La société capitaliste dans laquelle nous vivons est une société éminemment validiste. Le validisme est une oppression qui touche les personnes en situation de handicap (physique ou psychique, visible ou invisible). Le capitalisme encourage et soutient des structures validistes, dans la mesure où il valide les individus en fonction des capacités qui les rendent productifs ou exploitables dans la sphère du salariat. Les personnes qui ne correspondent pas à ces normes sont proprement invalidées, et ainsi exclues, marginalisées ou minorisées.

Les réponses des États et des institutions à la pandémie de Covid-19 sont foncièrement validistes. En témoignent les réactions au début de l’épidémie qui en minimisait la gravité en pointant le fait que le virus était mortel principalement pour les personnes âgées et les personnes fragilisées. On constate donc à nouveau que pour le capitalisme, les vies ont une valeur et peuvent être hiérachisées.


En témoignent aussi les stratégies spencéristes [1]défendues par des États comme le Royaume-Uni et les Pays-Bas, qui envisagent sereinement de laisser mourir des milliers de personnes dans le but de faire émerger une « immunité de groupe » – stratégie dont l’efficacité est d’ailleurs contestée par les scientifiques. Au bénéfice de la productivité économique, le capitalisme applique comme ailleurs la loi du plus fort et prône le darwinisme social.

Des mesures validistes.

L’État français a quant à lui fait le choix d’une stratégie de confinement mais les mesures décidées ne prennent pas en compte les personnes les plus fragiles, et notamment :

  • les personnes concernées par le handicap psychique ou physique, enfermées dans des institutions (hôpitaux psy, ESAT, IMPro) qui font face à des dangers évidents dus à la promiscuité, au manque de moyens matériels et humains et renforcés par la crise sanitaire. Ce manque de moyen entraîne une maltraitance institutionnelle et empêche de se procurer l’équipement sanitaire nécessaire pour limiter la propagation de la maladie.
  • les personnes en situation de handicap physique ou psychique, confinées à domicile, déjà confrontées au quotidien au manque d’accessibilité de la société, qui font aujourd’hui face à des mesures de confinement qui ne les prennent pas en considération.
  • les personnes fragilisées psychiquement, qui subissent une interruption de leur suivi dans une période extrêmement éprouvante psychologiquement
  • les usager.e.s de drogues, confronté.e.s au stress de la situation, à la réduction drastique des accompagnements dont ils et elles bénéficiaient (accueil, suivi, distribution de matériel,…) et aux difficultés à s’approvisionner en traitements de substitution (exclues, dans un premier temps, des modalités de renouvellement simplifiées), en substances illégales ainsi qu’à du matériel stérile d’injection, faisant courir un risque sanitaire et de contamination énorme à ces populations.

Une casse de la santé…

Enfin, le manque de moyens des services de santé, voulu et imposé par les politiques d’austérité, empêche de soigner tout le monde. En cas d’aggravation de l’épidémie, les personnels soignants le disent, iels pourraient être amené.es, comme c’est déjà le cas dans certains hôpitaux, à devoir à trier les patients, à choisir qui laisser mourir. Il y a fort à craindre que parmi les victimes de ce tri imposé par des politiques de destruction de l’hôpital public compteront les plus âgé.es, les malades chroniques, les « personnes à risques » et les handicapé.es. L’État a d’ores et déjà du sang sur les mains.

Union Communiste Libertaire, le 23 mars 2020


Article publié le 23 Mar 2020 sur Unioncommunistelibertaire.org