Décembre 3, 2020
Par Paris Luttes
146 visites


L’avènement de la technopolice

Certaines analyses ne s’y étaient pas trompées, l’article 24 sur la répression pénale des journalistes, est devenu l’arbre qui cache la forêt. L’indignation corporatiste des journalistes et autres droitdelhommistes en carton, a bien servi le pouvoir. Il faut dire que la manœuvre est classique : annoncer une proposition de loi fourre-tout et faire diversion sur un aspect particulier. La PPL Sécurité Globale, dans son ensemble, est pourtant bien celle de l’avènement de la technopolice et de la société de surveillance globale, en préparation des JO 2024 :

Pitié, pas encore ces débats moralisateurs sur la violence…

Alors que les manifestations s’enchaînent, que la mobilisation s’intensifie :

il serait bon de ne pas se perdre dans les éternels débats qui tournent en rond et se rappeler quelques réflexions datant de 2016 lors du mouvement contre la loi Travaille ! :

Il ne faut jamais oublier que si beaucoup de gens se tiennent à carreau en manifestation, ce n’est pas parce qu’ils sont viscéralement pacifistes, mais simplement parce qu’ils ont peur.

Ainsi, quand des journalistes et des avocats, soucieux de leur respectabilité dans les médias, écrivent à la hâte, paniqués (et par ailleurs, sans consulter les autres co-organisateur.ice.s) des communiqués de dissociation :

Nous ne pouvons accepter qu’une poignée de personnes impose par la force leur stratégie de contestation à des centaines de milliers d’autres manifestants pacifiques.

ils mentent tout simplement. Ils ont retiré depuis leur prose abjecte mais on sait à quel niveau ils sont capables de s’abaisser.

Si les dizaines de milliers de manifestant.e.s qui chantent « Tout le monde déteste la police ! » ou « A – A – Anti – Anticapitaliste ! » à chaque bris de verre, n’étaient pas pétris de peur (ce qui est bien compréhensible, et plus encore depuis la vague de mutilations de 2018) et étaient en capacité d’associer paroles et actes, peut-être que ces figures médiatiques fermeraient enfin leur claque-merde. C’est étonnant et désespérant ces journalistes qui ont suivi les nombreux mouvements sociaux depuis 2016, parfois franchement insurrectionnels comme les Gilets Jaunes, et en soient réduits à courber l’échine en rejetant sur les autres leur lâcheté. On pourrait ajouter que les franges de cette gauche qui se rêve calife à place du calife, en recherche permanente de visibilité (sur des camions, devant les caméras, …) ne devrait nous inciter qu’à les ignorer, le cortège de tête n’ayant en théorie que faire des tribuns.

Un nouvel appel pour le Samedi 5 Décembre 2020

Un nouvel appel, intitulé Marche des Libertés jusqu’au Retrait Total, est lancé pour le samedi 5 décembre 2020, entre Porte des Lilas et République, reproduit ci-dessous pour celleux qui boycottent, à raison, Facebook.

Il est une nécessité. Celle d’inverser le rapport de force pour pousser le gouvernement dans ses retranchements, et retirer sa loi scélérate.

Nous mettons depuis quelques semaines, notre énergie vitale, et notre détermination forte en actes, et continuons plus que jamais.

Jusqu’au retrait TOTAL de la loi sécurité globale. Ce 05 décembre, nous serons à nouveau reliés par un objectif commun dans la rue.

Une cause importante, centrale même.

Défendre notre liberté.

Soyons encore plus nombreux, plus unis et plus offensifs, faisons corps ensemble.

Faisons les trembler. Faisons les plier.

En hommage à Zineb, à Babacar, à Steve, à Michel et à toutes les victimes de cette police fasciste. Ripostons.





Source: Paris-luttes.info