Mai 3, 2021
Par Partage Noir
200 visites


Ces derniĂšres semaines, certains n’ont pas Ă©tĂ© avares de paroles creuses. Des orateurs et des journalistes, honnĂȘtement convaincus de l’efficacitĂ© de l’action politique, persuadĂ©s qu’elle seule peut permettre aux ouvriers de remporter la bataille, ont dĂ©noncĂ© les dommages incalculables causĂ©s par ce qu’ils appellent l’action directe (ils veulent dire en fait la « violence conspiratrice Â»).

Un certain Oscar Ameringer, par exemple, a rĂ©cemment dĂ©clarĂ©, lors d’un meeting Ă  Chicago, que la bombe lancĂ©e Ă  Haymarket Square en 1886 avait fait reculer le mouvement pour la journĂ©e de huit heures d’un quart de siĂšcle. D’aprĂšs lui, ce mouvement aurait Ă©tĂ© victorieux si la bombe n’avait pas Ă©tĂ© lancĂ©e. Ce monsieur commet une grave erreur.

Personne n’est capable de mesurer prĂ©cisĂ©ment l’effet positif ou nĂ©gatif d’une action, Ă  l’échelle de plusieurs mois ou de plusieurs annĂ©es. Personne ne peut dĂ©montrer que la journĂ©e de huit heures aurait pu devenir obligatoire vingt-cinq ans auparavant.

Nous savons que les lĂ©gislateurs de l’Illinois ont votĂ© une loi pour la journĂ©e de 8 heures en 1871 et que ce texte est restĂ© lettre morte. On ne peut pas davantage dĂ©montrer que l’action directe des ouvriers aurait pu l’imposer. Quant Ă  moi, je pense que des facteurs beaucoup plus puissants que la bombe de Haymarket ont jouĂ© un rĂŽle.

D’un autre cĂŽtĂ©, si l’on croit que l’influence nĂ©gative de la bombe a Ă©tĂ© si puissante, alors les conditions de travail et l’exercice des activitĂ©s syndicales devraient ĂȘtre bien plus difficiles Ă  Chicago que dans les villes oĂč rien d’aussi grave ne s’est produit. Pourtant on constate le contraire. MĂȘme si les conditions des travailleurs y sont dĂ©plorables, elles sont bien moins mauvaises Ă  Chicago que dans d’autres grandes villes, et le pouvoir des syndicats y est plus dĂ©veloppĂ© que dans n’importe quel autre endroit, exceptĂ© San Francisco. Si l’on veut donc absolument tirer des conclusions Ă  propos des effets de la bombe de Haymarket, il faut tenir compte de ces faits avant d’avancer une hypothĂšse. En ce qui me concerne, je ne pense pas que cet Ă©vĂ©nement ait jouĂ© un rĂŽle important dans l’évolution du mouvement ouvrier.

Et il en sera de mĂȘme avec la vigoureuse actuelle contre la violence. Rien n’a fondamentalement changĂ©. Deux hommes ont Ă©tĂ© emprisonnĂ©s pour ce qu’ils ont fait (il y a vingt-quatre ans, leurs semblables ont Ă©tĂ© pendus pour des actes qu’ils n’avaient pas commis) et quelques autres seront peut-ĂȘtre incarcĂ©rĂ©s. Mais les forces de la Vie continueront Ă  se rĂ©volter contre leurs chaĂźnes Ă©conomiques. Cette rĂ©volte ne faiblira pas, peu importe le parti qui remportera ou perdra les Ă©lections, jusqu’à ces chaĂźnes soient brisĂ©es.




Source: Partage-noir.fr