Les personnels de l’Université Lumière Lyon 2 réunis en Assemblée générale jeudi 24 mars ont rappelé leur opposition au projet de loi Travail, véritable machine à remonter le temps. En s’attaquant au Code du travail, le gouvernement entend satisfaire les revendications du Medef qui depuis longtemps s’acharne contre les droits des travailleur-ses. Nous nous déclarons solidaires des étudiant-e-s en lutte depuis le 9 mars et appelons à les rejoindre massivement le 31 mars. Cette journée de grève et de manifestation doit être le point de départ d’un mouvement dans la durée jusqu’au retrait.

A Lyon 2, nous dénonçons avec vigueur les manœuvres de la présidence qui a fait fermer le campus jeudi dernier et fait suspendre les cours vendredi prétextant que la sécurité des étudiant-e-s n’était pas assurée. La présidence cherche à diviser les agents et étudiant-e-s de l’université. Nous ne sommes pas dupes et rappelons que c’est dans l’unité que nous construirons cette mobilisation.

L’AG exige :

L’arrêt de la répression et l’abandon des poursuites contre les étudiant-e-s mobilisé-e-s

Le retrait du projet de Loi Travail

La suspension des cours les jours d’AG et de manifestations

La garantie et le respect des droits syndicaux : accès à un local décent, accès aux moyens de communication (l’intranet), arrêt de la criminalisation des militant-e-s

La régularisation immédiate des étudiant-e-s sans-papier-e-s

Nous appelons
- à participer massivement à la réunion publique d’information sur la loi Travail qui se déroulera mercredi 30 mars matin sur le campus des quais, ainsi qu’à l’Assemblée générale commune personnels et étudiant-e-s qui suivra.
- à la grève et à la formation d’un cortège des personnels de Lyon 2 pour la manifestation du 31 mars à 13h30 à Sans Souci.