Depuis plusieurs semaines, le groupuscule d’extrême droite pro-israélien Brigade juive opère une politique de cyberharcèlement contre notre collectif Palestine vaincra.

Dans un premier temps, ils ont fait annuler une collecte en ligne de soutien. Maintenant, ils tentent de supprimer du contenu que nous diffusons sur les réseaux sociaux en les signalant et en essayant de pirater les comptes de nos administrateurs pour les bloquer et/ou les bannir de la plateforme.

Ces minables opérations de censure ne visent qu’à une chose : faire taire le soutien au peuple palestinien. Évidemment, nous savons que c’est le résultat d’une campagne de terrain à Toulouse et sur les réseaux sociaux de solidarité avec la résistance palestinienne. En particulier dans le cadre du mois de mobilisation unitaire pour la libération de Georges Abdallah qui voit notre activité de solidarité se déployer dans les quatre coins de la ville et ailleurs.

Par ailleurs, la page principale du réseau Samidoun auquel nous appartenons a elle aussi été victime de restrictions, recevant un message affirmant « les publications de votre page ne sont pas affichées dans le fil d’actualité. Cela pourrait être dû à des activités de votre page qui ne sont pas conformes aux politiques de Facebook ».

Ces attaques s’inscrivent dans une politique de Facebook de plus en plus hostile au soutien à la Palestine. En effet, une large campagne a été lancée depuis la Palestine contre la censure du contenu palestinien par Facebook. En utilisant le hashtag #FBblocksPalestine, cette campagne espère mettre en lumière « la menace posée par Facebook contre le contenu palestinien et le rendre public, ainsi que révéler la politique de double standard de la direction de Facebook face aux publications israéliennes et palestiniennes sur son site », a déclaré une responsable du centre social Sada à l’initiative de la mobilisation.

Cette campagne souligne que la suppression de contenus et de pages en soutien à la Palestine a considérablement augmenté depuis plusieurs mois.

(…)


Article publié le 22 Oct 2019 sur Paris-luttes.info