Visa remercie Jean Paul Gautier, historien spécialiste de l’extrême droite, et les éditions Syllepse, pour leur autorisation de publier cet article fort utile pour décrypter les thèses complotistes alimentées par les médias d’extrême droite.

UN VIRUS TRÈS POLITIQUE ÉDITION DU 11 MAI 2020 ( Syllepse)

DANS LA PRESSE D’EXTRÊME DROITE, CORONA RIME AVEC PARANOÏA

Extrait du livre gratuitement mis en ligne, à télécharger ici

Dans la presse d’extrême droite et chez les divers groupuscules se mêlent la théorie du complot, les juifs, les musulmans, le mondialisme, les LGBT et le monde sans Dieu… Sur fond de «Grand Remplacement». La fachosphère est particulièrement active. Ce qui amène la Licra à réclamer «l’urgence de confiner le discours de haine en ligne». Les catholiques intégristes de Civitas, dans un communiqué daté du 20 avril 2020, dénoncent un complot et «un mensonge d’État» et «l’échec d’une réponse sans Dieu. Il y a eu une épidémie, mais c’est la première fois que Dieu se trouve oublié [non célébration de Pâques, suppression des messes].» La solution miraculeuse, «il faut retrouver la Sainte Messe, organiser des processions du Saint Sacrement dans les rues, faire pénitence pour l’apostasie de nos nations et l’application des lois iniques et contre-nature, témoigner publiquement notre foi». Naturellement, Jeanne d’Arc est appelée à la rescousse. Il faut organiser le 10 mai l’«opération Sainte Jeanne» et des prières publiques pour «sauver la France» et demander à «Jeanne d’intercéder pour nous auprès de Notre Seigneur Jésus-Christ». Bref, la France sans Dieu a été punie…

 «LE CORONAVIRUS REND-IL FOU OU IDIOT?»

La Ligue du Midi met en ligne sur son site un article d’Éric de Verdelhan (nostalgique de l’Algérie française), qui se pose la question «le coronavirus rend-il fou ou idiot?» La réponse lui paraît évidente: «C’est une réponse à la décadence de notre société, comme le sida a été une réponse cinglante au vagabondage sexuel.» Il s’insurge également contre le maintien de l’ouverture des centres d’IVG pendant le confinement: «Nous contribuons nous-mêmes au remplacement des populations», preuve, selon Max Chaleil, que les gouvernements ont préféré «donner la priorité aux porte-parole du lobby LGBT». Quant au site Lengadoc Info, l’un des déclencheurs du coronavirus résulte de «la présence de migrants illégaux». La potion magique qui nous est proposée: prier saint Roch, qui d’après un certain abbé Berthe, aurait obtenu «de nombreuses guérissons par le simple signe de croix»… Le groupuscule Dissidence française réclame l’application du couvre-feu pour lutter conte «la racaille» dans les quartiers sensibles et dénonce le fait que «les individus de confession juive soient dispensés de se munir d’attestation les jours de shabbat». Damien Rieu, ex-dirigeant du Bloc identitaire, ex-collaborateur du site Fdesouche et actuel assistant parlementaire du député européen Philippe Olivier (beau-frère de Marine Le Pen), s’autoproclame «lanceur d’alerte de la France périphérique» et se lâche et multiplie les tweets. «Les islamistes se réjouissent du coronavirus: bars fermés, femmes avec des masques, plus de serrage de mains. Coranvirus.» Qui sont les coupables de la pandémie: «Les non-Blancs issus de l’immigration.» Damien Rieu a la solution: «Il faut peut-être les confiner dans leur pays.» Génération identitaire. Le coronavirus est un agent du «Grand Remplacement». Adepte de Renaud Camus, le groupe réclame la fermeture des frontières et le «remigration», à savoir, le retour contraint des immigrés extra-européens et de leurs descendants «dans le pays d’origine». Magnanime, Rieu souhaite un «bon retour aux Algériens de France chez eux». Riposte laïque reprend à son compte l’idée que «le coronavirus est une stratégie mondialiste» dont le but est «la destruction des sociétés occidentales», dénonce «le confinement réservé aux vrais Français» et appelle «les flics à tirer sur les racailles». Les deux compères Dieudonné et Soral. En bon business man, Dieudonné commercialise, bénéfices à la clef, des masques achetés en Chine. Pour lui l’analyse est simple: «Le coronavirus va justifier une crise financière par laquelle Rothschild et consorts vont dérober la totalité de l’épargne des moutons.» Donc pour reprendre l’écrivain antisémite, auteur de La France juive, publiée à la fin du 19e siècle: «Tout vient du Juif. Tout revient au Juif…» Quant à Alain Soral, qui se lance dans des «réflexions sur le couillonavirus» : le coronavirus est «un virus sioniste». Il va jusqu’à dénoncer «le gang qui a en charge la médecine d’État», établissant une liste qu’il n’hésite pas à comparer à la liste de Schindler et citant les noms de «Salomon, Hirsch, Lévy, Buzyn…» La palme revient à Henry de Lesquen, dirigeant du Carrefour de l’Horloge (ex-Club de l’Horloge). Invité par un groupuscule nationaliste suisse, Résistance helvétique, pour une conférence, il a ouvert son propos par: «Il y a pire que le coronavirus: le judéovirus.» Ce qui a entraîné l’ouverture d’une enquête pour «provocation à la haine raciale».

 «LE VIRUS QUI MÉPRISE DIEU»

 L’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol livre ses analyses complotistes, antisémites et pleines de bondieuseries. Au mois de mars: le 11, le coronavirus est «un complot pour faire avancer la gouvernance mondiale». Le 18, sous le titre «Coronavirus et virus mental», le journal nous explique qu’il existe «un virus plus grave que le coronavirus: le virus mental, spirituel. Celui qui méprise Dieu qui fait fi des lois divines et de la morale naturelle, celui qui rejette l’ordre moral et promeut le désordre organisé. Que Dieu vous garde tous sous sa protection sainte et divine.» Le 25, «la pandémie, l’oligarchie occidentale en rêvait». En avril, le 1er, dénonciation du lobbying, de la corruption et des conflits d’intérêts (est visé Yves Lévy, ex-responsable de l’Institut national de la santé et mari d’Agnès Buzyn). Dans la même livraison, Hannibal (Martin Peltier ex-responsable de National Hebdo du FN) dénonce la fortune anonyme et vagabonde: «La fortune anonyme et vagabonde est notre ennemie par les idées et les crimes qu’elle traîne après soi, le pouvoir, l’idéologie, la religion qu’elle comporte. Toujours le veau d’or veut la place de la vraie religion, il dit le bien, le mal, il veut être adoré, aimé et obéi, lui seul.» Quant à l’éditorial, il voit dans le confinement, «une forme de détention collective. Le village planétaire est devenu un camp de concentration». Il s’oppose à la fermeture du sanctuaire de Lourdes: «On craint davantage un virus qu’on a confiance en la puissance et la miséricorde la Mère de Dieu.» Le 8, Robert Spieler cite une déclaration de Fatih Erbakan, dirigeant du parti Refah, en Turquie: «Bien que nous n’ayons pas de preuves certaines, ce virus sert les objectifs du sionisme de réduire la population et d’empêcher son augmentation […] d’importantes recherches le disent […]. Le sionisme est une bactérie vieille de 5000 ans, cause de la souffrance des gens.» La note de Robert Spieler se poursuit par le propos d’un journaliste du quotidien turc Yeni Akit. Quel est «l’objectif caché des juifs?» La stérilisation de la famille car «ils pensent que la population mondiale doit d’abord fortement être réduite. Peut-être que demain, ils présenteront le vaccin contre le coronavirus comme un remède et qu’ils y incorporeront une substance stérilisatrice. Et vous savez comment le virus peut se propager du côté de l’argent, donc c’est bon pour le Bitcoin». La main de George Soros est aussi présente, car derrière l’épidémie se cache un laboratoire chinois dans lequel sa société, le Fund Management aurait été actionnaire. Le 29, l’éditorial de Rivarol s’en  prend à Mario Stasi, président de la Licra, qui veut un nettoyage du Net de tout discours de haine et des poursuites pénales. Il est accusé de vouloir interdire sous peine d’amende astronomique et de peine de prison tout discours, toute analyse, toute prise de position ne convenant pas à un certain lobby. De son côté, Mario Stasi constate: «Il n’a pas fallu bien longtemps avant que ces réflexes antisémites prolifèrent sur la toile.» La Licra demande une adoption rapide de la loi dite Avia pour lutter contre «un antisémitisme déconfiné», ce qui fait dire à l’éditorialiste: «Ce que Sion veut, la Gueuse le veut.» Parodiant Audiard, Rivarol écrit: «Les judéos-sionistes, ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnaît!»

JEAN-PAUL GAUTIER

Jean-Paul Gautier a publié La Restauration nationale, un mouvement royaliste sous la 5e République, Paris, Syllepse, 2002 ; De Le Pen à Le Pen, continuités et rupture, Paris, Syllepse, 2015 ; Les Extrêmes droites en France, de 1945 à nos jours, Paris, Syllepse, 2017

4 mai 2020


Article publié le 26 Mai 2020 sur Visa-isa.org