Voici quelques gestes et réflexes à adopter pour la prochaine Critical Mass et les suivantes, et plus généralement pour te défendre face à la police. Si tu es témoin ou victime d’abus, harcèlement ou violences policières, il est légal de filmer la scène si tu n’interfères dans pas le travail de la police.

PENDANT LA MANIF

  • Ne prends que le nécessaire

    Tu n’as a priori pas besoin de grand chose en manif. Le contenu de tout ce que tu prends (téléphone, ordi, agenda, carnet de notes, etc.) peut être utilisé contre toi par les flics si ça tourne au vinaigre.
  • Porte un masque, des lunettes de soleil, un chapeau et des gants

    Le port du masque est fortement recommandé. Couple ce geste sanitaire avec des lunettes de soleil, un chapeau et des gants pour augmenter ton anonymat face au fichage illégal des flics par photos ou vidéos.
  • Ne laisse pas traîner tes affaires

    Sois sûr.e.x de ne pas laisser traîner ton masque, tes gants, tes mégots, tes bouteilles ou canettes pendant/après la manif. Selon ce qui se passe les flics peuvent les utiliser pour prendre l’ADN dessus et s’en servir contre toi.
  • Ne porte pas de signe distinctif

    Le mieux est de porter des habits sombres, sans marque distincive. Les flics les utilisent pour recouper les images lors de précédentes/futures manif. Si tu as des tatouages, le mieux est de les couvrir avec des vêtements ou du maquillage.
  • Restez groupé.e.x.s

    Les flics ont récemment profité que des personnes se mettent à l’écart de la manif quelques instants pour les interpeller et mettre des amendes. Ne reste pas seul.e.x. Si une personne seule se fait interpeller par la police, forme vite un groupe et intervenez.
  • Filme la police

    Filmer la police permet de recenser les abus policiers. Lors d’une interpellation, filme systématiquement la scène, en prenant garde de ne pas filmer les visages de tes camarades (ou floutte les dès que tu peux). Filmer permet de garder une trace de ce que les flics ont vraiment fait, cela peut être très utile dans un procès. Il est parfaitement légal de filmer une intervention policière tant que tu n’entraves pas le “travail” de la police.



SI CA SE COMPLIQUE

  • Filme la police

    Encore et toujours.
  • Agis collectivement

    Ne laisse pas quelqu’un.e.x dans la merde ! Agir en groupe, c’est agir mieux. N’oublie pas que les flics sont racistes, classistes, LGBTQI+phobes, islamophobes, sexistes, etc. Soyons solidaires, vigilant.e.x.s, et utilisons nos privilèges pour protéger les autres.

EN CAS D’ARRESTATION

  • Ne RIEN déclarer

    Ne réponds pas aux questions des flics, même si elles paraissent anodines ou sans rapport avec ton interpellation ou la manif. Tu as toujours le droit de dire : « je n’ai rien à déclarer ». Tu peux toutefois t’identifier (nom, prénom, adresse). Tu as le droit de demander le numéro de matricule des agent.e.x.s qui procèdent à ton arrestation.
  • Si tu as donné ton adresse :

    Assure-toi de relever régulièrement le courrier, car les délais pour faire opposition ou faire recours contre une amende ou autre sont très courts. Une fois dépassés, tu ne pourras (presque) plus faire grand chose.
  • Si tu es ammené.e.x au poste :

    Refuse toute prise d’ADN ou d’empreintes. La police a besoin d’un mandat du ministère public pour préléver ces données. Demande bien à voir le mandat.
  • En cas de palpation ou fouille corporelle :

    Ca se passe en deux temps : le haut puis le bas. Tu as le droit de demander à ce que cela soit effectué par une personne de même genre que toi. Si tu ne te reconnais pas dans la binarité des genres (homme/femme), ou si le genre qui figure sur tes documents d’identité ne correspond pas au(x) genre(s) dans le(s)quel(s) tu te reconnais, tu as en principe le droit de demander que ce soit une personne du genre avec qui “tu te sens le moins mal à l’aise” qui effectue la fouille.
  • En cas d’audition par la police :

    Tu as le droit à ce que toutes les informations soient traduites dans une langue que tu comprends. Tu as le droit de te faire assister par un.e.x avocat.e.x, dès la première audition, soit dans les 24 h qui suivent ton arrestation. Garde le silence en tout temps, « je n’ai rien à déclarer » doit être la seule chose que les flics entendent de ta part. Si tu as été blessé.e.x par la police, va faire un constat médical en sortant.

Si tu reçois une ordonnace pénale, une amende ou autres documents provenant des autorités, en lien avec la manif, tu peux te rendre à la permanence juridique du Silure (3, sentier des Saules) les samedis matins de 10h30 à 12h30.


Article publié le 02 Août 2020 sur Renverse.co