Rassemblement jeudi 30 janvier 2020, à 14h00.
Devant la direction de la Poste (Rue du Pré Botté Rennes)

Les directeurs de la branche DSCC ont concocté un CONSEIL de DISCIPLINE le 30 janvier 2020 réclamant la sanction de 3 mois de suspension de fonction sans salaire pour Patrick Chartier, facteur de Rennes Crimée. Quel crime aurait-il commis ?

À la lecture des griefs, on pourrait sourire : Patrick n’aurait pas mis, un jour, un casque de vélo pour faire sa tournée… Il aurait laissé quelques lettres (NPAI) dans son casier ! Et il aurait réagi sèchement à la hiérarchie qui voulait lui serrer la main et qui lui faisait des reproches…

Tout cela est regroupé sous le vocable : « insubordination systématique » !! Insubordination ? Non, il distribue le courrier depuis près de 40 ans dans les quartiers sud de Rennes par tous les temps !

Il s’agit donc d’un conseil de discipline fantaisiste et stupide qui vise à le faire partir de La Poste.

Et tous les moyens sont bons !

LA POSTE EN INFRACTION AVEC SES OBLIGATIONS

Le CHS-CT de la plaque de Rennes qui couvre le périmètre de 300 facteurs a été dans l’obligation de déclencher 2 procédures de « danger grave et imminent » dans les 6 derniers mois, constatant l’état de santé de Patrick Chartier ainsi que des humiliations dont il était victime. Pourquoi ?

Parce que Patrick Chartier est un sénior de 62 ans et est un travailleur reconnu « handicapé » depuis le 16 octobre 2012 par la commission C3R de La Poste dans lequel siège le médecin du travail.

Or depuis le 16 octobre 2012, la direction de La Poste est loin d’avoir satisfait à ses obligations.

Les directeurs de La Poste qui ont l’obligation de préserver la santé physique et mentale des salariés (art l. 4121-1 du code du travail) ne l’ont pas fait depuis 7 ans !

  • En contradiction avec les préconisations de 3 médecins du travail successifs, les directeurs de la DSCC ont fait pression pour que Patrick Chartier soit déplacé d’office dans un autre bureau.
  • En contradiction avec les préconisations de 2 médecins du travail successifs, les directeurs de La Poste ont tenté à plusieurs reprises en mai 2019 de charger la tournée de Patrick Chartier de 400 « clients » supplémentaires alors que celui-ci termine son service déjà au-delà de ses horaires de travail.

Nous pourrions multiplier les exemples d’intimidations et d’humiliations dont il a été victime sur les 6 derniers mois… C’est ce harcèlement managérial a entrainé un arrêt de travail depuis le 28 octobre 2019. Et c’est en arrêt de travail que la direction de La Poste le convoque en conseil de discipline.

Cette situation est à rapprocher de la situation vécue par les salariés de France Télécom qui, selon les juges, ont subi pendant plusieurs années un « harcèlement moral institutionnalisé ». C’est la situation vécue par Patrick Chartier qui mérite le même traitement que la condamnation des directeurs de France Télécom par le tribunal correctionnel de Paris le 20 décembre 2019.

Rennes le 27 décembre 2020

Pour Sud-PTT d’ille et Vilaine

Arnaud Bordier


Article publié le 29 Jan 2020 sur Rennes-info.org