Février 4, 2022
Par Actualutte
338 visites

S’il est un slogan que toute manifestation de gauche se doit d’illustrer, c’est bien celui du « tous ensemble ». Or l’actuelle profusion des candidatures est exactement aux antipodes de ce mot d’ordre : c’est malheureusement le chacun pour soi qui prime. Il y aurait pourtant quelque chose à gagner dans une union.

Car si E. Macron reste en tête des intentions de vote, il y a fort à parier qu’il fera moins bien que les 24% du premier tour de 2017 en raison d’un quinquennat qui aura énormément déçu les attentes notamment du côté de son électorat « utile » plutôt populaire et de gauche. Les multiples frasques de son exécutif ont révélé la nature aristocratique de ce président très conciliant avec les nantis mais autoritaire avec tous les précaires (grévistes, chômeurs, intermittents, migrants, gilets jaunes, etc).

Par ailleurs, même en mettant de côté les candidats au tout petit électorat, la droite reste très fracturée entre un bloc « républicain » représenté par la gagnante de primaire V. Pécresse, et un pôle « extrémiste » nettement divisé entre l’historique monarchie Lepen et l’archaïsme relooké « renouveau » d’E. Zemmour. La coexistence de ces trois axes réunissant environ 15% de voix chacun rabaisse finalement le ticket d’entrée pour le second tour à environ 20%.

Or, la gauche aurait théoriquement les ressources électorales pour l’atteindre assez largement puisqu’on peut estimer ses réserves de voix, sans exagérer, à environ 25%. Pour cela il lui fallait juste éviter la dispersion et trouver le moyen de s’unir autour d’un projet politique et gouvernemental commun, assez logiquement centré sur les deux évidences d’une même crise conjointe de la fin du mois sociale et la fin du monde écologiste.

Il y aura eu au moins deux occasions de réaliser ce rassemblement : d’abord, celui d’une « conférence commune » en avril et mai 2021 qui n’aura débouché sur rien de concret, chacun.e souhaitant l’union hypothétique … mais autour de soi et sans s’effacer derrière une autre proposition ! Et ensuite, dernièrement celui de la « primaire populaire » organisée d’une manière qu’on pourrait qualifier aisément de hors piste politique.

Déjà, parce que certaines personnalités proposées à ce scrutin l’ont été sans avoir donné explicitement leur accord sur cette « primaire », voire ont même refusé d’en reconnaître la légitimité à l’instar de Y. Jadot et J.L. Mélenchon : le premier s’étant déjà prêté à ce jeu lors d’une primaire écologiste, le second étant l’indéboulonnable figure de proue de son mouvement insoumis. Et il faut ajouter que les soutiens de ces deux candidats ont du coup été assez peu incités à participer à cette « primaire populaire ».

Ensuite, il faut tout de même souligner le mode opératoire de cette « primaire populaire » consistant, en plus des candidatures forcées évoquées plus haut, à une sorte de chantage au parrainage en incitant nos élus à n’accorder leur bénédiction qu’à la personne qui gagnerait. Ce « serment de Romainville », essentiellement signé par des personnalités affiliées au parti socialiste, peut être vu aussi bien comme une recherche de garantie d’union… que comme une manoeuvre tardive pour favoriser leur candidature socialiste au détriment de celles des écologistes et insoumis désignés antérieurement.

Ainsi, tout comme A. Montebourg s’est retiré car son projet de « remontada de la France » ne semblait pas prendre, on devrait, au mieux, bientôt voir A. Hidalgo faire de même pour laisser place à C. Taubira, venue se glisser en dernière minute, sans programme précis à deux mois du scrutin. Les socialistes semblent ignorer que la trahison signée F. Hollande qui a fait naître E. Macron est encore fraîche. Bref, cela laisserait donc au moins trois « grandes » candidatures à gauche mais toutes perdantes car ne pouvant espérer guère plus du tiers des 25% théoriques soit 10%, cela même sans compter quelques autres plus modestes telles N. Arthaud et P. Poutou qui revendiquent ne venir que pour faire exister une parole anticapitaliste qui, il est vrai, est nécessaire mais assez inexistante dans des médias toujours de plus en plus à droite.

En effet, on a le cas d’un E. Zemmour pas encore candidat déclaré mais ayant bénéficié d’un temps d’antenne énorme par rapport à ses concurrent.e.s. Ceci illustre la dérive assumée de ligne éditoriale des médias en général, et en particulier celle de ceux contrôlés par le milliardaire V. Bolloré (Cnews, C8, Europe1, JDD, etc) qui n’est certes pas l’unique mais se situe nettement à l’extrême droite. Cette tendance se retrouve jusque sur les réseaux sociaux, telle dans les tweets de grands médias (BFM, LCI, France Info, etc). Et quand les groupes font mine de respecter l’équité du temps de parole, c’est souvent en déplaçant celle considérée comme trop gauchiste ou trop écologiste au milieu de la nuit pour lui éviter toute audience en prime time !

Alors, est-ce que c’est l’opinion publique qui guide ces choix éditoriaux, ou l’inverse ou les deux tels la poule et l’oeuf ? La question semble intéressante mais elle est lacunaire : elle passe d’emblée à côté de l’influence des placements publicitaires dont l’idéologie est celle du même groupe social dominant qui possède l’immense majorité des médias. Et au-delà, à n’en pas douter, la mise en scène très spectaculaire du pugilat politique est bien plus adaptée au discours violent de la droite autoritaire voire réactionnaire. En plus, l’immense majorité des prétendus « journalistes » qui présentent les émissions se situent clairement du côté des intérêts élitistes, quand ils ne sont pas de plus en plus ouvertement issus de médias réactionnaires (Valeurs Actuelles, Causeur, etc).

De fait, si une bonne partie des français était initialement encline à tirer le jeu politique du côté de la droite malgré l’accroissement des problèmes sociaux et environnementaux, cette dérive médiatique n’a en rien aidé l’ensemble de nos concitoyen.ne.s à réfléchir, débattre, ni se réunir autour de ces enjeux du siècle, bien au contraire : la recherche permanente de boucs émissaires (migrants, pauvres, etc) et la distraction incessante par des polémiques stériles (voile, vaccination, etc) n’ont pu qu’attiser la division.

Face à cette trumpisation, la gauche aurait pu, aurait du, être capable de davantage d’union pour espérer atteindre le second tour et y proposer autre chose qu’une redite macroniste ou qu’une aggravation droitière voire fascisante de la gouvernance française. Il suffisait de s’inspirer de l’exemple portugais d’A. Costa. Mais la seule chose que C. Taubira, A. Hidalgo, J.L. Mélenchon et Y. Jadot avec leurs formations respectives semblent capables de partager, c’est la co-responsabilité de leur probable défaite collective et le boulevard qu’ils laissent à la droite pour les cinq années à venir. Cela servira-t-il de leçon ? Il y a peu à espérer, rendez-vous en 2027 pour le savoir.

Sources :
Résultat 2017
Sondages 2022
Conférence des gauches
Primaire Populaire
Serment Romainville
Chaînes de Bolloré
Réseaux sociaux
Tricheries nocturnes
Spectacle politique
Exemple portugais

Crédit image : France Info TV.




Source: Actualutte.com