Jeudi 26 mars

12h40 : Ca bouge dans d’autres pays par rapport à la situation créée par le coronavirus : En Iran, des prisonniers politiques ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur détention pendant l’épidémie de coronavirus qui a durement touché l’Iran. La grève de la faim fait suite aux revendications des familles des prisonniers politiques pour que le pouvoir judiciaire libère temporairement les prisonniers pour limiter la propagation de COVID-19. Au cours des deux dernières semaines, Téhéran a annoncé un plan de libération provisoire de plus de 50.000 prisonniers, puis de 85.000. Or non seulement il reste de nombreux prisonniers politiques en Iran, mais ceux-ci suggèrent que des mesures ont été prises pour rendre certains types de détenus particulièrement vulnérables.

Par ailleurs, l’organisation de guérilla NPA (Nouvelle Armée Populaire) aux Philippines a annoncé un cessez-le-feu unilatéral afin « d’assurer et de faciliter l’assistance médicale, sanitaire et économique nécessaire à lutte contre la pandémie.« 

Enfin, en Grèce aussi, des mouvements ont lieu dans les prisons pour femmes de Korydallos pour contrer les mesures restrictives liées au coronavirus, et notamment en soutien aux militant-e-s de Lutte Révolutionnaire.

(Source : Secours Rouge.)

12h : L’UD CNT 31 appelle les travailleurs et travailleuses d’Airbus à ne pas reprendre le travail cette semaine, comme leur demande l’entreprise : « pourquoi les travailleur·euses devraient-ils continuer à produire des avions qui vont être stockés ? ». Arrêt des productions non essentielles ! (Source : IAATA.info)

11h30 : L’ordonnance du 25 mars 2020 « portant adaptation de règles de procédure pénale […] d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19 » va permettre d’allonger la détention provisoire et de prolonger automatiquement les gardes à vue. (Source : Legi France)

11h : En Guadeloupe, des habitants ont lancé une initiative pour défendre la culture locale. Tous les soirs, à 21h, le rythme du Gwoka résonne. L’idée a « vite remporté l’adhésion de nombreux Tambouyés, toutes générations confondues, confirmés et débutants ». (Source : France Tv Info)

10h30  : Une « Manifestation du confinement » est appelée pour le mardi 31 mars. À l’origine, cette date devait être celle d’une journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites. À vos banderoles, projections et slogans depuis les balcons ! (Source : Paris Luttes Info)

10h : Il y a quelques jours, un soignant du CHU de Nantes a été placé en réanimation après avoir contracté le Covid-19 lors de l’exercice de ses fonctions. Il est sorti de l’hôpital. Encore une fois, le manque de moyens de protection en est probablement la cause. (Source : Ouest France)



9h30 :
Trois communes du Finistère ont été obligées de restreindre la consommation d’eau potable. L’arrivée massive de résidents secondaires en serait la cause. Rappelons que 20 % des (bourgeois) parisiens ont quitté la capitale. (Source : France Info)

9h22 : Trente-et-un détenus du sud de la France portent plainte contre le gouvernement pour « non-assistance à personne en danger » : ne s’estimant pas assez bien protégés contre le Covid-19. Les plaignants, détenus notamment dans les Bouches-du-Rhône, le Gard ou le Var, dénoncent des « conditions sanitaires déplorables, les conditions de détention inhumaines et dégradantes (…) auxquelles s’ajoutent les détenus fragilisés par leurs états de santé physique et psychologique, (…) des cellules de 9 m2 en moyenne, où sont détenus deux à trois personnes ». Ils estiment aussi que « les fonctionnaires de la pénitentiaire, sans protection, qui escortent au Palais de Justice de Nîmes, les prévenus, sont autant de facteurs facilitant la contamination, avec potentiellement une issue fatale pour les plus fragilisés ». (Source : Maritima)

9h : Le mot d’ordre « Grève des loyers » semble être partagé de plus en plus largement et devrait débuter au début du mois d’avril. Dans un appel publié chez nos camarades de PLI, des confinés l’expriment en ces termes : « Ne payons pas nos loyers, ne payons plus pour l’État. » (Source : Paris Luttes Info)

8h32 : Un premier gendarme est décédé des suites de l’épidémie de Covid-19, hier dans sa caserne de Maisons-Alfort (Val-de-Marne), a annoncé la gendarmerie nationale. Pour une fois que y’a une bonne nouvelle ! (La Provence)

8h30 : À Marseille, un communiqué intersyndical de libraires demande de ne pas rouvrir les librairies, comme Bruno Lemaire en a évoqué la possibilité. Ils demandent notamment la fermeture d’Amazon et des grande surfaces culturelles, l’arrêt de la chaîne du livre, que le personnel en chômage partiel ou gardant ses enfants n’ait pas de perte de rémunération, et le respect du droit de retrait. (Source : mars-info).

8h23 : Une procédure en référé pour la fermeture des Centres de Rétention administrative sera examinée aujourd’hui par le Conseil d’État. À Marseille, cinq personnes étaient encore retenues hier dans celui du Canet, dont une personne entrée lundi. Malgré les beaux discours l’industrie de l’enfermement n’est pas non plus au chômage technique. Dommage. (Source : La Provence)

8h : Un maton de la prison de Perpignan explique que trois détenus ont été testés positifs au Covid-19, deux femmes et un homme, et que quatre personnels auraient également des symptômes. L’absence de masques pour les surveillants expliqueraient en grande partie la circulation du virus. (Source : Made In Perpignan)


Article publié le 26 Mar 2020 sur Mars-infos.org