Novembre 10, 2021
Par Rennes Info
352 visites


Depuis plusieurs mois à Rennes, les personnels de différents services municipaux sont en grève pour la défense de leurs conditions de travail, pour le service public et contre la privatisation de biens publics.

Ainsi, les salarié·e·s du fossoyage se sont opposé·e·s à la privatisation de leur service en luttant plusieurs semaines pour le maintien d’un service public à bas coup, essentiel pour les plus démunis, dans des moments de deuil déjà difficiles. En vain, puisque la majorité municipale n’a pas daigné entendre les revendications des grévistes. Cette privatisation n’a par ailleurs pas même fait l’objet d’un vote en conseil municipal : certainement une illustration de ce que N. Appéré et M. Theurier nous promettait comme « nouvelle gouvernance » et comme « méthode participative » basée sur la « justice sociale » et « la démocratie » dans leur projet d’accord électoral.

Aux Champs-libres, les agent·e·s de la bibliothèque mènent depuis des mois une grève tous les week-end, l’une des plus longue grève des territoriaux de Rennes et ils et elles ont déjà annoncé que cette grève se poursuivra au minimum jusqu’à janvier 2022. Cette mobilisation touche aussi les piscines, les musées, les services sociaux…. La raison ? La suppression de 3,5 jours de congés, la fin du repos compensateur suite au dimanche travaillés, des salaires trop bas, des conditions de travail dégradées… Ce sont près de 6500 agent·e·s de Rennes Métropole et 1000 de la Ville de Rennes qui sont concerné·e·s ! Pour les personnels des EHPAD et des crèches municipales en première ligne durant la crise sanitaire, toutes ces attaques sont une insulte au service public et aux droits des salarié·e·s.

Travailler plus pour gagner moins et faire payer la crise aux travailleurs·euses, voilà la politique des élu·e·s « socialistes », « écologistes » et « communistes » de Rennes !

Le NPA Rennes apporte tout son soutien aux revendications et aux luttes des agent·e·s et dénonce ces politiques managériales anti-sociales, la casse et la privatisation de service public entrepris par Mme Appéré et sa majorité PS, EELV, PCF, UDB et Génération.s.




Source: Rennes-info.org