Marseille en Colère appelle à manifester au côté des Gilets jaunes samedi 30 mars à 14h, départ Vieux Port, pour dénoncer les expulsions et les coupures d’énergie qui auront lieu au terme de la trêve hivernale.

Aux côtés des Gilets jaunes pour leur acte XX dans toute la France, nous dénonçons les expulsions et les coupures d’énergie qui auront lieu sur tout notre territoire dès le 1er avril, au lendemain de la fin de la trêve hivernale.

Voici les causes de la violence sociale qui touche les plus vulnérables d’entre nous :

  • Loyers exorbitants pour des logements trop souvent impropres à l’habitation,
  • Spéculation immobilière,
  • Absence de construction de logements sociaux dans tous les arrondissements de la ville,
  • Population privée d’emplois dignes et de revenus,
  • Stagnation des salaires,
  • Baisse des APL,
  • Hausse des taxes et des impôts,
  • Coût de l’énergie inabordable pour les foyers modestes (beaucoup ne se chauffe plus durant l’hiver faute de moyens),

L’effet le plus révoltant de cette violence aura été l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne, qui a endeuillé notre ville pour l’éternité.

Nous ne pouvons plus accepter qu’en 2019, des Marseillais et leurs enfants soient jetés à la rue par la police parce qu’ils sont pauvres !

C’est pourquoi nous soutenons la manifestation des Gilets jaunes de Marseille et de toute la France et que nous appelons tous les Marseillais qui se sentent concernés par la tragédie qui nous a touché le 5 novembre dernier et par le sort de toutes celles et ceux qui sont victimes du logement indigne (soit plus de 100 000 personnes) à rejoindre le cortège unitaire sur le Vieux-Port.

Nous soutenons les exigences des gilets jaunes au niveau national et demandons :

  • l’arrêt des expulsions et des coupures d’énergie,
  • la baisse conséquente et immédiate des loyers, des charges et de l’énergie, la hausse de l’APL,
  • l’apurement des dettes des accédants en difficulté,
  • le respect du droit au logement, un logement décent pour toutes et tous (sans abri, mal logés, victimes de sinistres, menacés d’expulsion…),
  • l’application de la loi de réquisition,
  • l’abandon de la privatisation du logement social et la construction massives de vrais logements sociaux,
  • la taxation de la spéculation immobilière,
  • l’abrogation de la loi ELAN…

Nous demandons au Maire de prendre des arrêtés anti-expulsion et anti-coupure d’énergie, ainsi que des arrêtés de réquisition pour reloger les sans-logis, les mineurs isolés, les Roms et bien sûr les évacués !

Parce que l’indignité a tué 8 innocents chez eux ce 5 novembre et parce que nous ne devons jamais l’oublier !

Marseille en Colère !