Retrouvez le fil d’info complet d’Acta ici : Coronavirus, confinement et résistances : suivi en continu

Jeudi 9 avril

14h00 : Près de 1400 fonctionnaires du ministère de l’Intérieur sont atteints par le coronavirus sur un total de 300.000 personnes, a annoncé jeudi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, souhaitant que le virus soit considéré comme une maladie professionnelle.

Source : Le Figaro

13h59 : Christophe Castaner a annoncé avoir demandé un « contrôle » sur la morgue provisoire installée dans un hall du marché de Rungis réquisitionné pour accueillir les cercueils des victimes du coronavirus, à propos des tarifs controversés pratiqués par l’opérateur privé qui la gère.

Source : Le Figaro

13h59 : Le premier groupe européen du transport aérien, Lufthansa, perd actuellement un million d’euros « par heure » en raison du coronavirus et aura besoin de « soutien » public, a déclaré son patron dans un message vidéo aux salariés.

Source : Le Figaro

12h30 : Un homme de 34 ans est décédé mercredi soir au commissariat de Bézier (Hérault), après son interpellation. L’homme, SDF, avait été interpelé pour… non respect du confinement. Ayant du mal à tenir debout dès son arrivée au commissariat, il est décédé rapidement sur place. Justice et Vérité !

Source : Actazone

11h : La firme de restauration rapide McDonald’s, dont une douzaine de franchises étaient restés ouvertes dans la région de Tours, a décidé de réouvrir plusieurs restaurants pour la livraison et la vente à emporter. Alors que le pic épidémique n’a toujours pas été atteint, que le confinement va être rallongé, et sachant qu’il est possible de cumuler les aides au cômage partiel et l’ouverture, la direction décide de réouvrir, mettant en avant un « encadrement composé de volontaires qui seront amenés à se prononcer sur la poursuite du test toutes les 48 heures » et le « guide opérationnel » qu’elle met à disposition de ses salariés. Mais de quel volontariat s’agit-il dans un secteur marqué par une telle précarité ?

Source : Actazone

9h30 : Alors que cette crise sanitaire fait de plus en plus de victimes, les prisons françaises sont toujours aussi surpeuplées. Dans un témoignage, un prisonnier du Havre dénonce la promiscuité forcée, parfois dans des cellules à 3 (un lit superposé et un matelas au sol), les surveillants qui refusent de se déplacer pour les détenus malades les laissant livrés à eux mêmes dans leur cellules, l’infirmerie fermée, le fait qu’il ne soit plus possible de cantiner etc. En ne les libérant pas, c’est une mise à mort lente que le gouvernement et son système pénitentiaire leur font subir. Amnistie de tous les prisonniers !

Source : Actazone

09h18 : Bien qu’à l’arrêt forcé pour cause de confinement, les bateaux continuent de faire tourner leurs moteurs, de jour comme de nuit… Alors que la circulation automobile a fortement diminué, les cargos-mixtes et car-ferries des lignes de la Corse continuent de rejeter dans l’air, gaz et particules fines. Phénomène d’autant plus étonnant que tous ces navires sont actuellement à l’arrêt et le resteront jusqu’à nouvel ordre. Mais en plus de la pollution, c’est le bruit généré par leurs moteurs qui insupporte les habitants du 2eme arrondissement.

Source : La Provence

9h : En réponse au « Guide de préconisations pour la continuité des activités de la construction en période d’épidémie de Covid-19 » mis en place par le gouvernement et l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics, la CNT du bâtiment publie un « Guide contre la reprise de l’activité dans la construction ». Stop au travail dans les secteurs non essentiels. 

Source : Actazone

08h17 : Les quartiers Nord organisent la solidarité de façon autonomes. Le Macdo occupé du rond point de Ste Marthe a été réquisitionné et désinfecté. Il doit servir de lieu de stockage aux différentes maraudes autogérée.

Source : La Provence

07h29 Air France bénéficiera d’un « soutien massif » de la part de l’État face à la crise du coronavirus, a assuré Bruno Le Maire, qui avait indiqué un peu plus tôt que la France se tenait prête à renflouer son capital ainsi que celui du groupe Renault.

Source : Le Figaro

Mercredi 8 avril

19H14 Airbus réduit d’un tiers sa cadence de productions d’avions pour pouvoir répondre à la demande de ses clients tout en adaptant ses capacités à l’évolution du marché mondial de l’aéronautique face à la crise du coronavirus, selon un communiqué du groupe publié mercredi.

Source : La Provence

18h32 : Christian Bonnet, qui fut ministre de l’Intérieur sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, est décédé mardi à l’âge de 98 ans dans une maison de retraite de Vannes dans le Morbihan. C’est toujours ça de pris !

Source : La Provence

18h : Alors que l’heure devrait être à la baisse des activités, la Fédération du commerce continue de défendre l’idée que l’ouverture des commerces le dimanche « doit rester un choix des enseignes ». Pas même un jour de répit ne sera donc laissé aux salariés sans qui ces commerces ne pourraient tourner.

Source : Actazone

17h : Au Mans, deux frères ont été condamnés à 4 et 5 mois de prison ferme pour ne pas avoir respecté le confinement. Alors que le confinement devrait inciter à vider les prisons, il est utilisé pour les remplir !

Source : Actazone

16h04 : « Nous avons procédé à une première garde à vue pour non-respect du confinement », nous apprend la commissaire de Vitrolles, Alexia Burgevin. L’individu avait été contrôlé et verbalisé pour la quatrième fois sans attestation valable. « C’est une multi-récidive qui a conduit à son déferrement auprès du Parquet d’Aix-en-Provence et à son jugement immédiat. Il a écopé de 4 mois de sursis avec mise à l’épreuve et de 160 heures de TGI (travaux d’intérêt général) », précise la commissaire

Source:Maritima.info

15h30 : : La « doctrine » gouvernementale vis-à-vis des masques a récemment changé – depuis que des commandes ont à nouveau été passées – et il est désormais conseillé à tout le monde d’en porter un. Pourtant, le conseil d’Etat vient de rejeter un recours demandant à généraliser le port du masque en prison, lieux pourtant particulièrement propice aux contaminations en raison de la promiscuité entre prisonniers. L’Etat se fout de la santé des prisonniers : il faut les libérer !

Source : Actazone

15h20 Deux rorquals communs observés au large des calanques. Dommage qu’ils n’aient pas fait chavirer les gardes côtes qui les filmaient…

Source:La Provence

14h30 : Les salariés d’Amazon, sommé par le gouvernement de mieux les protéger face au coronavirus, sont appelés à la grève à compter de mercredi par la CFDT tandis que SUD/Solidaires réclame la fermeture de ses sites et a déposé une demande d’assignation en ce sens, a-t-on appris de sources syndicales.

Source : AFP

12h30 : L’Italie vient de publier un décret (sous l’influence, entre autres, de Luigi di Maio), déclarant que le pays n’est pas un port sûr pour les débarquements de migrants. Le gouverment ferme donc les ports pour toute la durée de l’état d’urgence sanitaire (jusqu’au 31 juillet).

Source : Actazone

12h30 : L’intervention de police dégénère lors d’un contrôle de confinement au Cannet, dimanche dernier. Un père et son fils sont condamnés à de la prison, accusés d’avoir lancé des projectiles contre les forces de l’ordre.

Source : Nice Matin

12h26 : Lundi en fin de matinée, un homme a été placé en garde à vue, avant d’être déféré devant le tribunal correctionnel de Grasse mardi , après avoir été contrôlé 8 fois sans attestation depuis le début du confinement et s’en être pris aux policiers à coup de crachats et d’insultes.

Source : Nice Matin

12h : Autre mesure passée trop inaperçue instaurée par l’état d’urgence sanitaire : une ordonnance permettant l’installation d’antennes 5G sans aucune autorisation. La 5G est depuis quelques mois sous le feu des critiques notamment scientifiques et écologiques pour les ravages qu’elle causerait aux organismes vivants. Dans le même temps, le nouveau Comité d’Analyse, de Recherche et d’Expertise (qui donne donc cyniquement l’acronyme CARE), dont 4 membres sur 5 sont directement liés à des labos et fournisseurs de matériel, doit « réfléchir sur l’opportunité de mettre en place des mesures de suivi numérique en France ».

Source : Actazone

11h30 :Alors que le gouvernement avait annoncé que les parents devant rester chez eux pour garder leurs enfants suite à la fermeture des écoles bénéficieraient d’un maintien à 90% de leur paie, nombreuses sont les mères qui se retrouvent avec seulement les 50% versés par la Sécu, le complément de 40% devant être versés par l’employeur ne l’ayant pas été. Un article du code du travail permet en effet aux employeurs de ne verser ce complément que si l’employé·e a une ancienneté d’au moins un an dans l’entreprise. Si un décret devrait être publié pour inclure les salarié·e·s plus récents, il ne sera pas rétroactif.

Source : Actazone

10h30 : La CGT commerce a lancé un mot d’ordre de grève pour la journée d’aujourd’hui 8 avril afin de réclamer des mesures de protection. À Carrefour le Merlan à Marseille (14e), Yohan Nezri, délégué syndical CGT, évoque des mesures de protection qui ne sont pas toujours respectées, comme le contrôle du flux de la clientèle. « Ce n’est pas 1 000 euros de prime qui va faire baisser la pression. Cela ne paye même pas le prix du tiers d’un cercueil. C’est une bien maigre récompense, lorsque l’on vient au travail pour y risquer sa vie et la vie de ses proches. »Les salariés de Carrefour le Merlan avaient été les premiers à réclamer la mise en place de mesures de protection. « Il a fallu trois semaines de pression énorme pour obtenir des moyens de sécurité, comme les Plexiglas et le contrôle des flux clients », rapporte Yohan Nezri. Souvent face à l’impossibilité d’exercer le droit de retrait, la fédération du commerce a porté plainte contre la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et la direction de Carrefour.

Source : La Marseillaise

10h :Mardi matin s’est tenu un comité social et économique extraordinaire au chantier naval Kership, au Rohu (Morbihan), où la direction a présenté un plan de reprise partielle d’activité prévu pour le lundi 14 avril. Selon la CGT, le plan « fait appel au volontariat. Il faudrait une vingtaine de salariés. À défaut, les personnes seront désignées, on ne sait pas encore exactement sur quels critères : l’âge, etc. ». La direction souhaite une reprise total pour le 20 avril mais pour la CGT, il n’est pas vital de reprendre aussi rapidement. Par ailleurs le mois d’inactivité n’est pas couvert par le chômage partiel pour une grande partie des salariés : comme l’indiquent les ordonnances, le chômage partiel concerne « uniquement les salariés qui ne disposaient pas d’heures supplémentaires ou de compte épargne temps ou de jours de congés de retard en 2019 ». 

Source : Actazone

9h30 : Ce mardi, la ministre du Travail à annoncé que pour faire face au virus, les secteurs de la production pour les hôpitaux et l’agriculture/agroalimentaire vont être autorisés à augmenter leur temps de travail. C’est dans le cadre de la loi d’urgence économique que s’ouvre la possibilité pour certains secteurs spécifiques de déroger au temps de travail « si on en ressent le besoin ». Ainsi la durée maximale par semaine peut passer de 48 à 60 heures et le temps de repos de 11 à 9 heures.

Source : Actazone

9h : À Donges (Loire-Atlantique), l’usine Total continue de tourner avec un effectif minimum malgré les danger que cela représente et une baisse des ventes de 70% à 85% en France qui laisse donc assez de stock pour permettre d’anticiper. La CGT a déposé un « droit d’alerte » vendredi 20 mars car « pour réduire l’exposition », il n’y aura plus assez d’effectifs pour stopper la production en toute sécurité en cas de pic épidémique. La direction n’a donné aucune suite, prétextant respecter les directives du plan de continuité de l’activité économique.

Source : Actazone

Mardi 7 avril

22h:Yassim, 30 ans, a déposé plainte après avoir subi des violences policières lors d’un contrôle de police le 27 mars. C’est la deuxième en deux semaines.

Source : Actazone

21h : Un détenu a été testé positif au centre pénitentiaire d’Avignon-Le Pontet. C’est le sixième cas positif avéré dans les établissements de la région Paca depuis le début de la crise sanitaire précise la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires.

Source : Actazone

19h : À PSA, quatre (CFE-CGC, FO, CFDT, CFTC) des cinq syndicats seraient prêtes à signer l’accord « social solidaire » établissant un plan pour les 7 prochains mois afin d’aider le constructeur à faire face à la crise. La CGT a refusé, dénonçant un « hold-up sur les congés payés d’été » et regrettant que les actionnaires ne renoncent pas à leur dividende. PSA compte en effet verser plus d’un milliard d’euros de dividendes cette année. Une somme qui pourrait largement payer les congés des salariés…

Source : Actazone

18h30 : Malgré l’annonce du gouvernement selon laquelle l’Etat ne soutiendrait pas les entreprises qui verseraient des dividendes dans le contexte de crise actuelle, le groupe Bolloré a annoncé le maintien de ses versements, alors même que ses filiales comme Editis ou Vivendi ont recours au chômage partiel. Les syndicats de Canal + ont déjà demandé à ce que Vivendi renonce à verses ses dividendes, mais la direction de Canal + préfère annoncer une baisse de ses salaires, mesure somme toute dérisoire au regard de leurs autres sources de revenus.

Source : Actazone

18h12 : Dans le cadre de l’opération Résilience, des forces armées sont venues prêter main forte et assistance aux forces de sécurité gendarme et police. Dans le Gard, le régiment de la Légion Étrangère, composé d’une soixantaine de militaires, a été déployé au CHU de Nîmes et à l’usine Sanofi d’Aramon pour assurer la protection de ces sites « sensibles ».

Source : La Provence

17h48 :Afin d’assurer le respect de l’application des mesures de confinement, le maire d’Istres, François Bernardini, lance une opération de surveillance des zones boisées (Le Deven, la plaine Davini) et du pourtour de l’étang de l’Olivier, à l’aide des drones de la Police Municipale. Cette action, viendra en appui des forces de l’ordre sur le terrain afin de contribuer à l’exécution de leurs missions. Lorsque les images du drone révéleront le non respect du confinement dans les zones citées, les patrouilles de la Police Municipale et de la Police Nationale seront mobilisées pour intervenir sur place.

Source : Communiqué de la ville d’Istres

17h30 : Alors qu’aucun texte ne prévoit la réquisition des étudiant·e·s infirmier·e·s, nombre d’entre elles et eux ont été affecté·e·s, dans le cadre de prolongement de stage, dans des CHU, et notamment dans des services Covid. En tant que stagiaires, ils et elles sont rémunérées à hauteur de 0,80€/h la 1ère année, 1,08 en deuxième année et 1,42 en troisième année.

Source : Actazone

17h : Les personnels de l’hôpital de Remiremont signalent que leur grève continue : une banderole sur laquelle on peut lire « zéro hier, héros aujourd’hui, zéro demain ? » à l’attention de « ceux qui nous gouvernent » pour « qu’ils arrêtent de mépriser le personnel hospitalier » a été accrochée devant l’hôpital.

Source : Actazone

14h30 :Les syndicats dénoncent une reprise d’activité du groupe Thales. Suite à un accord signé le 26 mars, seules les activités essentielles comme la fabrication de matériel d’’imagerie médicale devaient être maintenues, mais dès le 30 mars, des pressions étaient exercées pour redémarrer toute la production : « Les plans de continuité des activités se sont transformés en plan de reprise progressive des activités avant même que le gouvernement évoque la fin du confinement ».

Source : Actazone

14h : Chez Deret, entreprise de logistique à Saran (45), la CGT affirme qu’il y a trois cas de Covid-19, ce que la direction dément. Celle-ci affirme également que l’entreprise ne produit que des médicaments alors que la CGT avance le fait que des produits de parfumerie et de luxe sont aussi produits. Fermeture des usines non essentielles !

Source : Actazone

13h30 : Malgré un avis de la cour d’appel de Rouen établissant l’incompatibilité du CRA de Oissel avec le confinement, des personnes continuent d’y être enfermées. Neuf personnes y seraient encore ainsi détenues. Libération des prisonniers !

Source : Actazone

10h : Des associations de travailleuses du sexe réclament un fond d’urgence. En effet, cette activité professionnelle relève de l’économie informelle. Une travailleuse témoigne : « Je ne dispose pas du statut légal me permettant de prétendre aux aides proposées par l’État. C’est comme si je n’existais plus ».

Source : Huffingtonpost

9h :Dans sa soif de profits, le groupe PSA veut faire redémarrer ses usines. Pas pour fabriquer des respirateurs ou des masques, mais pour produire des voitures. Le plus grave dans cette offensive, c’est qu’il sont prêts à envoyer à la mort les ouvriers. 4 syndicats ont signé un accord pour un redémarrage des usines du groupe PSA, il s’agit d’une trahison des salariés.

Source : Révolution Permanente

9h :Alors que l’épidémie continue à s’étendre avec 597 décès en 24h dans les hôpitaux les géants de l’automobile préparent la reprise. Après PSA et Renault c’est au tour de Toyota de commencer à préparer la relance de son activité à Onnaing qui pourrait redémarrer le 21 avril comme l’indique le mail d’un sous-traitant.

Source : Révolution Permanente

9h : Alors qu’un plan de fermeture avait été évoqué en février dernier pour l’horizon 2022 – 2023, les 170 employés du site de Serémange-Erzange viennent d’apprendre ce matin, alors que la crise du Covid-19 est en pleine expansion, la fermeture définitive de la cokerie qui fournissait les fourneaux de Dunkerque pour le courant du mois de Mai. Selon la direction les coûts des investissements nécessaires au maintien de l’activité dans le cadre du plan de réduction des émissions de carbone ainsi que la baisse d’activité engendrée par la pandémie de COVID-19 rendraient la fermeture inévitable. Non content d’avoir mis la vie de ses employés en danger en maintenant la production de ses sites qui peut difficilement être qualifiée d’essentielle, le numéro 1 mondial de l’acier n’aura pas tardé à profiter de la crise pour accélérer ses plans de fermeture concernant la cokerie de Florange.

Source : Révolution Permanente

9h :Alors que les agents RATP, les organisations syndicales et le CSSCT réclament dès le début de la pandémie des mesures à la hauteur de la situation, notamment pour les salariés les plus exposés par le contact avec les usagers, la RATP a fait preuve d’une lenteur criminelle pour prendre la moindre mesure. Elle a même été jusqu’à interdire les masques, menaçant de sanction les agents qui porteraient leur propre masque. Aujourd’hui elle fait volte-face, et se décide enfin à instaurer le port du masque « pour les agents concourant à l’exploitation et à la maintenance du réseau ». Non seulement il a fallut attendre 2 mois, mais en plus au lieu des masques FFP2, les seuls à protéger de la contamination, il s’agit de masques chirurgicaux, destinés aux personnes contaminées.

Source : Révolution Permanente

9h :Castaner annonce qu’une application de « tracking », de traçage, pourrait bientôt voir le jour. D’après le Huffington Post, « Le tracking à visée médicale est une piste étudiée par le gouvernement, a confirmé le ministre sur France 2. Il s’agit de l’utilisation de certaines données des téléphones, notamment GPS, pour tracer les contaminations éventuelles de Covid-19. Alors que ce système est décrié car susceptible de violer les libertés individuelles, Christophe Castaner a estimé ce dimanche soir qu’il pourrait tout de même être “soutenu” par les Français. »

Source : Révolution Permanente

9h :Le jogging a été interdit par Anne Hidalgo à Paris de 10h à 19h. Dans plusieurs villes de France, les maires imposent et durcissent les couvre-feu alors qu’il était déjà interdit de sortir à plus d’un kilomètre de chez soi. A Nice, Christian Estrosi a avancé le couvre-feu à 20h ce lundi et durci les contrôles là où les amendes s’élèvent à 200€ et ont été distribuées à plus de 100 000 personnes depuis le début du confinement. Tout cela est assuré par les méthodes de surveillance évoquées plus haut, allant parfois jusqu’à déployer des drones pour surveiller les allées et venues de la population.

Source : Révolution Permanente

9h :Hier matin, Emmanuel Macron s’est rendu dans une maison de santé et un centre social à Pantin. Une véritable opération de communication sur le dos de ceux qui sont en première ligne : les soignants, en réponse à laquelle il a été hué et interpellé par les habitants de la ville, dans un des départements les plus touchés par l’épidémie.

Source : Révolution Permanente

Lundi 6 avril

23h :En fin de semaine dernière, deux syndicats de soignants, le Syndicat des médecins d’Aix et région (Smaer) et les infirmiers libéraux d’Infin’idels, avaient déposé un recours devant le tribunal administratif de Marseille pour demander à l’Agence régionale de santé (ARS) de commander des doses d’hydroxychloroquine et d’azythromycine, ainsi que des tests en nombre suffisant pour le traitement des infections au Covid-19. Leur demande a de nouveau été rejetée.

Source : La Provence

20h23 : Castaner autorise les préfets à « durcir les mesures » en cas de relâchement .

Source : La Provence

18h :La direction de la poste a été attaquée en justice par SUD PTT pour ne pas avoir fourni le matériel minimum de protection à ses employés. Pour sa défense, l’avocat de la direction a fourni un document prouvant que le groupe dispose bien d’un stock de masque (environ 24 millions), qui n’a jamais été distribué. La direction évite de se faire réquisitionner une partie du matériel par l’Etat, laissant ainsi les hospitaliers et ses employés les plus exposés en difficulté. Dirigeants, vous rendrez des comptes !

Source : Actazone

17h07 :Un détenu atteint du Covid 19 est décédé à Douai.

Source : Actazone

16h : À la Réunion, un collectif de personnels médical, pénitentiaire, politique, et d’avocats, a assigné aujourd’hui en référé au tribunal administratif le Préfet et l’Agence Régionale de Santé. Ils demandent la mise en place d’un dispositif de dépistage achevé au 15 avril, date prévue pour la fin du confinement, ainsi que la réquisition de laboratoires et d’établissements pouvant fabriquer des masques.

Source : AFP

17h04 : Le syndicat CGT, s’inquiète de la volonté de la direction de Trapil, société de transport pétroliers par oléoducs dont certaines installations sont basées à Port-de-Bouc, de profiter des aides de l’État, dans cette situation de crise sanitaire. La société Trapil, détenue par plusieurs actionnaires (Pisto, Esso et Total) envisage en effet d’imposer le chômage partiel, la prise de repos ou les congés aux personnels de terrain, estimant que cette crise sanitaire générerait une baisse de son chiffre d’affaires.

Source : La Marseillaise

17h : Depuis le début du confinement, ce sont 450 détenus en fin de peine d’Auvergne-Rhône-Alpes qui ont été libérés. Alors que l’enfermement dans des prisons insalubres met la vie des détenus en danger, il est urgent de libérer tous les enfermés !

Source : Actazone

14h : Jeudi dans l’Aude, à Carcassonne, une femme a pris 8 mois de prison, dont 6 ferme, 2 ans d’interdiction de présence sur la commune de Bram, 120h de travaux d’interêt general et un suivi psychologique. Sa condamnation fait suite à de nombreuses infractions des règles de confinement, un pv pour être entrée de force dans le véhicule d’une infirmière sans protection, ni respect des gestes barrières et pour avoir outragé un policier.

Source : Actazone

15h : En plus d’avoir été placés au mitard, les détenus ayant refusé de réintégrer leurs cellules ce samedi à la prison de Champ-Dollon (voir brève du 5 avril 15h), sont depuis « privés de visites, de télévision ou encore d’ateliers […] L’heure de promenade quotidienne doit se faire à tour de rôle et dans une cour isolée du reste des détenus ». Soutien aux enfermés !

Source : Actazone

15h :Le recours au chômage partiel a été demandé par 586 000 entreprises et associations pour 6,3 millions de salariés, soit 500 000 de plus qu’il y a deux jours, un nouveau record, a annoncé mercredi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, sur son compte Twitter. Parmi ces salariés, 60% viennent d’entreprises de moins de 50 salariés, a ajouté la ministre.

Source : La Provence

13h30 : On avait déjà abordé la collecte de données réalisée par Orange pour observer les déplacements de populations parties se confiner dans leurs résidences secondaires. De nouvelles « expérimentations » ont lieu depuis quelques jours : ainsi, Orange et SFR ont commencé à partager nos données avec l’Inserm, l’AP-HP et l’Inria, sous prétexte de pouvoir prévoir les afflux de patients dans les hôpitaux. De son côté, GoogleMap a mis en ligne l’ensemble des données de déplacement acquises grâce à l’application installée sur les smartphones. Si le gouvernement se défend encore de vouloir mettre en place un traçage individuel obligatoire – même si E. Philippe a déjà annoncé qu’il pourrait être « soutenu par les français » –, les dispositifs qui le permettraient se mettent cependant doucement en place…

Source : Actazone

13h23 : La Poste, dont les services ont été très réduits avec la crise du coronavirus, a annoncé mercredi qu’elle allait rouvrir davantage de bureaux et confirmé qu’elle augmenterait la fréquence de distribution de la presse, du courrier et des colis.

Source : La Provence

12h52 : En réponse au « relâchement inadmissible du week-end », le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé lundi que le couvre feu allait dorénavant passer à 20h dans plusieurs quartiers de Nice et que le sport autorisé à des heures spécifiques. Une vingtaine d’hommes arrive sur place et très vite la situation dégénère. La cinquantaine de jeunes lance des pierres et des pavés en direction des forces de l’ordre. D’autres jeunes leur envoient également toutes sortes de projectiles depuis les balcons des immeubles et les passerelles aériennes. Un frigo est même balancé du balcon.Des CRS arrivent en renfort et après plus de trois heures d’échauffourées avec usage de gaz lacrymogènes, ils parviennent à disperser ces petits groupes très mobiles et à ramener le calme vers 22h30.

Source : France Bleu Gironde

11h50 : La compagnie d’intervention de Bordeaux a été appelée ce dimanche vers 19h dans le quartier des Aubiers où des jeunes jouaient au foot quand d’autres s’étaient lancés dans un rodéo sauvage.

Source : Nice Matin

9h : Alors qu’il n’existe aucun cadre juridique pour l’utilisation de drone par la police, après Nice, Paris, Ajaccio et Montpellier, c’est au tour de Lyon de déployer des drones pour contrôler le respect des règles de confinement. La municipalité en a commandé plusieurs et va probablement continuer a en faire usage même après le confinement.

Source : Actazone

9h :Depuis le début de l’épidémie, la RATP a fait preuve d’une irresponsabilité totale dans la protection des agents. Mais comme si ça ne suffisait pas, elle refuse les arrêts de travail pour garde d’enfants aux salariés ayant la possibilité d’être en télé-travail ou dont le conjoint pourrait l’être, et s’apprête donc à les sanctionner. Comme si télétravail et garde d’enfants étaient compatibles…

Source : Révolution Permanente

Dimanche 5 avril

19h30h : Dans un courrier adressé au ministre de la Santé, à la préfète et à la directrice départementale de l’ARS d’Indre-et-Loire, le collectif Notre Santé en danger demande aux décideurs gouvernementaux de revenir sur leur refus de faire fabriquer des tests pour le covid-19 par le laboratoire vétérinaire Inovalys. Le collectif appelle également à accrocher banderoles et panneaux à nos fenêtres pour donner plus de poids à cette interpellation.

Source : Actazone

16h30 :Les conducteurs de bus de la STBC en Seine-et-Marne, ont décidé d’exercer leur droit de retrait après le décès d’un de leurs collègues de 57 ans, et alors qu’un autre conducteur est en coma artificiel. Les chauffeurs dénoncent l’absence de masques et avoir dû eux-même mettre en place des mesures pour se protéger comme l’arrêt des vente de tickets à bord du bus et la montée des passagers par la porte arrière.

Source : Actazone

15h30 : Une grève a été lancée l’appel de la CGT ce vendredi chez les livreurs Uber Eats et Deliveroo. Plutôt que de réduire son activité, Uber Eats a même développé un partenariat avec Carrefour. Alors que les deux plate-formes se vantent de leur promesse d’aider les livreurs infectés, ceux-ci dénoncent leur situation de précarité qui les contraint à continuer à s’exposer à des risques.

Source : Actazone

15h : À la prison de Champ-Dollon (Genève, Suisse) les détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules ce samedi, après avoir fait de même la veille. La police est intervenue et a placé des prisonniers en cachot. Ils réclament d’être seuls en cellule et des libérations anticipées afin d’être moins vulnérables au coronavirus.

Source : Actazone

14h : Un détenu a été testé positif au coronavirus à la prison de Lyon Corbas vendredi 3 avril. Placé en confinement, il partageait sa cellule avec 2 autres détenus, dont l’un venait d’être libéré. Libération des enfermés !

Source : Actazone

13h30 : Des salariés d’Auchan à Souppes-sur-Loing (Seine et Marne) qui s’étaient mis en grève suite à la proposition de la direction de leur donner une prime de 350 euros, ont finalement obtenu que celle-ci soit montée à 600 euros nets.

Source : Actazone

13h : En pleine pénurie de masques de protections, censés être réquisitionnés pour le personnel hospitalier, Airbus bénéficie d’un traitement de faveur. Selon une enquête de Mediapart, l’entreprise consommerait des millions de masques FFP2 et FFFP3 pour préserver l’activité économique, tandis que le personnel hospitalier ne dispose que de simples masques chirurgicaux. Après 4 jours de fermeture, la réouverture de ce secteur non essentiel engendre la colère des salariés et des syndicats..

Source : Actazone

11h : A Bourges, un homme qui a été interpellé vendredi soir après avoir enfreint les règles de confinement 7 fois. Il a été déféré hier après midi en attente de sa comparution immédiate, risquant jusqu’à 6 mois de prison. L’infraction a plus de 3 reprises du confinement engendre un placement en garde à vue et à comparaître devant un juge.

Source : Actazone

Samedi 4 avril

20h : À ajouter à la désormais longue liste des motifs absurdes de verbalisation pour non respect du confinement : à Brest (Finistère) un homme a été verbalisé alors qu’il attendait la sortie de prison d’un ami à lui. Aucun motif figurant sur l’attestation officielle ne prévoit ce cas de figure. L’homme a écopé d’une amende de 135 euros.

Source : Actazone

18h :Lors d’une intervention dans un domicile pour violence conjugale, l’homme de 47 ans pour lequel les policiers s’étaient déplacés à été abattu sur place. Selon la police, l’homme se serait jeté sur eux avec un couteau à la main… il s’est donc fait abattre.

Source : Actazone

17h : Les livreurs sans papiers sont plus que jamais les cibles d’arrestations, plusieurs ont été enfermés en CRA depuis le début du confinement. Malgré l’urgence sanitaire, l’Etat refuse de fermer les centres de rétention et continue à les remplir.

Source : Actazone

16h : Le bailleur social, Plaine Commune Habitat, dans 8 communes de Seine-Saint-Denis, décide de créer une cellule de conseillères sociales et de gestionnaires locatifs qui étudieront au cas par cas les situations, puis accompagneront les locataires en difficulté. Ils pourront donc bénéficier d’un report partiel du loyer ou d’un report total. Une suspension totale du loyer est néanmoins réclamée par de nombreuses associations et organisations.

Source : Actazone

14h30 : Un homme a quant à lui pris deux mois ferme à Concarneau (Finistère) pour non respect du confinement à 3 reprises.

Source : Actazone

14h : Un homme de vingt ans a été condamné à 6 mois de prison dont deux avec sursis pour avoir été contrôlé à 5 reprises sans attestation conforme. Il a été envoyé à la prison de Belfort.

Source : Actazone

13h30 : Malgré un recours déposé par le Conseil national des barreaux, la Conférence des bâtonniers et le bâtonnier de Paris, le Conseil d’État a validé hier la prolongation de plein droit et sans débat des détentions provisoires. Alors que l’urgence est de vider les prisons, cette mesure permet de garder encore plus longtemps les personnes dans l’attente d’un jugement, qui représentent presque un tiers des prisonniers.

Source : Actazone

11h : Malgré un casier vierge, un jeune de 18 ans, intérimaire en électricité, a été condamné à un mois de prison ferme pour ne pas avoir respecté à 4 reprises les règles du confinement. A l’heure où les prisons sont des véritables foyers de contamination, le binôme police-justice continue son sale job.

Source : Actazone

Autres revues de presse sur le Coronavirus sur mars-infos :


Article publié le 10 Avr 2020 sur Mars-infos.org