Octobre 28, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
359 visites


Salah Hamouri, dĂ©fenseur des droits humains et avocat franco-palestinien nĂ© Ă  JĂ©rusalem, s’est Ă  nouveau vu notifier la rĂ©vocation de son statut de rĂ©sident de JĂ©rusalem le 18 octobre dernier, et se trouve sous la menace d’une expulsion imminente et dĂ©finitive de son pays, la Palestine.

Rappelons que pour pouvoir vivre Ă  JĂ©rusalem, les Palestinien.nes ont besoin d’un titre de rĂ©sident dĂ©livrĂ© par les autoritĂ©s israĂ©liennes, qui peuvent le retirer Ă  tout moment pour des raisons arbitraires.

La rĂ©vocation de ce titre signifie une expulsion dĂ©finitive de Salah de sa terre natale, avec l’impossibilitĂ© de revenir Ă  JĂ©rusalem, mais aussi en Cisjordanie.

Depuis 20 ans, Salah Hamouri a connu l’acharnement, la prison, la dĂ©tention administrative, des restrictions de dĂ©placement et l’expulsion de son Ă©pouse, Elsa Lefort, qui depuis 2016 ne peut le rejoindre.

L’État français a les moyens diplomatiques et financiers de faire pression sur l’État israĂ©lien pour que le droit soit respectĂ©, pour ses ressortissants Elsa et Salah, comme pour tou.tes les Palestinien.nes de JĂ©rusalem.

L’Union syndicale Solidaires soutient toutes les initiatives pour mettre fin Ă  cet acharnement, aux cĂŽtĂ©s du comitĂ© de soutien Ă  Salah Hamouri, de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, de l’Association France-Palestine SolidaritĂ©, en particulier pour que les autoritĂ©s françaises fassent respecter le droit international.

C’est le manque d’action efficace de l’État français qui nous incite Ă  continuer de faire pression avec nos moyens de syndicalistes et de citoyens, en particulier par le renforcement de la campagne de boycott, dĂ©sinvestissement et sanctions contre l’État israĂ©lien, jusqu’à ce que soient respectĂ©s le droit international et les droits humains des Palestinien.nes.

Pour action :

https://agencemediapalestine.fr/blog/2021/10/22/appel-a-action-non-a-la-revocation-du-statut-de-resident-de-jerusalem-de-salah-hamouri-stop-a-lacharnement/




Source: Solidaires.org