Janvier 7, 2022
Par Expansive
178 visites


RENCONTRE NATIONALE DES ÉTUDIANTS EN LUTTE À L’APPEL DES SANS-FACS DE NANTERRE 8 et 9 JANVIER

BÂTIMENT GRAPPIN DE NANTERRE OCCUPÉ DEPUIS LE 27 OCTOBRE

[email protected]

https://fb.me/e/1E7HUFPqC

Heure de début et fin et ordre du jour à venir !

Le report de la mise en place de la réforme du Master le montre : le spectre d’une mobilisation à l’université fait peur au gouvernement.

Nous n’oublions pas cependant les attaques contre les étudiantes et étudiantes : instauration de Parcoursup, hausse des frais d’inscription, fusions d’universités, suppression de droits comme les compensations ou rattrapages, régularisation de plus en plus difficile pour les étudiants sans papiers, suppression du repas à 1€ pour tous, un confinement désastreux sur le plan sanitaire et pédagogique… En un mot, un renforcement sans précédent des inégalités sociales dans l’accès à l’enseignement supérieur. Une série d’atteintes à nos droits qui se conjugue avec une offensive réactionnaire tous azimuts, raciste, sexiste, homophobe, qui frappe tout particulièrement la jeunesse.

Plutôt que de souffler de soulagement et de profiter d’une accalmie forcément passagère à la suite du recul gouvernemental sur la réforme de la sélection en master, nous le disons clairement : c’est justement maintenant qu’il faut passer à la contre-offensive en regroupant nos forces, c’est justement maintenant qu’il faut commencer à construire une mobilisation et une grève étudiante !

L’occupation de plus de 2 mois de la présidence de Nanterre par les sans-facs montre que des réserves insoupçonnées de combativité sont bel et bien présentes dans notre milieu.

Les sans-facs invitent les organisations syndicales, associatives, politiques, ainsi que les collectifs militants, et tous les étudiants intéressés par cette perspective, à une rencontre le 8 et 9 janvier dans le bâtiment Grappin de la fac de Nanterre, occupé depuis le 27 octobre, en vue de s’organiser à l’échelle nationale contre la sélection sociale à l’université et pour infliger aux côtés du monde du travail une défaite à la politique antisociale du gouvernement.




Source: Expansive.info