Avril 18, 2021
Par Le Monde Libertaire
404 visites


Samedi 17 mars se tenait un rassemblement devant la prison de Palerne (Sicile). Ci-dessous le texte d’appel. (Le crml)

(Traduction Monica Jornet Groupe Gaston Couté FA)

Ce samedi 17 avril aura lieu la quatrième audience préliminaire au tribunal de Palerme pour la procédure d’inculpation à l’encontre de l’ancien ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, accusé d’enlèvement et de refus de documents officiels dans l’affaire du bateau Open Arms. Les faits remontent à août 2019, lorsque l’Open Arms, après avoir secouru 163 personnes au cours de trois opérations de sauvetage différentes, a dû rester 21 jours en mer, dont 7 au large de Lampedusa, avant de joindre un port sûr.

Mission 65. Photo F.Gentico. Conférence de presse Open Arms

Lors de la dernière audience du 20 mars, le procureur de Palerme a réitéré la gravité des accusations portées contre l’ancien ministre et demandé que les deux chefs d’inculpation soient retenus.

Samedi 17 avril, après l’intervention très attendue de l’avocat de la défense, le juge Iannelli devra se prononcer et décider s’il y aura ou non procès.

Depuis quelque temps, les antiracistes siciliens se mobilisent pour soutenir le parquet et les parties civiles dans cette procédure, convaincus de l’influence délétère d’une période politique dominée par l’arrogance et particulièrement contraire à la reconnaissance des droits des personnes à la recherche de perspectives de vie dignes.

Le sénateur Salvini reste le principal représentant des politiques racistes de la droite, mais il n’est certainement pas le seul responsable de la législation discriminatoire et répressive de fond qui est de règle en Italie, bâtie pour une bonne part par des gouvernements de centre-gauche et caractérisée par des aspects inacceptables tels que :
• absence de voies d’entrée régulières en Europe ;
• accords avec la Libye, dont les organes institutionnels sont en collusion avec les tortionnaires et les trafiquants ;
• criminalisation des ONG, les seules qui restent pour occuper une Méditerranée où les gens continuent de mourir :
• les politiques de refoulement de Frontex, qui, au cours des 5 prochaines années, quintupleront les ressources d’un corps spécial de 10 000 agents aux fins d’expulsion et de rapatriement des migrant.e.s ;
• des navires de quarantaine (loués pour de plus d’un million par mois chacun) et des centres de covid pour justifier la paranoïa raciste à propos des porteurs du virus de “couleur ” ;
• CPR, hotspots et hubs où les gens sont enfermés uniquement parce qu’ils n’ont pas de carte de séjour ;
• droit d’asile très restreints ;
• Décrets de sécurité globale revus à la baisse mais toujours en vigueur avec leur fardeau de discrimination et de répression.

Revenons donc dans la rue pour insister sur la nécessité de donner une autre orientation aux politiques migratoires, afin que le droit pour toutes les personnes de se déplacer librement pour chercher un endroit où vivre dignement soit vraiment respecté.

SAMEDI 17 AVRIL 2021 RASSEMBLEMENT à 11h Via Remo Sandron, devant l’entrée de la salle du bunker de l’Ucciardone (prison de Palerme)

Assemblea anarchica palermitana, Associazione antimafie rita atria, Cobas scuola palermo, Comitato di base nomuos palermo, Rete antirazzista catanese,LasciateCIEntrare (Assemblée anarchiste de Palerme, Association anti-mafias Rita Atria, Cobas Education Palerme, Comité de base No Muos Palerme, Réseau antiraciste catanais, LaissezNousEntrer)




Source: Monde-libertaire.fr