Mars 15, 2021
Par Anarkismo
203 visites



category international |
genre |
communiqué de presse
author Monday March 08, 2021 05:53author by Diverses organisations anarchistes

Report this post to the editors

Déclaration anarchiste internationale sur la Journée des Femmes Travailleuses

Aujourd’hui, 8 mars, nous commĂ©morons la JournĂ©e internationale de lutte pour les droits des femmes travailleuses, une date historique pendant laquelle nous mettons en avant la lutte pour les droits politiques, sociaux, Ă©conomiques et sexuels, des femmes et des personnes transgenres issues des classes opprimĂ©es, pour mettre fin aux violences systĂ©miques du patriarcat et pour la lutte rĂ©volutionnaire ouvriĂšre, populaire et anticoloniale.

photo5918155645159323084.jpg

ProposĂ©e pour la premiĂšre fois par un groupe de femmes socialistes lors de la deuxiĂšme confĂ©rence internationale des femmes socialistes Ă  Copenhague en 1910, cette journĂ©e Ă©tait initialement destinĂ©e Ă  promouvoir les droits civils pour les femmes, et est devenue par la suite une journĂ©e d’agitation, de mobilisation, de protestation et de grĂšve pour la vie et la libertĂ© des femmes et des personnes LGBTI dans le monde entier.
Des protestations pour le droit au travail et pour les droits politiques dans les États industriels au dĂ©but du XXĂšme siĂšcle jusqu’à la rĂ©volte pour le pain et la paix qui a menĂ©, conjointement Ă  d’autres grĂšves et manifestations, Ă  la rĂ©volution russe de fĂ©vrier 1917, le 8 mars s’est lentement consolidĂ© grĂące Ă  la lutte active des femmes travailleuses. C’est pour cette raison que nous continuons de souligner cette date, qui nous permet non seulement de nous souvenir des grandes rĂ©alisations du mouvement fĂ©ministe contre l’oppression des femmes, mais aussi de fournir un espace pour Ă©lever nos voix contre l’injustice et les violences de ce systĂšme de domination capitaliste, patriarcal et colonial.

Cette journĂ©e de commĂ©moration internationale a portĂ© de multiples Ă©tendards de lutte, variant selon les territoires et les Ă©poques, soulignant entre autres, la lutte pour le droit de vote et l’Ă©galitĂ© des salaires, la reconnaissance du travail domestique, de la charge mentale et de toutes les tĂąches relĂ©guĂ©es Ă  la sphĂšre privĂ©e et effectuĂ©es principalement par des femmes, la lutte pour la dĂ©pĂ©nalisation et la lĂ©galisation de l’avortement et l’accĂšs aux contraceptifs, l’abolition des violences sexistes, matĂ©rialisĂ©es entre autres par le nombre Ă©levĂ© d’abus sexuels et de fĂ©minicides.
Nous mettons en avant cette date comme un espace pour les femmes et les LGBTI, un espace combatif et rĂ©volutionnaire, qui a permis d’articuler les organisations populaires et le mouvement fĂ©ministe, en se caractĂ©risant par des mobilisations rassemblant des millions de femmes, comme on a pu le voir rĂ©cemment par la grĂšve internationale des femmes initiĂ©e en Espagne, le mouvement #NiUnaMenos en Argentine et dans toute l’AmĂ©rique latine, la lutte pour un avortement lĂ©gal, sĂ»r et libre dans les pays du monde entier, etc.
Aujourd’hui, nous, les femmes travailleuses, sommes en premiĂšre ligne face Ă  la crise sociale et Ă©conomique rĂ©sultant de la pandĂ©mie du COVID-19, qui a rĂ©vĂ©lĂ© des formes de violence et de domination patriarcale en gĂ©nĂ©ral invisibilisĂ©es, comme l’exploitation du travail fĂ©minin dans la sphĂšre privĂ©e et la subordination des femmes Ă  la figure masculine en son sein. La rĂ©surgence des violences domestiques, du harcĂšlement et l’augmentation des cas de fĂ©minicides et d’abus sexuels pendant le confinement, sont autant de raisons de nous mobiliser avec urgence le 8 mars. Cependant, si nous reconnaissons l’importance des luttes fĂ©ministes actuellement, nous observons et rejetons l’existence d’un “fĂ©minisme blanc”, bourgeois et binaire, qui cherche Ă  devenir hĂ©gĂ©monique au dĂ©triment de la lutte des opprimĂ©es. C’est depuis nos organisations sociales que nous construisons la lutte contre l’oppression patriarcale, par l’action directe et l’organisation. Nous restons en alerte aussi face Ă  l’influence grandissante des États sur ces multiples faces du fĂ©minisme, cherchant Ă  calmer les luttes et revendications et Ă  institutionaliser les luttes, pour les accommoder Ă  ses propres fonctionnements.

À la date de la commĂ©moration, nous voulons de nouveau souligner l’importance des femmes et des LGBTI dans la lutte pour les droits des travailleuses et des travailleurs, et de tou-te-s les opprimĂ©-e-s par le systĂšme de domination capitaliste. Nous nous souvenons des luttes menĂ©es par des figures telles que Teresa Claramunt, Luisa Capetillo, y Virginia Bolten, pour les droits des minoritĂ©s sexuelles et de genre, pour l’arrĂȘt de l’exploitation de l’environnement, pour l’abolition de l’État, etc, en vue d’une transformation rĂ©volutionnaire de ce monde qui tiendra compte des postulats fĂ©ministes et anti-patriarcaux tels que la gestion collective des soins, l’importance du corps comme territoire de potentielles dominations et la critique d’une construction politique basĂ©e sur les conceptions traditionnelles du genre qui sont hiĂ©rarchiques, binaires et exclusives.
La journĂ©e commĂ©morative du 8 mars nous permet de positionner Ă  la fois les problĂšmes auxquels nous sommes confrontĂ©es en tant que femmes dans une sociĂ©tĂ© patriarcale, ainsi que les idĂ©es et les pratiques organisationnelles qui nous permettent de visualiser une sociĂ©tĂ© libre d’oppression oĂč nous ne serions pas en position de subordination. Ainsi, nous commĂ©morons le 8 mars comme une journĂ©e de lutte rĂ©volutionnaire de celles d’en bas, pour la libĂ©ration des femmes qui, comme l’Ă©crivait Emma Goldman dans La tragĂ©die de l’Ă©mancipation de la femme (1906) : “fera d’elle un ĂȘtre humain, au sens propre (…) [et] tendant Ă  la libertĂ© la plus complĂšte, elle effacera alors les vestiges de centaines d’annĂ©es de soumission et d’esclavage”.

Pour la libération des femmes et des personnes LGBTI,

Vive celles qui luttent !

☆ Alternativa Libertaria/ Federazione dei Comunisti Anarchici (AL/FdCA) – Italie
☆ Anarchist Communist Group (ACG) – Grande-Bretagne
☆ ΑΜαρχÎčÎșÎź ÎŸÎŒÎżÏƒÏ€ÎżÎœÎŽÎŻÎ± – Anarchist Federation – GrĂšce
☆ Aotearoa Workers Solidarity Movement (AWSM) – Aotearoa/ Nouvelle-ZĂ©lande
☆ Coordenação Anarquista Brasileira (CAB) – BrĂ©sil
☆ Die Plattform – Anarchakommunistische Organisation – Allemagne
☆ Embat, Organització Llibertària de Catalunya – Catalogne
☆ Federación Anarquista de Rosario (FAR) – Argentine
☆ Federación Anarquista de Santiago (FAS) – Chili
☆ Federación Anarquista Uruguaya (FAU) – Uruguay
☆ Grupo Libertario Vía Libre – Colombie
☆ Libertaere Aktion – Suisse
☆ Melbourne Anarchist Communist Group (MACG) – Australie
☆ Organización Anarquista de Córdoba (OAC) – Argentine
☆ Organización Anarquista de Tucumán (OAT) – Argentine
☆ Organisation Socialiste Libertaire (OSL) – Suisse
☆ Union Communiste Libertaire (UCL) – France & Belgique
☆ Workers Solidarity Movement (WSM) – Irlande
☆ Zabalaza Anarchist Communist Front (ZACF) – Afrique du Sud




Source: Anarkismo.net