A l’approche de l’hiver tout a été fait par la Métropole et la Préfecture pour que de très nombreuses personnes soient maintenues à la rue, hommes et femmes, mineurEs isoléEs, familles avec enfants, demandeurEs d’asile ou non. Rejoignons la manifestation du 5 décembre pour un logement décent pour tou⋅tes !

Le 11 septembre, la Métropole a fait appel aux forces de l’ordre, pour faire évacuer le squat Amphi Z à Cusset, Villeurbanne, laissant sur le carreau la totalité des 200 habitantEs. Ils ont délibérément choisi de mettre les gens à la rue.

Auparavant le squat Maison Mandela avait été expulsé en juillet sans aucune proposition d’hébergement : 15 familles avec de jeunes enfants ont été expulsées.

Des personnes ont tenté de se réfugier dans la clinique de l’Union à Vaulx-en-Velin, elles ont immédiatement fait l’objet d’une répression particulièrement violente.

En ce qui concerne le collège Maurice Scève, à la Croix-Rousse, une décision de justice rendue le 24 septembre a offert un an d’espérance de vie légale au lieu. Mais là encore, la Métropole, propriétaire du collège, a décidé d’attaquer en faisant appel.

Aberrant !

Au Collège Maurice Sceve : 450 personnes, pas de chauffage

Au collège Truffaut : 0 personne, chauffé depuis 5 ans

Plutôt que de créer des places pour les gens en danger, la Métropole et la Préfecture détruisent des places d’hébergement d’urgence et créent des critères de vulnérabilité pour mettre fin à l’hébergement des enfants de + d’un an et des femmes enceintes de – de 7 mois !

Dans la Métropole, 21 000 logements sont inoccupés depuis des années, mais les élus ont voté un budget de 1,8 millions d’euros de surveillance pour en interdire l’accès aux sans-logis.

Ce qui est scandaleux c’est que la loi prévoit que toutes ces personnes soient logées par la Préfecture ou la Métropole.

Les luttes pour la dignité, pour la liberté de circulation et d’installation, pour le droit au logement, à l’éducation, à un salaire décent, sont des luttes communes à touTEs.

Les luttes pour le progrès social et contre la réforme des retraites sont aussi nos luttes communes.

C’est pourquoi nous serons dans la rue le 5 décembre aux cotés des salariéEs et des retraitéEs.

Contre toutes les politiques antisociales !

Pour un logement décent pour toustes !

Régularisation sans condition de tous les sans papiers !

Réquisition des logements vides !

Collectif intersquats lyonnais


Article publié le 02 Déc 2019 sur Rebellyon.info