłnio Costa en personne.

Le journal d’information critique Mapa a Ă©tĂ© de ceux qui ont relatĂ© cet Ă©pisode. L’auteur de l’article [2], Filipe Nunes, suit depuis longtemps l’évolution des territoires du sud du Portugal, dans une perspective Ă  la fois Ă©cologique et sociale. RĂ©pondant Ă  nos questions, lui aussi dĂ©nonce un greenwashing d’État au service des multinationales. Mais, au-delĂ  des crimes, environnementaux, il pointe le drame humain qui est en train de se jouer : « Bien sĂ»r, lorsque nous nous battons pour la protection de la nature, nous parlons aussi conditions de vie humaine. Il ne peut pas seulement s’agir de la vie de celles et ceux qui vivent traditionnellement lĂ , mais aussi de celle des ouvriers immigrĂ©s en quĂȘte de papiers qui alimentent cette machine dĂ©vastatrice, ce modĂšle agro-industriel dont il est question ici mais qui existe ailleurs. Â»

Une machine prédatrice

Les travailleurs immigrĂ©s sont bien les premiĂšres victimes de ce systĂšme « qui reflĂšte la constante de l’ñme capitaliste : des profits astronomiques garantis par une main-d’Ɠuvre nombreuse, bon marchĂ©, exploitĂ©e dans des conditions parfois proches de l’esclavage Â», dixit Filipe. Nuno abonde : « Ils sont livrĂ©s Ă  des mafias, qui souvent leur prennent leurs passeports. On loue des logements insalubres Ă  dix ou quinze personnes avec seulement deux ou trois lits. Beaucoup, aussi, vivent dans des conteneurs, directement sur l’exploitation. Â»

Ici, les travailleurs sont principalement originaires d’Asie : Inde, NĂ©pal, Pakistan
 « Dans la commune de SĂŁo TeotĂłnio, l’immigration a fait plus que doubler la population en un temps record, reprend Nuno. Ce qui ne va pas sans conflits. Les entreprises font venir ces personnes sans rĂ©flĂ©chir ni aux conditions d’accueil, ni Ă  aucune consĂ©quence ! Les services publics ne suivent pas, que ce soit au niveau de leur prise en charge sanitaire, de l’assainissement, de la gestion des dĂ©chets
 C’est un grand foutoir  ! Â»

Filipe Nunes relĂšve la mĂ©diocritĂ© des plans mis en place Ă  la hĂąte par les municipalitĂ©s et les producteurs agricoles pour intĂ©grer ces nouveaux arrivants. Et s’interroge : « Comment pouvons-nous aider rĂ©ellement ces personnes Ă  s’installer ici, Ă  y vivre, y Ă©lever des familles  ? Car nous, Portugais, avons besoin d’immigration, notamment pour revitaliser nos territoires ruraux vieillissants. Mais bien sĂ»r pas avec ce systĂšme dĂ©prĂ©dateur, qui ouvre Ă  la fois une fracture entre les populations et une voie royale au discours raciste et fasciste de Chega. [3] Â»

La lutte autour du parc naturel de la cĂŽte sud-ouest n’est pas la seule en cours au Portugal aujourd’hui. Nuno et Filipe Ă©voquent tous deux un combat similaire tout proche : celui contre la production intensive d’olives en Alentejo, autour de Beja. Moins de plastique mais, lĂ  encore, des milliers de travailleurs immigrĂ©s exploitĂ©s au service d’une Â« monoculture qui a dĂ©vastĂ© le centre de l’Espagne et qui arrive chez nous, maintenant que tout est devenu stĂ©rile lĂ -bas Â», se dĂ©sole Nuno.

Et Filipe de conclure : « De nouvelles perspectives s’ouvrent avec ces mouvements non partisans, non hiĂ©rarchiques, construits par les habitants eux-mĂȘmes, comme rĂ©cemment cette lutte victorieuse contre l’extraction de gaz et de pĂ©trole en Algarve, ou actuellement contre les mines de lithium dans les rĂ©gions montagneuses du nord et du centre du pays. Il me semble cependant que ces mouvements de contestation, y compris autour du parc naturel, font encore trop confiance aux institutions. Ce sont toujours les populations elles-mĂȘmes qui, par leur engagement radical, feront la diffĂ©rence. Â»

BenoĂźt Godin


La Une du n°194 de CQFD, illustrée par Julien Loïs {JPEG}

- Cet article a Ă©tĂ© publiĂ© dans le n°194 de CQFD, en kiosque du 2 janvier au 4 fĂ©vrier. Ce numĂ©ro contient un dossier « Vieillesses rebelles Â» : voir le sommaire.

  • Ce numĂ©ro est disponible chez prĂšs de 3 000 marchands de journaux partout en France. Pour retrouver les points de vente prĂšs de chez vous, cliquez ici.
  • Pour recevoir les prochains numĂ©ros directement dans votre boĂźte aux lettres, vous avez la possibilitĂ© de vous abonner.



Source: Cqfd-journal.org