RESF 13 (Réseau éducation sans frontières des Bouches du Rhône) appelle à se joindre le mardi 20 novembre à 11H30 devant le Conseil Départemental (Métro Saint Just), à un rassemblement solidaire et unitaire lancé par les organisations syndicales des travailleurs sociaux et éducateurs, pour dénoncer l’accueil indigne des mineurs non accompagnés (MNA) à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, un rassemblement soutenu par le Collectif Mineurs isolés étrangers 13. RESF adhère sans restriction aux constats et aux revendications contenus dans leur tract (voir ci-dessous).

Ce rassemblement se tiendra dans le cadre des Etats généraux des migrations organisé par un collectif d’associations du 20 novembre au 20 décembre prochain sous le titre LE MOIS DE LA FRATERNITE ET DES DROITS. Ce thème a été retenu pour fêter une victoire face à la banalisation des atteintes aux droits fondamentaux, particulièrement des personnes exilées. Le 6 juillet 2018 le Conseil Constitutionnel a reconnu comme principe constitutionnel le troisième terme du triptyque républicain : la fraternité. Il l’a défini comme « la liberté d’aider autrui dans un but humanitaire et ce, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ». Nous aurons sans aucun doute à l’utiliser pour bien d’autres causes, car la notion de fraternité humaine est un horizon dans un monde en perte de sens et qui bascule.

C’est une belle façon de célébrer les 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme -DDUH- que tant de gouvernements aimeraient aujourd’hui mettre sous le boisseau, ainsi que la « Convention internationale des droits de l’enfant » (0NU 1989) et celle relative aux « droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille » qu’aucun pays occidental ne veut signer, car trop protectrice. Mais, c’est sans compter sur les associations qui, notamment dans le manifeste des EGM (Etats généraux des migrations), continuent à affirmer la DUDH comme fondement de leurs engagements.

Contre l’accueil indigne des mineurs non accompagnés