Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, nous appelons à manifester à Paris à 14h à Opéra pour en finir avec les féminicides et les violences sexistes ou sexuelles. À l’heure où nous écrivons cet appel, 125 femmes sont mortes assassinées par leur conjoint ou leur ex-conjoint. Combien seront mortes au moment où nous marcherons ensemble ? Nous sommes des millions de femmes ou assimilées comme telles à subir encore des violences sexistes et sexuelles qui nous tuent ou nous pourrissent la vie, que ce soit à la maison, au travail ou dans la rue. Nous sommes des millions à avoir vu ces violences abimer nos amies, nos mères, nos enfants ou nos collègues. Dans l’espace public, au travail, à la maison, nous exigeons de vivre en liberté, sans injures, ni menaces, sans harcèlement ni sifflement, sans persécutions ni agressions, sans viols, sans blessures, sans exploitation de nos corps, sans mutilations, sans meurtres. Aucune d’entre nous ne doit souffrir de violences et d’attaque à son intégrité parce qu’elle est considérée femme. Aucune ne devrait cumuler les violences liées aux multiples discriminations (race, classe, genre, handicap…).

Nous exigeons que l’impunité des agresseurs cesse. La solidarité avec les victimes doit être assurée et renforcée. Nous n’avons pas besoin d’un Grenelle mais de mesures concrètes et des moyens financiers à la hauteur. Les 5 millions proposés par le gouvernement sont une insulte à nos mortes et nos blessées. C’est au moins 1 milliard d’euros qui doivent être débloqués en urgence. Et ceci sera encore bien insuffisant tant que le système hétéro-patriarcal ne sera pas combattu partout et constamment, dès l’école maternelle, dans les médias, dans l’espace public, dans les institutions, au travail et à la maison !

Départ collectif en bus sur inscription. Départ de Tours, Place Loiseau d’Entraigues à 9h30 (rdv à 9h15) et retour à 21h30. Prix libre. Pour s’inscrire, merci de nous envoyer un mail à [email protected] ou appeler au 06 15 08 62 22.

A l’appel des premiers signataires : Réseau féministe 37, Nous Toutes 37, Osez le féminisme !, Stop harcèlement de rue, Centre LGBTI, Peuples Solidaires, L’Engrenage, Attac, Solidaires, Sud Santé Sociaux, Sud Education, FSU, Collectif Notre santé en danger, NPA, PCF, PCOF…


Article publié le 14 Nov 2019 sur Larotative.info