Il y a un an, les pics des démolisseurs détruisaient la maison de chambres située au 21 Price. Depuis, l’administration Néron n’a fait qu’émettre le permis de démolition et le terrain en friche est maintenant à vendre. Rien n’est fait au conseil de ville pour palier au  manque de logements abordables et de qualité au centre-ville et encore moins pour  contrer la désertification alimentaire.

L’administration municipale n’en a que pour le milieu des affaires et la grande entreprise

La ville laisse le privé développer des maisons de chambres et  priorise le développement de tours à bureaux, de stationnements et de locaux commerciaux. Comme le soulignait  le conseiller du centre-ville, Simon-Olivier Côté, qui admettait par la même occasion  l’impact de ce processus d’embourgeoisement sur bon nombre d’habitants et habitantes du quartier : « Quand il y a des entreprises comme Ubisoft qui décident de venir s’installer, des restaurants, « ben coutez » (sic), c’est sûr qu’on ne les empêchera pas de venir s’installer non plus, alors c’est sûr qu’il y a en effet […] deux poids… des gens qui va falloir (sic) qui se relocalisent … ». 

Une culture qui rime avec exploitation et dépendance

Le thème « De la bouffe pas des bateaux » vient rappeler que cette vision du développement du quartier (l’embourgeoisement) est la même à l’échelle municipale et régionale, comme l’a si bien rappelé le maire suppléant de la ville de Saguenay Michel Potvin pendant la convalescence de Josée Néron: « Accueillir de grandes entreprises fait partie de la culture saguenéenne. La région s’est développée avec les grandes industries. » [1]. La destruction du centre-ville est une version micro de ce que nos milieux de vie (forêts, boisés, plaines, etc.) subissent à une échelle plus large. De grands projets destructeurs qui laissent derrière que désolation et béton. Le centre-ville de Chicoutimi est transformé et détruit pour le plus grand bonheur du milieu des affaires. Le quartier devient un gros district commercial agrémenté de stationnements pour que chacun et chacune puissent venir en automobile. Évidemment que dans leur grande vision écologiste, les éluEs préfèrent l’auto-solo au transport en commun. De l’autre côté, la population de ce quartier paumé doit trimer de plus en plus dur ou s’exiler en périphérie où il y a moins de services d’aide. 

En ce moment, notre superbe ville « accueillante » déroule le tapis rouge à des projets industriels qui vont engendrer des millions de tonnes de gaz à effet de serre, la destruction du Fjord, l’augmentation du trafic maritime, la déforestation, la contamination de milieux de vie, etc. Sous le couvert de quelques emplois sur une période ridiculement courte, la région est laissée en pâtée aux grandes entreprises qui pourront extraire les ressources naturelles ou encore utiliser le territoire comme autoroute pour faire passer leurs marchandises par bateaux. Tant qu’à foncer directement vers une extinction de masse, nous imaginons que les dirigeants et les affairistes veulent passer à l’histoire en y ajoutant aussi leur grain de sel.     

Mais pourquoi faire autrement…?

Parce que le seul avenir que cette vision du tout au marché nous assure c’est celui du développement des inégalités, de la croissance des privilèges de leurs petits amiEs du patronat et la destruction durable de l’environnement. 

Devant cette fin du monde annoncée, nous proposons la fin de leur monde. Nous continuons à nous organiser dans nos communautés, dans notre quartier mais aussi plus largement, dans une perspective d’empêcher tous ces projets pour y faire éclore notre monde.

La prochaine marmite autogérée va avoir lieu dimanche le 19 mai à partir de 11 heure au parc situé au coin des rues Tessier et Jacques-Cartier au centre-ville de Chicoutimi. Devant les investissements à coups de millions pour faire passer ces bateaux de la mort dans le Fjord du Saguenay, nous crions haut et fort De la bouffe, pas des bateaux!

Quand? Dimanche 19 mai  à 11h
Où? Parc au coin des rues Tessier et Jacques-Cartier
Quoi? Bouffe gratuite et marché gratuit (vêtements et autres trucs gratuits)


[1] http://magazinemci.com/2019/04/18/saguenay-tournee-vers-lavenir/?fbclid=IwAR2k-HiXFJjYXBjI_q820BHneWF08n1AObC41DtUq1bWyryPALSgwwAoaPY


Article publié le 07 Mai 2019 sur Ucl-saguenay.blogspot.com