Hier avec les amis du Monde libertaire, on voulait déconner, rebondir sur la proposition de Pierre, le non-violent, qui disait « Nous sommes anarchistes, mettons des masques, décorons-les ». Y convoquait l’art, photo à l’appui… On voulait faire un concours viral de masques anarcho-déjantés !

1/ Nous masquer parce qu’individualistes ou bien commun.al.istes, on aime jouir les uns des autres, pas s’entre-tuer; ou alors juste pour jouer, pour du faux.
2/ Artiser notre masque, y mettre le feu, en faire un étendard. Ridiculiser, niquer, l’État Voyou qui à sa guise, à sa force, voile les uns pour mieux dévoiler les autres.

Exige la docilité de nos corps, maintenant de nos écrits.
Sinon, nous tue, comme hier soir.

34 ans – il asphyxiait, il mourait. Au commissariat de Béziers. Un gars, bien chaud, bien vivant… peut-être il gueulait, Peut-être, une heure plus tôt, il chantait des vieux tubes à deux balles, se marrait, ou pleurait…
Ce gars il est mort, il est froid, y bouge plus.

Emporté, puis tué, par les Forces du Confinement, chiens méchants, enragés, notaires de l’absurde, vérificateurs aveugles de la conformité de notre auto-dénonciation . Là, y se régalent, surtout la nuit,  ils sont lâchés, ils se lâchent, z’ont plus la muselière!

C’était un peu avant minuit.

Qu’est-ce qu’on peut faire pour rester debout ?

Foucault a dit le Panoptique, pis l’a choppé à son tour, le virus, la pandémie, un backroom rue Keller, derrière chez moi. Il l’aimait bien, Nini peau d’chien.
L’a cassé sa pipe. Nous a laissé bien cons.

Qui d’entre nous dira, gueulera, le Grand Confinement ? Cette émission bruitiste de Radio Libertaire ? Magnifique mais je sais plus son nom. Faut d’abord juste du BRUIT!  Trop fort, façon Punk, Gabber, Drum’n Bass, Marteau piqueur –  faut du bruit pour s’boucher les yeux et les oreilles, mais après ? ça suffira pas non plus.
 
Collé dans ma cuisine, ici au fond des champs, y’a un vieux sticker de la FA, tout taché, cra-cra pas ragoutant : « Résister, c’est créer ». Y parle aussi du Silence des pantoufles…

Remplir ce foutu formulaire d’auto-autorisation obligatoire, l’humiliation suprême exigée  de ceux qui peuvent pas payer l’amende. C’est infect!

Ben le gars, l’avait pas rempli. Rien a foutre, Nique ton formulaire!
Pas adapté, pas confinable !
Déchet de la Société Confinée.

En trop. L’ont tué, l’est mort.

La politique peut rien, là, tout de suite.
Mais on peut pas… alors le dernier truc, avant de péter un câble,  c’est se l’approprier, la honte, jouer avec,la sortir de soi, en faire un truc, un objet qu’on met à distance. Dehors!
L’humour; la politesse du désespoir.
Nous reste l’humour, le jeu, la dérision.

Pour mieux les démasquer, masquons nous !?

– NF –  


Article publié le 10 Avr 2020 sur Monde-libertaire.fr