Octobre 29, 2020
Par Marseille Infos Autonomes
267 visites


PrĂšs de 400 membres rĂ©partis sur le territoire français qui s’entraĂźnent Ă  la baston et au maniement des armes. EnquĂȘte dans l’arriĂšre-cuisine de Vengeance Patriote, le groupuscule d’extrĂȘme droite qui rĂȘve de l’effondrement de la RĂ©publique.

Montpellier, le 16 mai 2020 – Il fait beau. Jules, 28 ans, flĂąne sur le boulevard Victor Hugo. Il tombe sur une bande de jeunes Ă  la mine patibulaire qui l’interpelle de maniĂšre virulente. K-Ways et polos noirs
 « Des fascistes Â», dĂ©duit-il de leur look. Il ne les connaĂźt pas mais eux l’appellent par son prĂ©nom. Journaliste pour le mĂ©dia engagĂ© le Poing et militant, Jules a sa petite notoriĂ©tĂ©. « Il y a eu une bagarre Ă  12 contre un Â», raconte-t-il sobrement. « Puis, ils ont pris la fuite. Â» Il prend quelques coups mais s’en sort sans rien de trop grave. La petite bande ne s’arrĂȘte pas lĂ . Quelques minutes plus tard, ils dĂ©truisent les vitrines du bar associatif Le Barricade, prisĂ© par la gauche radicale du coin. En dĂ©but d’aprĂšs-midi, on les retrouve au pied de la statue de Jeanne d’Arc, oĂč ils participent avec une quinzaine de personnes Ă  un rassemblement Ă  l’initiative de la Ligue du Midi, interdit par les autoritĂ©s locales. À la sortie de la manif, c’est encore ce groupe qui bouscule une journaliste de l’AFP .



Sur ces clichĂ©s se trouvent les membres de Vengeance Patriote qui ont agressĂ© Jules, journaliste pour le mĂ©dia engagĂ© le Poing et militant. / CrĂ©dits : DR

Au lendemain de cette journĂ©e musclĂ©e, deux photos sont postĂ©es sur le compte Instagram de Vengeance Patriote avant d’ĂȘtre effacĂ©es quelques jours plus tard. La lĂ©gende indique « Reprise des rencontres avec l’équipe Languedoc-Roussillon. L’équipe de NĂźmes a ainsi pu rencontrer l’équipe de Montpellier Â». Le journaliste agressĂ© identifiera formellement, sur le clichĂ© que StreetPress lui prĂ©sente, les hommes prĂ©sents comme Ă©tant ses agresseurs. Un mois plus tard – les 20 et 28 juins – Ă  Paris, d’autres militants de Vengeance Patriote jouent les gros bras devant les statues d’Étienne Marcel et Winston Churchill Ă  l’occasion de manifestations antiracistes, pour disent-ils empĂȘcher des « potentielles dĂ©gradations Â».

Vengeance Patriote est une organisation des plus discrĂštes. À l’exception de LibĂ©ration qui mentionne briĂšvement son existence au dĂ©tour d’un article sur les vellĂ©itĂ©s sĂ©cessionnistes de l’extrĂȘme droite, l’organisation n’a jamais Ă©tĂ© mentionnĂ©e dans la presse. Ses membres, environ 400 et rĂ©partis en une trentaine de sections sur tout le territoire, ne cherchent pas la lumiĂšre. Mais dans l’ombre, ils se structurent. Sur Internet d’abord oĂč grĂące Ă  plusieurs forums Discord, pour certains privĂ©s, ils recrutent et discutent. Sur le terrain, ensuite, oĂč des petites cellules locales se rĂ©unissent chaque semaine et s’entraĂźnent Ă  la baston. StreetPress a retracĂ© son histoire depuis sa crĂ©ation (sous un autre nom) en 2018, interrogĂ© ses militants et infiltrĂ© ses forums secrets. EnquĂȘte sur un groupuscule violent persuadĂ© de l’effondrement prochain de la RĂ©publique.

Infiltration et salut fasciste

La structure s’appelle encore Monte une Ă©quipe quand StreetPress dĂ©couvre son existence en novembre 2019. Leur logo est dĂ©jĂ  un masque Ă  la croisĂ©e des styles entre Punisher et Transformers. Un lien en bio de son compte Instagram renvoie vers un forum hĂ©bergĂ© par Discord, une plate-forme surtout utilisĂ©e par les gamers. Pour commencer, il faut remplir un petit questionnaire : Ăąge, sexe, rĂ©gion, sport pratiquĂ© et intĂ©rĂȘt pour le groupe. Une fois validĂ©es par les modĂ©rateurs, les recrues sont placĂ©es dans leur section rĂ©gionale respective. Chacune d’elle possĂšde son propre chef et bras droit, sa version du logo et un salut spĂ©cifique. Par exemple, la section des Hauts-de-France est baptisĂ©e la Garde du Nord. Elle utilise le salut romain : bras tendu et doigts serrĂ©s. Un geste surtout connu comme
 Un salut fasciste.

Les cadres du mouvement nient pourtant ĂȘtre raciste. « Je n’ai jamais vu de propos infĂ©riorisant telle ou telle catĂ©gorie de groupes. De par le fait que nous sommes assimilationnistes, les quelques racistes qui arrivent repartent aussitĂŽt de leur propre initiative Â», commente le modĂ©rateur du Discord surnommĂ© « Verraf’ Â», interrogĂ© par StreetPress. Tout en prĂ©cisant que « cependant l’humour noir y est autorisĂ© Â». Le chef d’équipe est chargĂ© de questionner les idĂ©es politiques des nouveaux membres. Pour rĂ©ussir le test, il nous a suffi d’évoquer trois choses : les ouvrages du penseur antisĂ©mite Charles Maurras, une islamophobie dĂ©complexĂ©e et un anti-gauchisme primaire. À partir de lĂ , nous avons accĂšs aux diffĂ©rents serveurs. DĂ©bute prĂšs d’un an d’observation discrĂšte.

Fight club

Le serveur Discord regroupe plusieurs rubriques. Dans celle baptisĂ©e « rapports de terrain Â», les diffĂ©rentes sections locales publient photos et compte-rendus d’activitĂ©. Le plus souvent, il est question des entraĂźnements au combat qui visent Ă  former des « Ă©quipes Â» pour « nettoyer les rues de la racaille Â». La section Île-de-France, et sa trentaine de membres, a mis au point un programme aux faux airs de camp militaire. Une Ă  deux fois par semaine, ils s’entraĂźnent au parc de Bercy, dans le 12e arrondissement. En plus de ces sessions « boxes Â», ils organisent des sĂ©ances consacrĂ©es Ă  l’usage du couteau et de la matraque. Certains membres expliquent aussi se rendre rĂ©guliĂšrement Ă  l’USM Malakoff pour s’exercer au tir. À Lille, on s’entraĂźne Ă  la boxe au parc de la Citadelle. À Bordeaux, « VP Â» joue rĂ©guliĂšrement du pistolet au club Girondins-Tir de MĂ©rignac.



Une Ă  deux fois par semaine, ils s’entraĂźnent au parc de Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris. / CrĂ©dits : DR



Sur le Discord, ils se vantent de leurs entraĂźnements. / CrĂ©dits : DR

En plus de ces petits fight club, Vengeance Patriote propose des sorties culturelles. En septembre dernier, une petite dĂ©lĂ©gation s’est rendue en Espagne pour un pĂšlerinage. Plus tĂŽt dans le mois, d’autres militants se sont donnĂ©s rendez-vous pour visiter la cathĂ©drale d’Amiens. Certains se passionnent pour l’urbex, d’autres (nombreux) proposent des apĂ©ros en terrasse. On retrouve aussi des Ă©quipes de Vengeance Patriote, brassard barrĂ© du logo au bras, dans les manifestations d’extrĂȘme droite. Ainsi, le 19 janvier, une trentaine de ses membres dĂ©file contre la GPA et la PMA, qu’ils considĂšrent comme l’un des symboles de l’écroulement idĂ©ologique de la sociĂ©tĂ© contemporaine. Rebelote le 10 octobre dernier, oĂč une dizaine de Parisiens ont dĂ©filĂ© Ă  la manifestation Marchons Enfants.



Les Ă©quipes de Vengeance Patriote se retrouvent dans les manifestations d’extrĂȘme droite. Comme le 19 janvier, oĂč une trentaine de ses membres dĂ©file contre la GPA et la PMA Ă  Paris. / CrĂ©dits : DR

« Il faut bien dire que c’est que 75% des bougnoules et des Ă©trangers qui violent. Â»

Un sujet qui revient souvent sur le serveur Discord qui est avant tout une plate-forme de discussion pour ces jeunes nationalistes. On y cause « grand remplacement Â», « gauchistes Â» et « racaille Â» entre deux blagounettes racistes. Un forum baptisĂ© « perles Â» est mĂȘme dĂ©diĂ© Ă  cet humour douteux.



Sur le Discord, on cause « grand remplacement Â», « gauchistes Â» et « racaille Â» entre deux blagounettes racistes. / CrĂ©dits : DR

Les saillies racistes sont quotidiennes sur le Discord. Certains de ses habituĂ©s ne cachent mĂȘme pas leur passion pour le fascisme et partagent des photos de leur collection d’artefacts du 3Ăšme Reich. Le serveur Discord contient tant de propos et d’images qui tombent sous le coup de la loi qu’en fĂ©vrier 2020, la plate-forme impose sa fermeture pour apologie de la haine. Ses membres crient Ă  la censure et se dĂ©portent finalement sur Riot, un logiciel de messagerie cryptĂ©. Ils recrĂ©ent tout de mĂȘme un forum sur la plateforme Discord afin d’accueillir les nouvelles recrues.



Certains de ses habituĂ©s ne cachent pas leur passion pour le fascisme et partagent leurs photos d’artefacts du 3Ăšme Reich ou de signes nĂ©onazi, comme la croix celtique. / CrĂ©dits : DR

Qui sont-ils ?

Vengeance Patriote n’est pas vĂ©ritablement un mouvement politique dans la mesure oĂč il n’a pas de corpus idĂ©ologique prĂ©cis. « Il n’y a pas de dogme ni de doctrine Ă  suivre Â», confirme Ă  StreetPress Zodiac, un membre de la section Centre-Val-de-Loire. Tant qu’on est Ă  l’extrĂȘme droite. Un adepte du groupe le rĂ©sume ainsi :

« Chez nous, il y a du Rassemblement national, des Lesquenistes, de l’Action française, de la Dis« Chez nous, il y a du Rassemblement national, des Lesquenistes, de l’Action française, de la Dissidence française etc
 On se sert de l’outil technologique pour discuter collectivement et se rencontrer. Â»sidence française etc
 On se sert de l’outil technologique pour discuter collectivement et se rencontrer. Â»

À sa tĂȘte aujourd’hui : Lucas S., sobrement appelĂ© « MaĂźtre De Saint-Juste Â». Cet ancien de l’Action française chapote la section parisienne et le rĂ©seau national. En parallĂšle, il dirige une petite maison d’édition nationaliste baptisĂ©e la « BibliothĂšque dissidente Â» qui revendique la publication d’ouvrages interdits. On y trouve notamment Combat pour Berlin de Goebbels, La doctrine du fascisme de Benito Mussolini ou une traduction du manifeste du terroriste de Christchurch, responsable de la mort de 51 personnes. La « division fĂ©minine Â» de Vengeance Patriote est dirigĂ©e par sa femme, Elisabeth S., une catholique traditionaliste.

Les vrais créateurs

Si les Ă©poux S. sont Ă  la tĂȘte de Vengeance Patriote, ils n’en sont pas les crĂ©ateurs. Le projet dĂ©bute en 2018 Ă  l’initiative de stars de la fachosphĂšre : les youtubeurs Le Raptor Dissident et Papacito. Le premier compte quasiment 700.000 abonnĂ©s sur sa chaĂźne principale oĂč il alterne ses commentaires autour de sujets d’actualitĂ© et ses entretiens avec des personnalitĂ©s d’extrĂȘme droite. Le second, Papacito – Ugo Gil Jimenez de son vrai nom –, s’est d’abord fait connaĂźtre pour sa collaboration avec le dessinateur Marsault pour le premier tome de la bande-dessinĂ©e Les FDP de la mode. Un bouquin publiĂ© chez Ring, maison d’édition d’extrĂȘme droite Ă  succĂšs.

À partir d’avril 2018, tous deux se servent de l’émission Les RDV dissidents sur la chaĂźne du Raptor pour diffuser et populariser le hashtag #MonteUneEquipe. Chaque dimanche soir, ils appellent en direct un jeune qui a montĂ© la sienne dans sa ville. Sur YouTube, ça parle virilitĂ© et dĂ©clin de l’Occident. Ils dĂ©veloppent aussi le site web MonteUneEquipe.com (depuis supprimĂ©) qui, bizarrement, joue sur les codes esthĂ©tique
 Du bien-ĂȘtre et des salons de massage. Le projet a la cote dans les milieux natios. Des centaines de jeunes nationalistes se regroupent un peu partout en France et les mentions Twitter de Monte une Ă©quipe explosent. Mais les deux initiateurs du projet se montrent incapables de structurer le mouvement. DĂ©passĂ©s Ă  l’étĂ© 2018, les deux youtubeurs quittent l’aventure. Ils tentent aujourd’hui de faire oublier leur implication. Lucas S., l’actuel boss de Vengeance Patriote, regrette leur retrait. « Eux qui sont dĂ©sormais pĂšres de famille, en situation Ă©conomique aisĂ©e, totalement intĂ©grĂ©s au systĂšme, ils ont maintenant peur d’assumer leur dissidence et surtout : ils ont peur de tout perdre Â» et notamment « leur business Â», tacle le militant.



DĂšs 2018, ils commencent Ă  recruter et diffuser le #MonteUneEquipe. / CrĂ©dits : DR

AprĂšs le dĂ©part du Raptor Dissident et de Papacito, en octobre 2018, le militant suprĂ©maciste Daniel Conversano tente de rĂ©cupĂ©rer les troupes. Le crĂ©ateur de Suavelos (un site internet qui fĂ©dĂšre des militants d’extrĂȘme droite, dĂ©fenseur d’un sĂ©paratisme blanc) assume une ligne encore plus radicale :

« On est des europĂ©ens ethniques, on en a plein le cul de l’immigration et de l’islam. Donc si vous ĂȘtes dans le mĂȘme cas que nous, vous venez et puis c’est tout. Â»

En surfant sur le hashtag #MonteUneEquipe, il renforce les rangs de l’Équipe Paris, l’antenne de Suavelos dans la capitale. Ce groupe existe toujours sous le nom d’Équipe Communautaire Paris (E.C.P).

Un soutien au RN !

Au printemps 2019, le soufflet est un peu retombĂ©. C’est Ă  ce moment-lĂ  qu’une nouvelle Ă©quipe dĂ©cide de relancer l’initiative. Tout d’abord sur le site JeuxVidĂ©os.com, puis sur Instagram, Twitter et Facebook. Lucas S., dĂ©sormais aux manettes, et sa bande impulsent une nouvelle vague de recrutement. Une division fĂ©minine et de nouvelles sections classĂ©es par rĂ©gion voient le jour. L’appellation Monte une Ă©quipe disparaĂźt des rĂ©seaux sociaux au profit de Vengeance Patriote. Les divisions rĂ©gionales deviennent des « gardes Â» qui se prĂ©parent Ă  lutter, par la force s’il le faut, contre le « grand remplacement Â». Elisabeth, membre du « premier cercle Â» fanfaronne :

« Nous avons des Ă©quipes dans toutes les rĂ©gions françaises, parfois plusieurs dans la mĂȘme rĂ©gion lorsque les membres sont trop Ă©loignĂ©s les uns des autres. Â»



vp-8

Sur le site JeuxVideos.com, puis sur Instagram, Twitter et Facebook. une nouvelle vague de recrutement commence. / CrĂ©dits : DR

Leur fantasme ultime : ĂȘtre prĂȘt Ă  prendre le pouvoir aprĂšs l’effondrement programmĂ© de la RĂ©publique. En prĂ©vision de ce grand collapse, ces militants d’extrĂȘme droite se passionnent pour le survivalisme. L’étĂ©, certains membres de VP se retrouvent dans une bicoque dans le sud pour s’entraĂźner.



Des membres de la section parisienne en sortie dans la capitale. Sur leurs photos, les membres de Vengeance Patriote aiment montrer les muscles. / CrĂ©dits : DR

Mais en attendant ce grand soir, certaines sections mettent leurs muscles mais aussi leur maĂźtrise des rĂ©seaux sociaux au service du Rassemblement national (RN). Un membre de la Garde du Nord dĂ©taille :

« On organise des collages et des contre-collages. On assure aussi la sĂ©curitĂ© dans certaines manifestations. Â»

ContactĂ© par StreetPress, Raptor Dissident dĂ©clare n’avoir « aucune idĂ©e de ce dont vous parlez Â». Daniel Conversano, n’a pas rĂ©pondu Ă  nos question mais a fait allusion Ă  notre demande sur Twitter Papacito, contactĂ© par l’intermĂ©diaire de sa maison d’édition, Ring, nous a fait savoir qu’il ne pouvait rĂ©pondre Ă  nos questions en raison d’une « retraite spirituelle Â».

Vengeance Patriote a acceptĂ© de rĂ©pondre par Ă©crit aux questions de StreetPress. Nous avons inclus certaines rĂ©ponses dans l’article. Ajoutons qu’ils revendiquent « plusieurs milliers de membres Â» . Ils expliquent avoir mis en place une « Ă©quipe de modĂ©ration Â» pour Ă©viter les dĂ©bordements racistes et se dĂ©clarent « assimilationnistes Â»._




Source: Mars-infos.org