Avril 9, 2022
Par ASAP Revolution
209 visites

En Ukraine, la guerre initiĂ©e par l’invasion du pays par l’armĂ©e russe fait toujours rage. Certains veulent nous prĂ©senter cette guerre comme la rĂ©sistance glorieuse de tout le peuple ukrainien face au fascisme russe, d’autres comme la rĂ©ponse lĂ©gitime de la Russie Ă  l’impĂ©rialisme de l’OTAN.

La vĂ©ritĂ© c’est que dans la guerre ce sont toujours les mĂȘmes qui meurent ; ceux qui sont trop pauvres pour s’enfuir, qui n’ont pas l’argent ou les relations pour Ă©chapper Ă  l’enrĂŽlement forcĂ©, obligĂ©s aujourd’hui d’aller garnir les tranchĂ©es pour dĂ©fendre les intĂ©rĂȘts des exploiteurs d’hier, qui les exploiterons encore demain. En bref les prolĂ©taires, ceux qui comme nous, vous, toi, n’ont pas d’autres choix pour vivre que d’aller chaque jour vendre son temps et son corps pour enrichir les patrons de tous les pays. La guerre fait rage au-delĂ  des frontiĂšres, ceux qui ne meurent pas sous les bombes, subiront la famine engendrĂ©e par les sanctions et les rĂ©percussions Ă©conomiques, mĂȘme Ă  des milliers de kilomĂštres de la ligne de front.

Alors qu’une partie de l’appareil d’État russe semble dĂ©terminĂ© Ă  continuer la guerre quelles que soient les pertes humaines, les capitalistes au pouvoir en Ukraine ont dĂ©crĂ©tĂ© la loi martiale. Ceux qui se servent dans les commerces, pour se nourir ou amĂ©liorer l’ordinaire sont punis sĂ©vĂšrement, humiliĂ©s, parfois exĂ©cutĂ©s. Ceux qui travaillent encore sous les obus voient leurs salaires rĂ©duits Ă  nĂ©ant au nom de l’effort patriotique. Les capitalistes russes eux, envoient des soldats russes, biĂ©lorusses, ossĂštes ou tchĂ©tchĂšnes mourir et tuer pour leurs profits. Une partie des soldats sont des conscris, engagĂ©s de force et envoyĂ©s au combat.

Face Ă  cette situation de nombreuses et rĂ©guliĂšres manifestations se sont tenues en Russie. Des cheminots biĂ©lorusses ont sabotĂ© des voies ferroviaires pour empĂȘcher l’approvisionnement logistique des lignes de front. Des travailleurs de l’aĂ©roport de Pise, en Italie, ont refusĂ© de charger des armes Ă  destination de l’Ukraine. MalgrĂ© la fĂ©roce rĂ©pression, des prolĂ©taires se lĂšvent contre cette guerre qui n’est pas la leur.

Les pays occidentaux et ceux de l’OTAN, qui aprĂšs avoir pillĂ©, envahi, bombardĂ© Ă  peu prĂšs l’entiĂšretĂ© du globe au nom du progrĂšs puis de la dĂ©mocratie, peuvent de nouveau se faire passer pour le camp de la paix et de la raison.

L’Etat russe Ă  la traĂźne de l’économie capitaliste, se lance dans une guerre d’expansion : situation dramatique pour ceux qui crĂšvent sous les bombes mais opportunitĂ© pour les capitalistes ! Une rĂ©organisation du marchĂ© mondial de l’énergie est dĂ©sormais nĂ©cessaire sur fond d’économie verte. Un plan forcĂ© mais bienvenu pour les capitalistes europĂ©ens et nord-amĂ©ricains, tant les investissements et les potentiels profits sont colossaux.

Cette rĂ©organisation ira bien au-delĂ  de la question Ă©nergĂ©tique, les blocs se redessinent, l’appel Ă  la nation ou Ă  la souverainetĂ© n’est qu’un leurre Ă  la nĂ©cessaire remise en concurrence entre les États menacĂ©s de rĂ©cession mais surtout entre les travailleurs.

Le vernis idĂ©ologique nationaliste cherche Ă  galvaniser les foules pour faire travailler encore plus et moins cher pour soutenir l’effort de guerre et faire oublier aux travailleurs que leurs intĂ©rĂȘts sont les mĂȘmes que ceux de la tranchĂ©e d’en face.

Les migrants ukrainiens sont soit-disant rĂ©partis chaleureusement par pays et selon leur qualification. Dans la rĂ©alitĂ©, c’est une tente de la Croix-Rouge qui sera leur zone d’attente avant redistribution vers une nouvelle exploitation.

“Nous sommes en guerre”, c’est avec cette phrase, que Macron a ouvert la sĂ©quence Covid avant d’ériger la rĂ©silience en mot d’ordre pour la nation. Dans la lignĂ©e du discours militariste produit par les États du monde entier depuis le dĂ©but de la pandĂ©mie, pour nous faire accepter un nouveau serrage de ceinture. Ici comme partout les prix montent, grimpent, EXPLOSENT ! Cette hausse des prix dĂ©jĂ  bien entamĂ©e avant le dĂ©but du conflit trouve une justification toute faite dans les affrontements qui ont lieu en Ukraine. Pour ceux qui nous dirigent on devrait baisser le chauffage, rĂ©duire notre consommation de ceci ou cela, continuer Ă  aller trimer en payant l’essence deux euros le litre !

N’oublions pas que la guerre des Etats c’est la paix capitaliste par d’autres moyens. Nous ne rĂ©clamons pas la paix, qui n’est chĂšre qu’aux dĂ©mocrates que parce qu’elle permet d’accumuler. Contre l’’horreur de cette sociĂ©tĂ© oĂč tout est basĂ© sur le profit, nous voulons la guerre de classe !

Contre le bruit mortel des bombes, et le brouhaha mediatique qui veut nous conduire aux urnes, aiguisons nos couteaux, reprenons la rue, la greve, les blocages : passons à l’offensive contre l’exploitation !




Source: Asaprevolution.net