Mars 10, 2018
Par Zone À Défendre
221 visites

Manifestation suivie d’une action, rendez-vous à 14h devant la mairie.
Ramène ta cabane en carton, ta banderole et tes déchets radioactifs.

Nous avons fêté l’inventivité, la détermination et la richesse d’un
Mouvement qui a su concilier la lutte contre un projet destructeur et la
construction de nouvelles façons de vivre et d’habiter. Un mouvement qui a
su porter haut et fort l’autonomie alimentaire, l’hospitalité, l’échange
non monétaire, le partage des savoirs-faire, le soutien à toutes les
autres luttes émancipatrices…

Pourtant, nos luttes ne peuvent s’arrêter à un sentiment immédiat de
victoire. Le projet d’aéroport retiré, c’est désormais un rapport de force
que nous devons engager pour appuyer le maintien de toutes les occupations
de la zad. Après s’être battu contre l’aéroport et son monde maintenant il
faut se battre pour que vive tout ce que nous voulons voir exister et
notamment ce qui s’est construit et va se construire et s’inventer sur la
Zad. Nous appelons tous les comités de soutien à prendre l’initiative là
où ils sont, avec leurs propres forces. Parce que ce mouvement s’est
construit dans la lutte, sa survie dépend de notre capacité à créer de
nouveaux fronts.

Avec la tentative en cours d’expulsion du bois Lejuc à Bure dans la Meuse
(contre la poubelle nucléaires, on voit que l’état est bien décidé à ne
pas laisser s’implanter des zones de résistance, échappant à son contrôle.
On peut supposer qu’à Notre-Dame, il fera tout pour reprendre la main sur
la gestion des 2000 hectares de la zad. On peut craindre pour les
habitations et activités hors-normes de la zone, qui ne répondraient pas
aux critères des administrations.

Menons des actions devant les administrations d’état (Directions
départementales des territoires et de la mer, Chambres d’agricultures,
Préfectures…), pour affirmer un refus des expulsions qu’elles soient à
Notre-Dame, à Bure, ainsi que celles des personnes migrantes qui vont
s’accentuer avec le nouveau projet de loi relatif à l’immigration.

A la moindre expulsion, soyons prêts à semer le désordre dans le secteur
de Pont de Buis (où se trouve Nobelsport, fabricant des armes de la
police)

Nos revendications sont les suivantes :
Pas d’expulsions Le gel des terres de la Zad, c’est à dire que le statut des terres
n’évolue pas jusqu’à ce que le mouvement d’occupation lui-même choississe
son modede gestion. L’amnistie de tous les inculpés de la lutte.
Nous pensons également à toutes les personnes blessées et mutilées par la
police durant toutes ces années de manifestations et de résistance aux
attaques policières.

Les collectifs finistériens de soutien à la Zad de NDDL.




Source: