Mars 24, 2020
Par Collectif Emma Goldman
304 visites


Banderole des Gladiators NĂźmes 91.
Comme en Italie, les mĂ©canismes d’entraide et de solidaritĂ© de base face aux effets de la crise du coronavirus n’ont pas tardĂ© Ă  s’activer. Le monde des tribunes est au rendez-vous de cette solidaritĂ©. CommuniquĂ©s, banderoles, collectes pour soutenir le personnel hospitalier se sont multipliĂ©s ces derniers jours. Petit tour des stades.
L’Italie, dramatiquement touchĂ©e par le coronavirus Covid-19, voit le nombre de morts quotidien ne cesser d’augmenter. Avec prĂšs de 5000 morts en un mois et des dizaines de milliers de personnes atteintes, les hĂŽpitaux sont Ă  bout. Les personnels soignants, hĂ©roĂŻques, sont Ă©puisĂ©s et souffrent du manque de matĂ©riel de protection de base. Alors les groupes ultras de la pĂ©ninsule sont trĂšs actifs pour soutenir les soignants de leur ville. Essentiellement via l’organisation de collectes d’argent ou de dons destinĂ©s Ă  la recherche contre le virus. D’autres, comme les ultras de Livourne [1], ne manquent pas non plus de penser Ă  l’ensemble des travailleurs contraints par les patrons d’aller aussi bosser sans matĂ©riel de protection.
Une activitĂ© de solidaritĂ© qu’on retrouve Ă  l’échelle des tribunes françaises dans un contexte oĂč les dĂ©gĂąts sanitaires du coronavirus risquent, Ă  quelques jours d’intervalle, de prendre la mĂȘme direction. Acteurs sociaux de la vie de leur ville, plusieurs groupes ultras manifestent leur solidaritĂ© aux personnels soignants. DĂšs le dĂ©but des consignes de confinement, des banderoles ont Ă©tĂ© accrochĂ© par les groupes ultras aux abords des hĂŽpitaux de leur ville. Des Green Angels 92 Ă  Saint-Etienne aux Ultramarines 87 Ă  Bordeaux, en passant par le Kop de la Butte Ă  Angers ou encore le Collectif Ultras Paris (CUP) devant la PitiĂ© SalpĂȘtriĂšre, les ultras unissent leurs voix dans cette lutte contre le Covid 19, qu’ils assimilent au plus important des matchs Ă  remporter. Sur son compte Twitter, le journaliste indĂ©pendant MickaĂ«l Correia recense toutes les initiatives des ultras solidaires des personnels soignants.
Par ailleurs, de nombreux groupes ont aussi lancĂ© des cagnottes en ligne destinĂ©es Ă  aider les hospitaliers. L’Association Nationale des Supporters (ANS) relaye sur son site tous ces appels Ă  soutien financier. Le Saturday FC (Nancy), le Roazhon Celtic Kop 91 (Rennes), la Tribune Ouest (Grenoble), entre autres groupes, ont dĂ©jĂ  rĂ©coltĂ© plusieurs milliers d’euros. A Lens, les ultras ont organisĂ© une collecte de matĂ©riel pour aider le personnel et l’hĂŽpital Ă  mettre sur pied une crĂšche d’urgence: tables Ă  langer sur roulettes, matelas individuels, parcs Ă  barreaux, tapis Ă©pais de gymnastique, lits parapluie, chauffe-biberons, micro-ondes, livres, biscuits etc. A Toulouse, la cagnotte des Indians destinĂ©e aux personnels des Centres Hospitaliers de Purpan et de Rangueil a dĂ©jĂ  rĂ©coltĂ© plusieurs milliers d’euros permettant l’achat massif de nourriture, cafĂ© et autres vivres destinĂ©s aux salles de pause des soignants. A dĂ©faut de matĂ©riel mĂ©dical, les ultras toulousains offrent aux soignants « ce qui leur permettra de gagner du temps qu’ils ne perdront pas devant des distributeurs ». De son cĂŽtĂ©, la Tribune Nord Sochaux a rapidement proposĂ© ses services d’aide Ă  la personne: garde d’enfants des personnels soignants, courses pour les personnes ĂągĂ©es etc.
Banderole des Ultramarines Bordeaux 87.
D’autres groupes ont eu une attention particuliĂšre pour les personnes Ă  la rue. La branche « SolidaritĂ© » du CUP a par exemple dĂ©cidĂ© de maintenir sa maraude de distribution de repas aux sans-abri. A Montpellier, la Tribune CorbiĂšres, qui garde une activitĂ© malgrĂ© la mise en sommeil l’an dernier des Camarga Unitat 2011, a fait un don de 340€ Ă  une association locale d’aide aux grands prĂ©caires et sans-abri.
Au delĂ  du coronavirus, les conditions de travail
Selon les groupes, ces initiatives s’inscrivent plus largement dans une solidaritĂ© de classe. Les Drouguis d’OrlĂ©ans ont ainsi rĂ©coltĂ© 500€ dont la moitiĂ© est allĂ©e Ă  l’hĂŽpital et l’autre « aux travailleurs orlĂ©anais maintenus malgrĂ© eux sur leur lieux de travail ». Du cĂŽtĂ© du Red Star, mĂȘme son de cloche: « Face Ă  la crise sanitaire que nous subissons, les Red Star Fans et le Collectif Red Star Bauer appellent la famille du RED STAR FC Ă  faire vivre nos valeurs de solidaritĂ©, d’entraide et d’humanitĂ©. Dans cette pĂ©riode troublĂ©e, nous tenons Ă  saluer l’ensemble des mĂ©tiers exposĂ©s et mobilisĂ©s face au Coronavirus. Nous n’oublions personne : professionnel-les du soin, du traitement des dĂ©chets, du secours, du commerce, des transports, du mĂ©dico-social, de la logistique
 ».
Collecte de soutien organisée par les Red Star Fans et le Collectif Red-Star Bauer à destination du Collectif des Personnels Hospitaliers de Saint-Denis.
Les ultras grenoblois, dont les Red Kaos 94 fidĂšles Ă  leurs valeurs sociales, n’ont pas oubliĂ© de souligner dans leur appel Ă  dons Ă  quel point les soignants Ă©taient « malmenĂ©s, sous-payĂ©s, en manque de moyens pour travailler dans de bonnes conditions ». La Horda FrĂ©nĂ©tik 1997 de Metz, va aussi dans ce sens: « Vous toutes et tous qui subissez quotidiennement les coupes de budget, les bas salaires, les heures supplĂ©mentaires. Le tout sans reconnaissance des instances qui aujourd’hui vous demandent de vous exposer et vous sacrifier pour vos congĂ©nĂšres. »
Une maniĂšre de replacer cette solidaritĂ© dans son contexte politique. Car il ne faudra pas oublier que cet investissement sans limite des personnels soignants aux cĂŽtĂ©s des malades contre le coronavirus s’inscrit dans un contexte de politique managĂ©riale agressive et de coupes budgĂ©taires successives qui ont conduit Ă  la suppression de 18 000 lits ces six derniĂšres annĂ©es, pour des questions de rentabilitĂ©. Bien avant de lutter contre le coronavirus, ils et elles n’ont cessĂ© de lutter contre la destruction de l’hĂŽpital public par les mĂȘmes capitalistes, fossoyeurs de solidaritĂ©, qui nous appellent Ă  l’union sacrĂ©e et Ă  la concorde nationale. Il ne faudra jamais l’oublier.
Source et lien vers l’original, ici.
[1] Coronavirus: avec le remboursement des billets, les ultras de Livourne veulent offrir du matĂ©riel de protection aux travailleurs

En Italie les derniers matchs de football professionnel se sont dĂ©roulĂ©s le 9 mars. Date Ă  laquelle le gouvernement a dĂ©cidĂ© de suspendre, pour l’instant jusqu’au 3 avril, toutes les compĂ©titions sportives en raison de la propagation du coronavirus. Avec plus de 3000 mort, l’Italie est particuliĂšrement touchĂ©e. Et les collectifs ultras multiplient les initiatives solidaires.
Les ultras de toute la pĂ©ninsule ont manifestĂ© leur solidaritĂ© Ă  l’égard des personnels soignants dont ils louent l’hĂ©roĂŻsme. De nombreuses collectes sont ainsi organisĂ©es pour financer du l’achat de matĂ©riel de soin et de protection. D’autres pour aider Ă  la recherche mĂ©dicale. Plusieurs banderoles honorant leur travail quotidien ont aussi Ă©tĂ© accrochĂ©es aux abords des hĂŽpitaux par les collectifs ultras.
« Comme l’acier la ville rĂ©siste. Tous unis contre le Covid-19 ». Banderole de la Curva Nord 1915, citant les paroles de la chanson Stalingrado de Banda Bassotti.
ParallĂšlement Ă  la situation tendue des soignants, de nombreuses grĂšves ont Ă©clatĂ© Ă  cause de l’absence totale de matĂ©riel de protection mis Ă  disposition des ouvriers par les employeurs. Certains ont mĂȘme Ă©tĂ© licenciĂ©s pour avoir refusĂ© de travailler sans avoir ces Ă©quipements de base, notamment des agents de la sociĂ©tĂ© de nettoyage de l’hĂŽpital de Livourne. Un manque de matĂ©riel de protection qui touche aussi de plein fouet les hospitaliers.
À Livourne, oĂč la sensibilitĂ© d’extrĂȘme-gauche de la Curva Nord du stade Armando Picchi est connue, les ultras ont dĂ©cidĂ© de reverser tout ou partie du remboursement du dĂ©placement pour le match face Ă  Pise, finalement disputĂ© Ă  huis clos le 7 mars dernier. Les supporters livornais avaient obtenu 900 places pour ce « derby des derbies » comptant pour la 28e journĂ©e de SĂ©rie B. Les ultras comptent sur l’esprit de solidaritĂ© des supporters concernĂ©s par ces remboursements, et publieront les noms de ceux qui y auront renoncĂ© afin de saluer leur geste.
Dans son communiquĂ©, la Curva Nord 1915, en attente du remboursement de la part du Pisa SC et de la compagnie Trenitalia, a indiquĂ© que la somme rĂ©cupĂ©rĂ©e servira Ă  financer de ces Ă©quipements de protection individuelle, comme des gants, des masques et des gels hydroalcooliques, indispensables dans cette pĂ©riode aux travailleurs et travailleuses non-confinĂ©s. « De la sorte, un derby manquĂ© avec beaucoup de regrets pour nous, peut devenir une arme pour se solidariser des nombreux travailleurs qui aujourd’hui complĂštement abandonnĂ©s. »
De leur cĂŽtĂ©, les membres de la Curva Nord de Pise ont renoncĂ© au remboursement de leur billet, et ont demandĂ© au club d’en faire don Ă  la recherche contre le coronavirus.
Source et lien vers le texte original, ici.



Source: Ucl-saguenay.blogspot.com