Avril 4, 2020
Par Non Fides
360 visites


Accueil > Articles > Vieilleries > Conseils aux mouchards


Dans Le PĂšre Peinard (1898)

samedi 4 avril 2020


Tous les marloupiers qui, pour quelques piĂšces de cent sous, remuent la casserole et dĂ©gringolent dans la mouchardise devraient bien ruminer l’histoire suivante.

Il y a quelques semaines, Ă  Barcelone, une tentative d’évasion, manigancĂ©e pour tirer de la prison Ramon Sempau, le riche fieu qui essaya de revolvĂ©riser l’inquisiteur Portas, et un autre copain, fut Ă  deux doigts de la rĂ©ussite.

Trois copains s’étaient attelĂ©s Ă  la besogne et, entrĂ©s en communication avec les deux dĂ©tenus, leur avaient fait parvenir deux revolvers, des cartouches, des cordes Ă  crochet, des fausses clĂ©s et un flacon d’opium pour endormir, sans bobo grave, les gĂȘneurs. En outre, tout un Ă©tage d’une maison voisine de la prison avait Ă©tĂ© loué  L’évasion Ă©tait sur le velours – quasiment rĂ©ussie !

Mais va te faire foutre ! Dans la prison Ă©tait dĂ©tenu, pour contrebande, un ami d’enfance d’un des deux prisonniers qui crut pouvoir se fier Ă  lui ; le salopiaud, nommĂ© Pelat, alla casser le morceau aux gardiens.

Illico, Sempau et son camarade furent collĂ©s au secret, bouclĂ©s dans des cellules sans air, sans lumiĂšre, sans couchette – un des tombeaux comme il y en a des tas dans les prisons d’Espagne.

Par une chance Ă©patante, les amis qui, du dehors, avaient prĂ©parĂ© l’évasion, purent s’éclipser sans encombre.

Naturellement, le mouchard fut rĂ©compensĂ© : on le libĂ©ra en lui graissant la patte. Peu aprĂšs, il eut une sale affaire et fut refourrĂ© au bloc – malgrĂ© le service rendu. Il en est toujours ainsi : la police n’a aucune reconnaissance pour les vermines qui lui rendent des services.

En prison, les gardiens Ă©taient obligĂ©s de surveiller nuit et jour le mouchard Pelat, crainte que les autres prisonniers ne l’estourbissent – tellement il Ă©tait exĂ©crĂ©.

Sur ces entrefaites, un jeune gars de vingt ans, JosĂ© Perez Exposito, fut arrĂȘté  Tout laisse Ă  croire qu’il se fit boucler volontairement pour atteindre Pelat.

Et il a rĂ©ussi, nom de dieu !

Ces jours derniers, Exposito rencontra le mouchard dans la prison et, profitant de l’inattention des gardechiourmes, il lui colla un poignard dans le ventre. EmportĂ© mourant Ă  l’infirmerie, l’infect salaud n’a pas tardĂ© Ă  dĂ©visser son billard.

Puisse la lugubre crevaison du mouchard Pelat donner à réfléchir aux tristes imbéciles qui se laissent enrÎler dans la police.

Le PĂšre Peinard

9 octobre 1898




Source: Non-fides.fr