Janvier 7, 2022
Par ZEKA
217 visites

Au lieu des gesticulations autoritaires du pouvoir et de leur focalisation vaccins/anti-vaccins : s’attaquer vraiment aux facteurs de risques d’émergences des épidémies.

Il n’existe pas de vaccins contre la démesure destructrice de la civilisation industrielle. » — Ricochets.cc, 7 janv. 2022.

Voici une interview intéressante sur Europe 1 de la docteur Alice Desbiolles au sujet du « pass vaccinal ». Des réflexions qui semblent tout à fait sensées, émanant d’une médecin de santé publique et épidémiologiste, connue des médias, qui rappelle simplement les grands principes du soin et de la santé.

À LIRE AUSSI :

S’appuyant sur un rapport d’experts de l’IPBES (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services) quant à la thèse de « l’entrée dans l’ère de pandémies », Alice Desbiolles explique qu’au lieu d’avoir recours aux « culpabilisations » diverses, il convient de s’attaquer aux facteurs de risques d’émergences des épidémies, comme les activités humaines destructrices que sont la déforestation, le commerce des animaux sauvages, l’érosion et la destruction de la biodiversité (la biodiversité riche protège les humains des risques de pandémies), l’élevage industriel (amplificateur pathogène), le tout dans un contexte de mondialisation, de globalisation, d’hypermobilité qui favorise la diffusion très rapide de virus à l’échelle de la planète dans des villes plus en plus denses avec des systèmes de santé de plus en plus fragilisés. Un cocktail parfait pour des pandémies.

Elle réclame un changement total des paradigmes, de nos modes de vies et de pensée également, afin d’échapper à « l’ère des pandémies ».


Trouvé sur Ricochets, média participatif dans la Drôme.




Source: Zeka.noblogs.org