Avril 26, 2016
Par La Rotative (Tours)
181 visites


Lassé-es des trahisons à répétition, les cheminot-es de la région de Tours ont décidé de formaliser leurs méthodes d’action sous la forme d’une charte.

Cette charte (signée pour l’instant seulement par Sud Rail et FO Cheminots) naît à la veille d’un combat difficile pour la sauvegarde de leur statut dans la perspective de l’ouverture à la concurrence (2020 pour les lignes grandes vitesses, 2023 pour les TER). En effet, cette mise en concurrence nécessite un statut unique entre cheminots et travailleurs des opérateurs privés (pour éviter le dumping social), statut unique revu actuellement à la baisse par rapport au statut cheminot en vigueur — d’où cette grève.

Cette Charte a été actée, acceptée et votée par les cheminot(e)s en lutte présent(e)s à l’AG du piquet de grève du jeudi 21 avril dernier, suite à la naissance et à l’émergence d’un Mouvement Unitaire créé PAR des cheminot(e)s et POUR les cheminot(e)s qui ne supportent plus d’être berné(e)s par le gouvernement, le patronat, mais aussi et surtout dirigé(e)s par des fédérations syndicales qui, depuis plus de 20 ans, nous font perdre notre temps et notre argent plutôt que de servir et d’aider les cheminot(e)s à sauvegarder leurs acquis comme cela devrait être le cas !

En conséquence, et ce durant toute la durée et jusqu’à la fin de ce long combat qui nous attend toutes et tous, les Organisations Syndicales signataires signataires de cette charte valident les engagements suivants :

  • laisser la souveraineté entière aux Assemblées Générales des cheminot(e)s.
  • ne pas faire passer sa stratégie et ses revendications syndicales avant celles des cheminot(e)s.
  • ne jamais diriger toutes les mobilisations à venir mais de laisser les seul(e)s cheminot(e)s décider de la suite des événements lors de chaque Assemblée Générale.
  • aider et soutenir les cheminot(e)s en ne servant seulement d’outil syndical (tracts unitaires, tournées informatives unitaires, dépôts de DCI [1].
  • diversifier les cortèges de cheminot(e)s et ne pas faire du catégoriel afin de privilégier l’unité totale de ce Mouvement Unitaire.
  • juste proposer et non imposer toutes les alternatives possibles lors des Assemblées Générales suivant l’actualité des événements survenus et/ou à venir.
  • être attentif et recaler obligatoirement toute personne ou groupuscule qu’il soit politique, patronal, syndical ou autre dans le seul but de casser l’unité de ce Mouvement.

Enfin, ce Mouvement Unitaire des cheminot(e)s en lutte ne refuse aucunement le port d’identification syndicale (drapeaux, autocollants, badges, etc.) des militant(e)s des organismes signataires qui le souhaitent.

PDF - 390.3 ko



Source: