Janvier 8, 2021
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
329 visites


Alors que le congrès étasunien s’apprêtait à valider l’élection de Joe Biden, la manifestation des supporter·ices de Donald Trump a envahi le Capitole. Devant le bâtiment au cœur du pouvoir parlementaire étasunien, les milicien·nes ont détruit le matériel de l’Associated Press en appelant ouvertement à la guerre civile tandis qu’à l’intérieur, couverts de symboles néo-nazis, confédérés et antisémites, ces personnes se prenaient en photos avec des flics, complices de les avoir laissé envahir la place, et menaçaient d’un coup d’État. Du matériel explosif a été découvert sur les lieux.

Trump a tenté d’apaiser en jetant de l’huile sur le feu

Durant sa prise de parole, le président a appelé ses partisan·es à rentrer chez elles et eux tout en perpétuant les mensonges qui les ont galvanisé·es. Dépassé par la tournure qu’a pris cet évènement historiquement tragique, il a annoncé, avec une fierté non dissimulée, aimer les milicien·nes et a continué de les alimenter de son fantasme de fraudes massives à une élection largement perdue.

Cet (…)
Suite »

Le 13 février 2020, l’Assemblée Nationale a adopté une proposition de loi (un texte soumis par des parlementaires et non par le gouvernement) qui désolidarise les revenus du conjoint-e, pacsé-e ou du concubin-e pour le paiement de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH). Cette information, passée relativement inaperçue hors des milieux associatifs et militants du handicap qui exigent cette mesure depuis des années, est pourtant très importante. À l’heure actuelle, l’AAH, une allocation déjà difficile à obtenir en raison des nombreux justificatifs à apporter, est versée aux adultes en situation de handicap sous conditions de ressources [1] : une personne seule et sans enfants peut toucher au maximum 902,70 € par mois si ses revenus ne dépassent pas ce plafond. Si elle se met à toucher davantage, son allocation diminuera progressivement (avec un délai de 6 mois pour l’adaptation).

L’AAH ou le couple

L’AAH est conditionnée aux revenus du foyer, c’est-à-dire qu’elle peut être réduite voire supprimée selon le montant des ressources du ménage. Ainsi, si les revenus du couple sont supérieurs à 1.633,89 € bruts par mois, l’AAH est retirée à la personne conjointe handicapée [1]. Même si ce plafond est supérieur aux autres minima sociaux et majoré de 451,35 € par enfant à charge, la désolidarisation permettrait de rendre bien plus autonomes (…)
Suite »

International

Soyons nombreux samedi 9 janvier 2021 à Paris pour exiger du gouvernement français qu’il fasse toute la lumière sur le triple assassinat des militantes kurdes Fidan Doğan, Sakîne Cansiz et Leyla Saylemez. Comme chaque année, rejoignez le pôle rouge et noir dans la manifestation.

Dans la nuit du 9 au 10 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez ont été retrouvées sans vie, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, à Paris, froidement exécutées de plusieurs balles dans la tête.

Nombre d’indices révélés par l’enquête, ainsi que des documents divulgués sur internet, ont permis d’établir que l’assassin, Ömer Güney, arrêté quelques jours après les faits, avait agi pour le compte (…)
Suite »

Communiqué UCL

L’année 2020 se clôture. Elle s’était ouverte sur une belle lutte, la grève contre la réforme des retraites. Elle se referme sur des luttes, éparses, certes, mais bien existantes, dans un contexte difficile. Il faudra redoubler d’effort pour que les exploité·es retrouvent le chemin de la grève, de la rue, du combat, de l’émancipation collective.

Pour clore 2020, c’est bien sûr à la pandémie de Covid-19 que l’on pense. Mais plus que la pandémie, c’est sa gestion qui est en cause. Elle est caractéristique d’un pouvoir soumis aux intérêts du patronat : désastreuse, inefficace et injuste. Plutôt que d’assurer par des moyens l’accès à toutes et tous aux masques, au vaccin, plutôt que de restreindre vraiment les activités afin de faire baisser la contagion, le pouvoir a choisi une stratégie mortifère : (…)
Suite »

Communiqué fédéral

Dans une chronique du 16 décembre pour Charlie Hebdo, le politologue Jean-Yves Camus s’est pris les pieds dans le tapis en cherchant à associer notre organisation à des pratiques qui ne sont pas les siennes. Jean-Yves Camus a vraisemblablement fait le choix d’attaquer publiquement l’Union communiste libertaire (UCL) en l’assimilant délibérément à ce qu’il nomme « le black bloc », et à ce sujet il dit à peu près « tout et n’importe quoi ».

[Réponse de l’UCL à la chronique de Jean-Yves Camus, « Black Bloc. Sous les pavés, tout et n’importe quoi », publiée dans Charlie Hebdo n°1482 du 16 décembre 2020]

Dans une chronique du 16 décembre pour Charlie Hebdo, le politologue Jean-Yves Camus s’est pris les pieds dans le tapis en cherchant à associer notre organisation à des pratiques qui ne sont pas les siennes.

Certes l’erreur est humaine. Mais pour une personne comme Jean-Yves Camus, habituée à (…)
Suite »

Webdito

Les militant·es syndicalistes et révolutionnaires sont habitué·es à devoir jouer du rapport de forces, dans la rue, avec une police de plus en plus violente. Mais le 5 décembre à Paris, on a également eu à se protéger de l’agression venue de certain·es manifestant·es en panne d’idées pour prouver leur radicalité.

La manifestation contre la Loi Sécurité Globale du 5 décembre s’est vue férocement attaquée par les forces de l’ordre, qui s’améliorent constamment dans leur rôle répressif. Ces attaques contre le mouvement appellent à une réponse : pour nous, il s’agit de continuer à construire des syndicats et d’autres contre-pouvoirs : collectifs de victimes de violences policières, organisations antifascistes… à même d’assurer notre défense collective et de garantir notre (…)
Suite »




Source: Unioncommunistelibertaire.org