Octobre 9, 2020
Par Indymedia Lille
242 visites


“Paolo Cirio : Insupportable mise au pilori de femmes et d’hommes qui risquent leur vie pour nous protĂ©ger. Je demande la dĂ©programmation de « l’exposition Â» et le retrait des photos de son site, sous peine de saisir les juridictions compĂ©tentes.” tweet du ministre de l’intĂ©rieur GĂ©rald Darmanin, ancien maire de Tourcoing.

“Merci Ă  ⁊@GDarmanin pour la promptitude de sa rĂ©action et sa fermetĂ© pour dĂ©fendre les #policiers et leurs familles. Son intervention a permis de dĂ©programmer une entreprise criminogĂšne sous couvert d’une dĂ©marche artistique. #Police #Jesoutienslapolice #BlueLivesMatter” rĂ©pond le syndicat policier “de droite” Synergie.

Le Studio national d’arts contemporains Le Fresnoy, Ă  Tourcoing, a Ă©galement rĂ©agit avec “promptitude” et a censurĂ© l’artiste Paolo Cirio en dĂ©programmant son exposition « Capture Â» avant de l’en informer.

La Quadrature du Net, qui avec l’EDRi et d’autres qui avec Paolo Cirio luttent pour l’interdiction de la reconnaissance faciale en europe, dĂ©crit ainsi le dispositif et sa censure :

“Le 1er octobre, Paolo Cirio, artiste contemporain, lançait un site web, capture-police.com pour annoncer une une exposition au Fresnoy Ă  partir du 15 octobre, portant sur l’importance du dĂ©bat europĂ©en sur la reconnaissance faciale. « L’exposition Capture est constituĂ©e de visages d’officiers de police français. L’artiste a collectĂ© 1000 images publiques de policiers prises durant des manifestations en France. Capture commente l’usage et le mĂ©susage potentiel de technologies d’intelligence artificielle et de reconnaissance faciale en questionnant les jeux d’asymĂ©trie du pouvoir. Le manque de rĂšgles de respect de la vie privĂ©e de ce type de technologie finit par se retourner contre les mĂȘmes autoritĂ©s qui invitaient Ă  son utilisation Â»”



extrait du site de l’artiste





Source: Lille.indymedia.org