Novembre 30, 2022
Par Paris Luttes
206 visites

La guerre en Ukraine a bouleversé la situation politique mondiale en alignant, face à face, la Russie d’une part et l’Otan et les États-Unis d’autre part. Mais la guerre en Europe de l’Est n’est que le prélude à d’autres affrontements, opposant ouvertement la Chine et les États-Unis. La tension à Taïwan en est la dernière illustration. Ainsi un nouveau pallier semble atteint dans le processus orientant le monde vers l’horreur de la guerre généralisée.

Comme lors des deux autres guerres mondiales, les révolutionnaires internationalistes affirment que la guerre impérialiste et ses fronts doivent être désertés – quels qu’en soient leurs formes. Dans la guerre et le nationalisme, la classe ouvrière a tout à perdre et rien à gagner. Le seul véritable choix qui s’offre à elle reste la transformation de la guerre impérialiste en guerre de classe, en construisant une alternative basée uniquement sur ses propres intérêts immédiats et à plus long terme. Cette alternative implique, d’ores et déjà, le rejet de l’économie de guerre et de l’ensemble des sacrifices qu’il nous faudrait lui consentir.

En France, la bourgeoisie dispose certes de nombreux relais pour faire passer sa campagne idéologique guerrière. L’enjeu est que la population adhère à la défense de la démocratie et prenne partie pour le petit pays agressé par le « fou du Kremlin ». Cette campagne constitue un véritable rouleau compresseur pour miner la conscience qu’a le prolétariat de la situation. Face à ce rouleau compresseur, le pacifisme ne sera d’aucun recours. C’est bien en développant une lutte intransigeante contre le système capitaliste et ses défenseurs, que les exploités pourront supprimer durablement les menaces de guerre, toujours renaissantes dans un mode de production fondé sur l’accumulation de capital et les appétits opposés des États nationaux. C’est le capitalisme qu’il faut renverser pour mettre fin à ses guerres impérialistes, ses bains de sang, la misère et la destruction de la planète.

Alors, que pouvons-nous faire ?

Des camarades internationalistes se sont réunis dans plusieurs pays du monde au sein de comités « No War But Class War ». Ces comités se donnent pour ambition de faire converger les interventions politiques et militantes des internationalistes, c’est-à-dire de celles et ceux qui militent pour la transformation de la guerre en révolution internationale. Affirmer la nécessité de la guerre de classe et de la révolution prolétarienne signifie faire circuler, dans tous les lieux et toutes les situations possibles, la défense des intérêts des prolétaires et de la rupture révolutionnaire. Ainsi pensons-nous pouvoir contribuer à regrouper les forces de notre classe autour de cet objectif. S’il est vrai que les internationalistes sont minoritaires, ils sont pourtant en plein dans la réalité. Leur rôle est appelé à se développer et croître tout au long de cette nouvelle période, qui augmente la pression sur nos conditions de vie.



Débattons ensemble de la situation, réfléchissons aux actions à entreprendre pour intervenir en commun ! Toutes les initiatives internationalistes sont bonnes à envisager et à populariser ! Rendez-vous :

vendredi 2 décembre 2022 18h

CICP 21 ter rue Voltaire 75011 Paris




Source: Paris-luttes.info