Janvier 6, 2022
Par Le Numéro Zéro
163 visites


La situation actuelle n’est malheureusement pas inédite et nous rappelle le danger de la tentation du fascisme. Pour le combattre, que cela soit dans la rue, sur les réseaux ou bien sur les « poteaux » de notre ville, il faut déjà le reconnaître. C’est pourquoi le Comité Antifa Saint-Étienne publie une description des groupes et groupuscules présents à l’échelle locale et/ou nationale. #9. Les Loups gris.

Les Loups gris sont une organisation politico-militaire fondée en 1968 par Alparslan Türkeş et qui trouve son origine dans la Turquie du début du XXe siècle. Son fondateur participera au coup d’état militaire de 1960 et fondera le Parti d’Action Nationaliste (MHP), une organisation politique néo-fasciste et ultra-nationaliste à tendance laïque dont les loups gris constituent la branche para-militaire.

L’idéologie des loups gris est donc marquée par le panturquisme, c’est à dire l’idée d’union et de suprématie des peuples turcs. Ainsi, on y retrouve beaucoup d’influences nazies, l’organisation ayant d’ailleurs contribué à diffuser Mein Kampf en version turque. Ses membres sont obsédés par l’idée « d’ennemis de la Turquie » à exterminer : Arméniens, Grecs, Communistes, Kurdes, etc.

Ainsi, leurs membres assassineront nombre d’intellectuels et journalistes de gauche dans les années 1970 et 80 ainsi que des militants des causes arméniennes ou kurdes. Aujourd’hui les Loups gris se sont rapprochés des mouvements islamo-conservateurs avec notamment l’AKP de Recepp Tayyip Erdogan le président turc dont le MHP est l’allié au gouvernement.

Dans le même temps ils se sont diffusés en Europe et en France. Ils constituent un moyen de pression sur la diaspora turque en désaccord avec le nationalisme mais aussi envers tous les mouvements progressistes. Ils opèrent parfois en lien avec les services secrets turcs. Dans la région de Lyon on trouve un petit noyau dur de ses membres, qui est notamment passé à l’action à travers des agressions contre une manifestation arménienne à Décines-Charpieu en 2020.

Dissous officiellement en novembre de la même année par le gouvernement, ils continuent de fait d’exister, à travers notamment la Fédération Turque de France.

A Saint-Étienne une forte présence est remarquée. En 2011, une manifestation de Loups Gris avait pris pour cible un commerçant kurde de Saint-Étienne.

En complément…




Source: Lenumerozero.info